RSS

Des clercs obscurs par Abdou B.

13 mai 2010

Contributions

«Je réputais presque pour faux tout ce qui n’était que vraisemblable» (Descartes)

Rythmées sur le calendrier officiel, ou par réaction à une quelconque initiative française, des dates sont commémorées sans faste, sans imagination ni envergure à même de séduire les jeunes. Selon des rituels défraîchis par la routine et l’oubli, et au signal,

fleurissent pamphlets, commentaires et interventions qui s’apparentent plus à des offres de services qu’à des travaux réfléchis et maturés avec patience. Les massacres du 8 mai 1945, l’emblématique nuit du 1er novembre, la fête de l’indépendance, l’assassinat de Boudiaf, les meurtres de Krim et Abbane, les coups d’Etat, tout est recyclé par les uns et les autres, tout sert d’alibi, de rente, de rappels comme pour un vaccin, pour continuer d’exister face à une traversée que n’assume que les grands, dans le silence et le temps consacré à la réflexion et/ou à l’écriture. Parfois, ceux qui ont évité le maquis alors qu’ils avaient l’âge pour y aller comme les précurseurs de l’épopée nationale ne sont pas les moins bruyants et les moins prolixes en déclarations, tardives, contre une loi française votée par des députés légitimes.

Les dates les plus emblématiques du mouvement national, les plus marquantes de la guerre de libération nationale sont métamorphosées méticuleusement en de simples rituels qu’annonce le calendrier escorté par des tics routiniers qui anesthésient la mémoire collective, déconnectent la jeunesse prise dans les rets des prêcheurs et du ballon rond. Des dates étaient jadis célébrées dans des stades combles où jeunes filles et jeunes gens dansaient lors des Algériades, dans des cités universitaires mixtes. Jadis des maquisards et l’ANP défilaient sur le front de mer désormais masqué par des abominations.

Mais aujourd’hui, on juge et on tue pour la énième fois des héros, des libérateurs, des bâtisseurs dont les noms ne disent rien à de larges franges de la jeunesse, on marginalise les historiens au profit de bavardages, d’associations rémunérées, de «familles» de plus en plus élargies qui défient le temps, la biologie, la maladie pour téter leur quote-part de Sonatrach, assimilée à une sorte de scandales, de détournements insondables. Quoi qu’il se passe en Algérie, dans le monde arabe, en Palestine et ailleurs, le silence des clercs est la norme, la règle consensuelle dans de nombreux microcosmes qui squattent la presse lorsque l’évènement les concerne, eux, exclusivement. Une A.G, la parution d’un livre, la fin de tournage d’un des rares films réalisés en Algérie, un tir de barrage contre le seul diffuseur T.V du pays qui n’a pas d’argent ou qui ne veut pas financer de «l’incorrect» alors que tout est aseptisé, le maximum de clercs, d’artistes occupent les journaux et les radios pour leur «promo».

Le combat de Benbrik n’a d’écho que dans des journaux privés. L’état d’urgence, quels que soient les points de vue des uns et des autres relève du mandarin pour nos écrivains, chanteurs, dramaturges et cinéastes. C’est que l’argent pour la culture est plutôt rare, le guichet unique (une seule chaîne de TV), le livre assez cher alors que les listes d’attente s’étirent et chacun joue du coude, mais en silence. Le dernier film de Bouchareb dans lequel l’Algérie est minoritaire en termes de financement, et absente pour «Indigènes» pris en charge pour beaucoup par le Maroc occupe l’actualité cinématographique et politique en… France. Dans un appel à la censure pour une fiction des politiques de droite, d’extrême droite et des membres de l’Exécutif à Paris remontent au…front. Leur objectif était de faire retirer le film de la compétition à Cannes, sinon de rendre publics un point de vue, la nostalgie de l’Algérie française et de faire vivre des mécanismes qui font que l’on peut, en France, dire, manifester et publier des pétitions même dans le ridicule, l’intolérance avec la volonté de peser sur les relations franco-algériennes. Et c’est de bonne guerre dans des conflits de mémoire, une rente mondialement partagée, surtout des deux côtés de la Méditerranée. Complémentaires, des combattants de la 25ème heure bavardent, miment l’indignation, se font oublier dans l’attente d’une escarmouche, d’une loi, d’un film ou un match de foot pour montrer le bout du nez. Dans la guerre des mémoires que se livrent des appareils politiques pour le monopole d’une histoire, d’un héros, d’une date et qui n’ont ni la compétence, la seule acceptable, des historiens, la grande foule de clercs et d’artistes algériens évitent l’engagement politique comme la peste. Les référents consensuels que sont Yacine, Dib, Mammeri, Sénac, Jeanson ou Sartre sont souvent cités mais peu respectés et honorés en faisant de leurs positions politiques des points de convergence ou des exemples à transmettre. En France, des intellectuels français et algériens, à visage découvert, ont dénoncé les attaques contre le film de Bouchareb, au nom de la liberté de création et d’expression. Si cette liberté est défendue là-bas, elle doit l’être ici de préférence. Et c’est ce qui paralyse de nombreuses «vedettes». Elles sont terrorisées à l’idée que leur dénonciation de la censure en France à l’encontre d’un film réalisé pour un basané, donne l’impression que la dénonciation et le refus de la censure puissent être comprises à l’adresse des censeurs locaux, des dirigeants ou d’une quelconque «famille». Nos clercs sont souvent obscurs dès qu’une carrière, une subvention, une promotion risquent quelque peu d’être gênées. Au diable les libertés et le droit à l’expression pourvu que les leurs soient, dans des limites, acceptées.

La guerre des mémoires, autour d’héritages symboliques et surtout de rentes grasses, sonnantes et trébuchantes ne cesse de se dérouler entre la France et l’Algérie. Elle se joue aussi à l’intérieur de chacun des deux pays pour des motifs avouables et d’autres pas. Tous ceux qui ont eu à s’exprimer ici, sur des pans de la guerre de libération, sur des hommes au-delà de l’adoration ou de la détestation exprimées ont bien raison de le faire. Ce sont autant d’espaces arrachés à la norme officielle, aux gardiens intéressés de temples inconnus pour les jeunes et qui risquent de disparaître de notre histoire si le champ n’est pas ouvert aux artistes, aux élites, à la société entière. Quant à l’histoire avec un grand H, en Algérie comme en France, elle appartient aux seuls historiens avec l’ouverture de toutes les archives, du coffre-fort officiel. Et c’est là ce qui peut être une pétition pour des clercs, silencieux mais obscurs.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...