RSS

Point de vue Par Ahmed Meskine Un gouvernement hors-circuit

18 mai 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

Les raisons qui plaident en faveur d’un changement du gouvernement ou en son sein, sont en fait, de plus en plus nombreuses. D’abord parce que le communiqué de reconduction d’Avril 2009, juste après la réélection du Président

pour un troisième mandat, laissait entendre que le maintien du gouvernement, tenait à l’expédition de quelques affaires courantes inscrites dans l’agenda présidentiel. Il stipulait «…en outre, et compte tenu du calendrier international ainsi que des exigences internes, le Chef de l’Etat a décidé de reconduire le gouvernement dans sa composition actuelle». Ce qui peut être considéré une année plus tard comme un flou qui a donné lieu à moult spéculations justifiées. En fait d’agenda présidentiel, rien ne dit qu’il n’aurait pas été respecté et mieux géré avec un autre gouvernement plus «frais». En dehors de la conférence du GNL  16 qui devait se clore sur de grandes décisions, et qui n’a pas dépassé le stade d’une petite ballade à l’œil de quelques gaziers, toutes les lignes de l’agenda pouvaient se passer de l’actuel gouvernement. Le gros du travail se faisant au niveau du cabinet d’El-Mouradia et par les services de sécurité. Ensuite les échecs de certains ministres ne sont plus à démontrer, les chiffres parlant d’eux-mêmes lorsqu’on les utilise pour évaluer les capacités de chaque département ministériel à s’inscrire dans une dynamique de développement. Une vraie stratégie. Non pas en termes de consommation de crédits, mais en termes d’impacts sur la vie du citoyen et sur la création d’emplois. En termes d’efficacités de l’administration et de sa capacité à répondre d’une manière moderne et rapide aux besoins des populations. On peut même avancer que c’est tout le gouvernement qui a échoué à ce niveau. Les raisons sont à rechercher dans l’épuisement des hommes dont certains auraient du démissionner à la suite de grands scandales, qui ont touché les institutions dont ils ont la charge. S’agripper à un poste de Ministre quel que soit le prix à faire payer à la solidarité gouvernementale, ainsi qu’à son parti n’est ni de notre temps, ni honorant dans une carrière politique. Certains ministères se sont d’ailleurs transformés en conseils de famille tant les Ministres ont perduré dans la fonction. La corruption, le laisser-aller, le gaspillage sont autant de points noirs qui ont fini par rendre ce gouvernement hors circuit. On ne peut même plus l’utiliser comme fusible.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...