RSS

Débat sur Amirouche : dépasser l’hagiographie et la technique de «l’homme de paille» Par Mourad Benachenhou

12 mai 2010

Non classé

Apparemment, les adeptes du «amirouchisme » ne trouveraient acceptables que l’une des trois versions suivantes de sa vie, présentées isolément ou combinées en un syncrétisme fondant une nouvelle secte de caractère quasi-religieux et un culte, celui de Amirouche : a) La version «Western spaghetti» telle qu’illustrée par le film-culte Le Bon, la Brute et le Méchant complétée par les personnages du fossoyeur et de l’officier félon ; Amirouche serait évidemment le Bon; on laisse à tout un chacun de distribuer les rôles restant à d’autres personnages de la période historique en cause.

b) La version «Histoire du martyr d’un saint» avec un saint, qui serait, indubitablement, Amirouche, un traître, un juge et un bourreau, et même le détail important du double «enterrement», sans lequel cette version ne serait pas complète ; là aussi que tout un chacun peut distribuer à sa guise les rôles restants.
c) La version «Légende inca», où Amirouche serait un dieu inca réincarné qui aurait besoin de sang humain pour vivre une seconde vie avec l’assurance de l’éternité ; et les victimes de la Bleuite ne seraient que les offrandes sacrificielles nécessaires pour assurer cette immortalité.
Cependant, beaucoup appartiennent, et c’est probablement leur erreur et leur tort aux yeux des tenants de ce nouveau «culte», au groupe de ceux qui proclament, en toute simplicité, que Amirouche était un homme ordinaire, dont le caractère extraordinaire s’est révélé au cours d’une épreuve imposée par des circonstances historiques à tout le peuple algérien, et que son histoire personnelle reflète à la fois son humanité, avec ses forces et ses faiblesses, ses moments de cruauté comme ses instants de générosité, d’un côté, et de l’autre, ses qualités intrinsèques de leadership qui ont fait de lui un homme historique aux dimensions exceptionnelles. C’est en cohérence avec cette vue réaliste que j’ai apporté ma modeste participation au débat soulevé par la biographie de Amirouche, biographie dont l’auteur se trouve être le chef d’un parti politique, par définition un homme visant à atteindre des objectifs politiques par la réécriture de l’Histoire, et ne cherchant pas systématiquement à recréer une histoire de manière neutre et scientifique. Il n’est pas question de faire le reproche à cet auteur d’avoir réalisé une œuvre essentiellement partisane ; c’est son libre choix et il se doit de l’assumer totalement et sans réserve. Mais qu’on ne force pas au silence ceux qui ne sont pas d’accord avec cette version, même si l’on soupçonne que leurs propres vues sont teintées d’un biais partisan. La licence que s’accorde ce chef de parti ne peut être un privilège qui lui serait réservé à titre exclusif, car si c’était le cas, où est la liberté de pensée et d’expression ? Et au vu de ses choix politiques déclarés, et plus particulièrement de ses convictions démocratiques maintes fois proclamées, cet auteur devrait être le premier à voler au secours de ceux qu’on empêche de contribuer à faire avancer la connaissance de l’histoire de l’Algérie, sous le prétexte que leur témoignage serait teinté de penchants ou d’objectifs politiques cachés. Ce que l’on constate, c’est que le débat, tel qu’il a été orienté, n’a rien de démocratique, et qu’il a visé à imposer une seule vue en provenance d’une seule source et d’une seule région du pays. De plus, on a recours à la technique connue de «l’homme de paille», où on fait semblant de s’attaquer à une ou plusieurs personnes jouissant d’une certaine notoriété, et encore en vie, mais qu’on réinvente, en faisant d’elles une description qui conforte dans leurs vues les monopolistes qui veulent imposer leur version, et pour les besoins d’un débat fictif à sens unique, dont ils manipulent les thèmes et l’amplitude. Il est donc nécessaire de ramener ce débat aux points réels qu’il soulève, qui sont trop connus maintenant pour qu’on ait à les mentionner