RSS

Quand la paix s’éloigne de Moumouh Icheboudène

13 mai 2010

Non classé


Quand la paix s'éloigne de Moumouh Icheboudène


Quand la paix s’éloigne, signé par Moumouh Icheboudène, n’en finit pas de revisiter la mémoire tourmentée de la décennie noire. Publié à compte d’auteur, l’ouvrage est un recueil de deux nouvelles.

La première se veut une confrontation frontale entre lumières et

ténèbres. L’intrigue se développe autour d’un retour miraculé, celui de Youcef, un jeune militaire, qui a failli laisser sa vie entre les griffes d’un groupe terroriste. L’homme rentre à la maison dans l’espoir de renouer avec son amour d’enfance. Oublier son cauchemar. Suprême désillusion. Sa dulcinée l’ayant déjà mis aux oubliettes. Accablé, il trouve un refuge douillet sous l’aile protectrice des M’lih. Et cerise sur le gâteau, un mariage avec Warda, l’unique fille de cette famille altruiste. Aux principes progressistes, Youcef dénonce dans la presse locale les chasseurs de lumières. Sa prise de position lui sera fatale. Il sera derechef traqué par les terroristes. Pour fuir les fous d’Allah, le jeune médecin prend le chemin de l’exil.

En terre française, le couple algérois découvre l’autre visage hideux de la France : exclusion et stigmatisation. De guère las, il décide, en compagnie de sa femme, de renter en Algérie afin d’humer son soleil et défendre son rêve d’une terre débarrassée de la peur et de l’inquisition. Dans ce texte flamboyant d’humanisme et de courage, l’auteur jette, à travers ses portraits incisifs, un regard aiguisé sur la période trouble de l’histoire du pays. Toute différente de la première, la seconde nouvelle évoque le dur apprentissage d’une jeune femme sur les sentiers de la vie. Fatiha, étudiante en médecine, avance avec des œillères. Vite, sa vie bascule. De son attirance pour le fils d’un grand médecin, elle se retrouve de mèche sentimentale avec un autre qu’elle prenait pour le plus misogyne des hommes.

Au fil des pages, elle apprend à mieux comprendre ceux qui l’entourent et surtout à faire sagement le tri. Touchant au plus intime de son héroïne, l’auteur met à nu les vérités qu’elle se refuse à entendre. Pour son baptême du feu, Moumouh Icheboudène maintient l’équilibre entre l’amertume du traumatisme et la volupté d’aller de l’avant, avec le calme de quelqu’un qui fait confiance à l’espoir.

Par Hocine Lamriben

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...