RSS

Chronique judiciaire : Peine capitale pour parricide

15 mai 2010

Contributions


Peine capitale pour parricide

Chronique judiciaire : Peine capitale pour parricide

Agé de 25 ans, H. Abdelwahab ressemble à ces jeunes que l’on croise tous les jours dans la rue. Néanmoins, les vieux vêtements raccommodés qu’il porte trahissent l’échelon de son statut social. Selon l’acte d’accusation, en août 2008, il s’est emparé d’une paire de ciseaux et a porté trois coups au thorax de son père, H. Amara, 52 ans, après une énième altercation au domicile familial, sis au faubourg St-Pierre.

La victime a succombé sur les lieux suite à une forte hémorragie. Elle s’est vidée de son sang bien avant l’arrivée des secours. L’auteur du parricide a pris la fuite sans se soucier du sort de son géniteur. Il a été épinglé après une brève cavale par les enquêteurs de la police criminelle. Les yeux brillants, il déclare sans ambages d’une voix rauque : « Oui j’ai tué mon père. Je voulais en finir avec cette misère qui me collait à la peau depuis ma tendre enfance. » Le président l’invite à expliquer clairement ce qui l’a poussé à commettre son acte. « Prenez tout votre temps, nous vous écoutons », lui dit-il. L’accusé balaie d’un regard inquisiteur les membres du tribunal criminel, temporise un moment pour chercher ses mots, avant de narrer : « Ma famille, qui s’entasse dans un taudis malpropre, a toujours vécu la misère. J’ai intégré le monde du travail à l’âge de 10 ans. Mon père m’a obligé à quitter l’école sous la pression de ma marâtre. Il me menait la vie dure en me battant régulièrement. » « A un âge mineur, vous avez été condamné à 5 ans de prison ferme pour avoir grièvement blessé votre père avec un tournevis. Vous n’avez purgé que 18 mois de votre peine avant d’être libéré », l’interrompt le magistrat. H. Abdelwahab semble avoir été pris au dépourvu, il balbutie : « J’ai bénéficié d’une grâce pour bonne conduite. » Il change subitement de couleur et ses yeux de furet lancent des éclairs lorsqu’il glapit : « J’aurais préféré rester en prison que d’être à la maison avec mon père et ma marâtre. Là au moins j’avais la paix. » Cette confidence interloque le plus imperturbable des présents à l’audience du tribunal criminel, le 17 mai. Le représentant du ministère public a fait remarquer que « l’accusé s’emmêle dans des déclarations contradictoires pour justifier son odieux acte et tente de susciter la compassion ». L’avocat général a conclu son réquisitoire en requérant la peine capitale. Commis d’office, le défenseur met en évidence dans sa plaidoirie la déplorable situation sociale de son mandant et les mauvais traitements qu’on lui a infligés durant son enfance avant de demander le bénéfice des circonstances atténuantes. Au terme des délibérations, le tribunal criminel a maintenu la peine requise. La requête de la défense a été rejetée par le jury.

Par Rachid Boutlélis

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...