encore une fois, et non tenter à tout prix de le maintenir sur une voie de monorail qui ne mène nulle part et qui forme un cercle vicieux, jusqu’à présent sans cesse parcouru et reparcouru. Ce débat prouve, s’il le fallait encore, que le plus grand obstacle au progrès politique, qui n’est à confondre ni avec le progrès technique, ni avec le progrès culturel, est l’absence de progrès mental chez une partie particulièrement activiste de l’élite algérienne, qui continue à cultiver le populisme à fleur de peau, populisme qui a permis la libération de l’Algérie, mais a depuis longtemps perdu de son efficacité sociale. Le mythe du héros sans taches, sans peur et sans reproche, dont le prototype est «le Sahib Ezzaman» de l’ancienne tradition populaire, continue à être entretenu par une élite qui, pourtant, se prétend résolument ouverte aux idées politiques et sociales du monde moderne, et fréquente les cercles cosmopolites générateurs de l’opinion publique à l’échelle de la planète. On perpétue, même dans les cercles algériens qui se piquent de modernisme avancé, la culture hagiographique, ou histoire des saints, qu’on confond avec la biographie des acteurs importants de notre histoire.
En conclusion
1) En parallèle à un sérieux travail de recherche historique, qui, de par sa nature, prendra du temps et des efforts intenses, mais qui devient de plus en plus indispensable pour arrêter les dérives partisanes et régionalistes actuelles, il serait utile que quelques chercheurs effectuent l’analyse du contenu et des techniques diverses de rhétorique utilisées dans le débat et des arguments avancés par les uns et les autres.
2) Cette analyse pourrait révéler ce que ce débat, même biaisé et à sens unique, reflète comme retards dans les esprits qui se proclament les plus éclairés, et comme obstacles mentaux à la mise en place d’un système politique moderne en Algérie.
3) Elle prouverait que le système politique actuel, que tout un chacun accuse de tous les maux, n’est pas une création «sui generis» dont une minorité assumerait seule la responsabilité.
4) Elle démentirait ce que veulent faire croire certains qui se targuent d’en constituer l’opposition et d’être à même d’y concevoir une alternative, et prouverait que ce système représente bien une image fidèle du niveau d’évolution de ces élites face aux défis du quotidien et du futur.
5) Si ce travail de réflexion était mené, même les insultes et les invectives lancées unilatéralement n’auraient pas été finalement inutiles, car révélatrices d’une tournure d’esprit répandue chez une bonne partie de notre élite, qui tarde à se détacher des atavismes venus du fond de notre histoire, et à progresser, mais également des racines profondes de cette crise que tout un chacun ressent, mais dont personne, et aucun groupe de quelque nature qu’il soit, et quelles que soient ses convictions, ses certitudes et ses affirmations, n’a la solution immédiate, car, pour autant qu’elle existerait en puissance, elle prendrait beaucoup de temps pour mûrir.
6) Le débat sur la vie et la mort de Amirouche dépasse donc, et de loin, les limites régionales ou ethniques et les détails anecdotiques ou cruciaux dans lesquels certains veulent le maintenir.
7) En réduisant ce débat à un monologue utilisant la technique usée de «l’homme de paille», ses partisans réduisent la dimension historique et humaine de Amirouche, et la portée des problèmes nationaux que le traitement de son histoire personnelle a posés et continue à soulever au-delà des détails de sa vie et de sa mort.
M. B.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/05/12/article.php?sid=99997&cid=2

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

9 Réponses à “Débat sur Amirouche : dépasser l’hagiographie et la technique de «l’homme de paille» Par Mourad Benachenhou”

  1. iferhounene Dit :

    soir d’Algerie s’est contenté de publier la réponse de Benachenou, maispas l’article de si hadj abdenour qui a suscité Benachenou à ecrire
    une prise de position , un parti pris du baveux soir d’Algerie

