RSS

Alors que certains ont pu interviewer Bouchareb et les acteurs La presse française analyse le film « Hors-la-loi »

23 mai 2010

Non classé

 

La majorité des journaux français ont abordé, hier, le film de Rachid Bouchreb, « Hors-la-loi » qui a crée l’événement avant même l’ouverture officielle du 63ème festival de Cannes.


Le journal « la dépêche » par exemple, titrait «  Hors-la-loi enflamme le tapis rouge », et rapporte que même sur le tapis rouge le sujet de la guerre d’Algérie était toujours un terrain miné, puisqu’alors que le film était projeté, une manifestation réunissant des élus UMP, des militants du FN et d’anciens combattants français, pour rendre hommage « aux victimes françaises », se tenait à l’extérieur.
L’article évoque également l’accusation faite au réalisateur Rachid Bouchareb qui, selon l’extrême droite, les associations de harkis et d’anciens combattants de la guerre d’Algérie, a « falsifier l’histoire ».
Le Parisien a, de son coté, titré « la folle journée de Hors-la-loi », ajoutant que même s’il faut attendre dimanche pour connaitre le palmarès de ce 63ème festival, le film du réalisateur Rachid Bouchareb qui a représenté l’Algérie, ne repartira surement pas bredouille, La Croisette lui décerne à l’unanimité la palme… du buzz.
Le journal du dimanche dont la couverture montrait l’actrice algérienne Chafia Boudraa avec sa tenue traditionnelle algéroise, en compagnie des acteurs principaux du film, déclarait que le film de Bouchareb, avait osé parler de choses jusqu’alors enfouies comme les porteurs de valises.
Publiant également, un entretien avec le réalisateur Rachid Bouchareb intitulé « j’ai avant tout réalisé une saga romanesque »  dans lequel il soulignait qu’il avait voulu à travers son film ouvrir des débats dans la sérénité et qu’il savait qu’il n’était pas anodin d’évoquer le passé entre l’Algérie et la France.
Précisant que  « Ce film parle de la violence politique, de ceux qui l’ont choisi, face à l’injustice. Mais ce thème est universel. Cela interroge sur : jusqu’où peut-on aller au nom de la liberté et de l’indépendance? Demain, une page sera tournée. J’ai pensé surtout aux nouvelles générations. Il n’y a aucune raison qu’elles ignorent leur histoire, leur passé colonial. Le film n’est pas antifrançais. Mais, j’ai l’habitude, on m’avait déjà accusé de la sorte avec Indigènes ».



23-05-2010

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...