RSS

Larmes invisibles, souffrance vue

18 mai 2010

1.LECTURE

On peut soupçonner Faroudja Amazit d’avoir eu très tôt envie d’écrire, non pas pour faire «écrivain» mais parce qu’elle avait une histoire à raconter. Elle le fait dans Les larmes invisibles avec la sobriété, la simplicité, le dénuement même, d’une conteuse minimaliste. Elle ne nous dit que l’essentiel et cela suffit à provoquer une émotion et une même affection à l’égard de la petite fille – son héroïne, l’auteure – dont personne jamais ne voit les larmes.

L’essentiel, donc ! Faroudja Amazit travailla chez Dior, la maison de luxe bien connue. C’est comme une revanche contre cette fatalité qui a arraché son père à Ifigha, le village kabyle ancestral, pour le jeter à Neuilly-sur-Seine, où, pour compléter ses malingres fins de mois, il vendait des légumes sur les marchés. Dans cette famille nombreuse déclassée par l’immigration, tassée dans un habitat pratiquement insalubre, la petite fille souffre doublement. D’abord de la condition sociale des siens. Ensuite de cette douleur intime et fatale de la singularité de son mal : l’énurésie, connue sous le nom vulgaire de «faire pipi au lit». L’incontinence la contraint à semer partout ses traces maladives, ce qui l’expose à la marginalisation et des représailles. La petite fille terrorisée, encerclée d’hostilité, ne comprend pas pourquoi on la frappe plutôt que de la soigner. Rejetée de tous, hormis de son père, elle finit par reporter sur lui toute son affection. Douleur, humiliations, rejet… rien ne lui sera épargné jusqu’à cette sorte de «déportation», une mise en pension à 300 kilomètres de chez elle où pendant toute une année scolaire aucun membre de sa famille ne viendra lui rendre visite ou même simplement s’enquérir de ses nouvelles. C’est cette histoire de petite fille marquée, stigmatisée même, par la sanction d’une infirmité que nous conte Faroudja Amazit. Episodes dramatiques mais aussi déclaration d’amour à l’égard d’un père qui, dans les conditions de l’époque (illettrisme, misère, oppression, racisme), est néanmoins parvenu à offrir à ses enfants une éducation. Et c’est la prouesse du père et la dette de la fille : s’il a élevé ses enfants dans le respect des traditions kabyles, il les a également préparés à se laisser façonner par les valeurs de la société française. L’auteure est, par conséquent, l’une des rares enfants de la seconde ou troisième génération de l’immigration à affirmer concilier comme des richesses complémentaires ses racines et les valeurs de la société d’accueil. Un autre personnage omniprésent dans ce livre mais par son silence, celui de la mère ! Enfant, l’auteur la redoutait car son mutisme était lourd de reproches. Dans un débat floué par le reflux des religions, il n’est pas inutile de lire des histoires comme celle de Faroudja Amazit qui nous démontre sans le vouloir que les chocs déstabilisant les individus ne sont pas nécessairement ceux qui opposent les cultures ou les religions. Ils sont aussi à l’intérieur des familles. Voire des individus.
Bachir Agour

Faroudja Amazit,
Les larmes invisibles, d’Alger
à Neuilly, Éditions Le Manuscrit

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/05/18/article.php?sid=100284&cid=31

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...