  2. iferhounene Dit :

    soir d’Algerie ne peut etre accusé d’impartialité.il est méme regionaliste sinon comment expliquer cette arnaque : il publie une reponse sans l’accusation

  3. iferhounene Dit :

    Mourad Benachenou déclare la guerre au cadavre du colonel Amirouche
    posté par abdenour Débats, Débats sur Amirouche May 10, 2010

    Quand Benachenou dit” le débat ne concerne ni ma vie, ni ma participation à la guerre de libération” il faut lire : ne cherchez pas à connaitre mon histoire.Et quand il ajoute” mais des crimes de guerre commis en wilaya III” comprenez ce que les kabyles ont fait de répréhensibles! il y a là une volonté d’éloigner se mettre à l’abri de la critique et d’éloigner sa propre personne de la réplique de son adversaire , de la presse et des témoins historiques.Ici, selon Benachenou, l’objet , le sujet du débat reste son adversaire, en l’occurrence ici Rachid Adjaoud à qui il répond dans le soir d’Algérie, et par ricoché, cherche à attenter à l’honneur et à la notoriété du colonel Amirouche. En effet en condamnant Si Adjaoud Rachid et en le traitant de tous les noms, c’est le colonel Amirouche que Benachenou veut atteindre. Le procés de Adjaoud est ausi le proceés du colonel. Ce qui dénote de la part du professeur Bencahenou une intention criminelle insidieuse envers le colonel Amirouche. je l’ai dit et je le redis, Si Benachenou a condamné le colonel Amirouche pendant qu’il fait l’éloge du colonel Bouemedienne. Pourquoi? la réponse vous la trouverez dans cette phrase lapidaire du colonialisme français ” la révolte arabe des kabyles à Constantine” ça ressemble un peu à cela. Vous voyez ce que je veux dire?

    allons! réveillez-vous messieurs les pseudo révolutionnaires scolastiques, théoriciens de toutes sortes! l’aéroport international d’Alger devrait porter le nom du colonel Amirouche, de Sil Houas, Ben Mhidi, Abane Ramdane, Krim Belkacem, ou Djamila Bouhired,Tadjer Doudja, Mohamedi Said, Ourida Meddad, Ali La pointe, Mohand Oul Hadj, Ahmed Medeghri, Khemisti,Chaabani, si nous étions un pays de droit et de justice, et non pas de celui qui a vécu dans l’ombre et qui a été l’auteur de deux coups d’états, de plusieurs assassinats de hautes personnalités algériennes, révolutionnaires!!!! Sur ce point je donne raison à Ali Kaffi quand il dit que l’Algérie va vers l’inconnu…un inconnu alarmant …irreversible…grace précisément à Boumédiene, le Staline algérien sans la puissance soviétique.
    je continue … quand Si Benachenou dit en parlant toujours de Si Rachid Adjaoud “qui prétend avoir été secrétaire d’Amirouche” je dirai quant à moi qu’il n y a pire aveugle que celui qui ne pas voir et pire sourd que celui qui ne veut entendre. Alors, et oui! alors que il suffisait pour notre professeur d’université et non moins ex ministre, qui développe une animosité en direction des maquisards, les héros du terrain militaire, ceux de l’intérieur par opposition aux DAF, car lui si Benachenou, est philosophe, inefficace en économie, en Finance.
    je continue… il suffisait au prof d’économie philosophique de lire quelques livres écrits par …je donne la liste

    - Rouby- l’otage d’Amirouche

    - Grill- le colonel Amirouche

    - Hamou Amirouche – un an avec le colonel Amirouche

    - Mekacher- au pc de la Wilaya III
    - Azouaoui- jumelles – le déluges en kabylie

    - Djoudi Attoumi- le colonel Amirouche Et avoir 20 ans dans les maquis

    ENFIN! Said Sadi- Titre, vous le connaissez certainement

    Abdenour Si Hadj Mohand- mémoires d’un enfant de la guerre( oui c’est moi-même)

    il comprendrait que Si Rachid Adjaoud a bel et bien été le compagnon, l’ami fidéle et l’élève du colonel Amirouche.
    Et si, sa majesté le roi désire bien avoir des preuves irréfutables de sa participation sincère, indéfectible au coté du colonel Amirouche y compris celles des services secrets français que je détiens, je suis prêt à lui livrer ces pièces d’archives gratuitement.

