RSS

Thèmes de deux expositions au Palais du bey à Constantine L’âge d’or des sciences arabes et les Koutama

13 mai 2010

Non classé


Montées en complète symbiose avec l’empreinte arabo-musulmane de l’architecture du Palais Hadj Ahmed-Bey, en cours de restauration, ces deux expositions indépendantes, caractérisées par un double décor, en l’occurrence les arcades du palais et des vitrines renfermant jalousement objets d’art et pièces archéologiques,

occuperont huit salles du rez-de-chaussée, traversant les galeries de l’édifice jusqu’au jardin des orangers, dans une aura d’époque parfumée de jasmin. Cette manifestation a été créée par le Musée d’art moderne algérien dans le cadre de la manifestation culturelle internationale «Alger, capitale 2007 de la culture arabe», selon M. Abdelaziz Badjadja, chef du projet de restauration du Palais du bey, qui a souligné que cette exposition monumentale, agrémentée de 19 écrans plasma, donnera également lieu à une diffusion continue d’images vidéo. Ce support permettant d’illustrer personnages historiques et objets d’époque, sera accompagné d’agréables sonorités acoustiques dans une atmosphère feutrée de jeux de lumières, a ajouté M. Badjadja. Occasion de revisiter l’histoire au cours de la célébrationà l’occasion du mois du patrimoine, cette station de l’évolution de la chronique arabo-musulmane soulignera, a-t-on noté, l’œuvre des Koutama, une branche des tribus berbères du Nord, dans la naissance de la dynastie des fatimides. «Une dynastie qui s’est étendue jusqu’en Egypte sous la houlette de Djaouhar Sikilli (le Sicilien), à la tête de 100 000 combattants formés majoritairement de Berbères Koutama, fondant par la suite Le Caire en l’an 358 de l’Hégire, et réalisant El-Azhar», haut lieu du culte musulman en 361, a rappelé ce responsable. Ponctuée d’illustrations colorées de différents types de calligraphie arabe, de modèles d’instruments performants, tels que des objets de laboratoire, des astrolabes, des engins de levage, des dispositifs hydrauliques et autres, l’expo «l’âge d’or des sciences arabes» démontre, «preuves à l’appui», la consistance de la civilisation arabo-musulmane, a, également, indiqué cet architecte-restaurateur. L’exposition représente divers registres du savoir, depuis l’exploitation des héritages anciens, à l’exemple de connaissances babyloniennes, indiennes et surtout grecques, affûtées au fil du temps, jusqu’aux autres sciences de base, telles que la géométrie, le calcul et la théorie des nombres qui ont donné naissance à de nouvelles disciplines comme l’algèbre, la trigonométrie ou encore l’analyse combinatoire. Des mathématiques à la chimie, en passant par la mécanique, la chirurgie, jusqu’aux sciences du temps «ilm al miqât», de l’astronomie, à la médecine, aux sciences physiques, ce sont, selon M. Badjadja, des «pages entières constellées des noms et de parcours escarpés d’illustres maîtres musulmans qui ont porté haut le flambeau de la connaissance avant même le VIIIe siècle». A une époque où l’humanité baignait dans un féodalisme sauvage et un obscurantisme aveugle, des foyers intellectuels appuyés par les premiers califes musulmans, d’abord à l’époque omeyyade, puis au cours de la première partie de la dynastie abbasside, ajoutés au développement de l’industrie du papier ont été, selon M. Badjadja, «autant de facteurs déterminants dans l’expansion de l’âge d’or des sciences arabes» que traite un des volets de l’exposition. Celle-ci sera ouverte au grand public entre le 14 mai et le 27 novembre au public. Agence


13-05-2010

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...