    Il y a comme de la xénophobie chez Si Benachenou à vouloir à tout prix par un raisonnement syllogique insidieux en méme temps, à reduire à un simple portrait de hors-la-loi, celui que toute la kabylie, enfant femmes, vieillards, a chanté chéri comme l’enfant unique, bienfaisant, intelligent, irremplaçable, aimant ses parents et adorant son pays.

    fini la pratique moyenâgeuse qui consiste à cacher la vérité en racontant des histoires à dormir debout , d’ogresses et -tseryel ou awaghzen!
    il faut, à l’ére de la communication par internet, de la robotique, de la cybernétique, de la communication par satellite, cesser de nous faire prendre les vessies pour des lanternes!
    En condamnant Amirouche et ses disciples dont Si Adjaoud, Attoumi, vous condamnez en moi l’espoir. Vous tuez en moi la vérité éternelle que mon père n’a pas été fusillé pour rien, mon frère n’a pas fait ses nombreux discours, protégé par 400 maquisards qui composaient les troupes du colonel , pour rien.

    En vous attaquant à mes mémoires d’un enfant de la guerre, vous tentez de me faire admettre que pour moi-même enfant de 9 ans, indigène, bougnoule, crasseux, le capitaine Wolf et son lieutenant Pelardy étaient des hommes venus du pays des Roumis, pour effectivement nous civiliser, nous initier à la démocratie.

    Monsieur Benachenou s’insurge contre mes frères de misère qui m’avaient donné le courage de surmonter le choc et survivre après l’opération jumelles, à la mort de mon papa chéri. Amirouche était mon papa, ses disciples étaient mes frères.

    Alors de grâce, ne comparez pas le colonel Boumediene qui a eu cette générosité de m’offrir 1 dinar par mois, cette ridicule pension d’enfant de chahid , à ceux qui, déjà à la mort de mon père , vers la fin de juillet 1959, nous avaient doté d’une pension honorable, alors que les combats faisaient encore rage dans cette région des quenqui genti – les arouces Du Djurdjura .

    Je me pose aujourd’hui cette question en vous lisant : n’êtes-vous pas “un bleu”, un vrai , Si Benachenou? ou bien un psychopathe d’un genre compliqué, que ni Saadi , ni la science américaine recourant à la formule dit du brainstorming ne sauraient guérir. Vous êtes atteints de Machiavélisme aigu.

    La lecture des nombreux ouvrages déjà sur les étals des librairies et rayons des librairies sur la guerre d’Algérie vous aideraient certainement à recouvrir votre conscience , car à l’heure où le débat s’élargit au monde entier, vous sombrez dans une amnésie profonde et vos prises de conscience passagères laissent libre cours à vos crises convulsives qui montrent bien que vous êtes habités par un fantôme qui se nomme” le colonel Amirouche”

    Voici un poéme dédicacé par ma mère sur la bleuite,pour vous initier à l’histoire telle que narrée par la vox populi
    wiyak ayouliw asvar
    barkak ahabbar
    machi alaya dhek ithadhra

    adh-les bleux ighdissirakline
    adha diffictine
    nawham dhachou dhassabba

    midannane elhaq athazine
    khaddamnagh dhithamaayine
    assakhravna dhi laamma

    dhrabbi yawthithene
    housvene sathaazwine
    arouah adjahannama

    o! mon cœur résigne-toi
    cesse de te lamenter
    tu n es pas seul a subir

    les bleus nous ont encercles
    ceux qui nous ont été affectes
    sans savoir le pourquoi

    ils affirment qu’ ils auront gain de cause
    en gavant d’ intox
    pour diviser notre nation

    Dieu les a maudit
    la bastonnade est leur punition
    ils sont destines a l’enfer

    Si Hadj Mohand Aini né en 1918 à iferhounéne
    epouse et mére de ” martyrs de la Révolution

  4. iferhounene Dit :

    Soir d’Algerie : manoeuvre dangereuse au service de Benachenou. Que veut prouver cette presse trop pressée
    posté par abdenour Débats, Débats sur Amirouche May 11, 2010

    le soir d’Algérie vient de publier une réponse de Benachenou à une mise au point adressée par Abdenour Sihadj à l’ex ministre et professeur d’université sans avoir au préalable publié ce message.On se pose la question dés lors à qui s’adresse si Mourad Benachenou?

    Voilà une façon de faire qui rappelle la pratique honnie de l’ex parti Unique. Ou bien alors est ce la fin des vaches grasses des baveux en désuète de notoriété,de scoop , talonnés par le journal électronique comme algerienetwork.com et des milliers d’autres, qui se profile à l’horizon ET POUR FAIRE BONNE FIGURE DE CONSISTANCE FINANCIERE, entre financiers on peut tomber d’accord sur la rentabilité d’une politique, on attire le lecteur par un titre pompeux, ignorant tout de l’objectivité. on affiche alors “débat sur Amirouche par Mourad Benachenou” ça fait académique et officiel en même temps. On se fiche de celui qui a stimulé cette crise convulsive, en écoutant le bourreau sans entendre la victime, ni même s’informer de l’accusation ou vis versa.

    Peut-on alors deviner à qui s’adresse notre illustre prof d’université? ou bien alors c’est le baveux du soir d’Algérie qui prend parti de façon insidieuse et qui a préféré chercher quelque encouragement d’un ex ministre? complexe quand tu nous tiens, on préfère se frotter à ce machin d’appareil d’Etat, même si l’organe est désuet,obsolète.

    Mais bien sur! dans ce système vassalisant que peut un fils de chahid devant un ex-du pouvoir?
    comme quoi, la presse en Algérie elle a devant elle tout le temps pour se professionnaliser. Après tout même le foot en

    Algérie souffre d’amateurisme. il n y a pas que le journalisme qui est en retard,mais chez Soir d’Algerie ,on en est au balbutiement.

    NB-je me tiens à la disposition de la famille Ait Hamouda,pour fournir tous les éléments nécessaires au dépot de plainte contre toutes personne ayant tenté de porter préjudice au martyr “Amirouche”

  5. iferhounene Dit :

    BENACHENOU : UN HISTORIEN QUI FONCTIONNE A LA PILE WONDER
    posté par abdenour Débats, Débats sur Amirouche May 11, 2010

    amirouche et ses compagnons

    la grande question dont on n’a pas de réponse aujourd’hui, n’est pas de dire ce qu’ a été ou fait le colonel Amirouche. Mais c’est de pouvoir affirmer sans risque de se tromper: existe t-il un personnage de sa trempe, de son envergure dont le pays a grand besoin, aujourd’hui, pour sauver du chaos, de l’explosion et de l’ecartellement la nation ?
    les occidentaux scrutent l’horizon immédiat,les russes se rapprochent davantage,les chinois cherchent un pied à terre, les américains sont maitre du jeu.

    le mythe de “sahib ezzaama” aurait été bien accepté , assimilé si Si Benachenou l’avait généralisé aux autres Boumediene et consorts.la logique de si le professeur d’Economie philosophique ressemble à cette pile wonder qui ne s’use que si l’on s’en sert.il developpe, si Mourad, une logique pathologique dés lors que l’on prononce le nom ” du colonel Amirouche”. comme quoi la fin justifie les moyens pour ternir l’image d’une icone de la révolution.

  6. iferhounene Dit :

    le pouvoir a lutté pour empêcher l’amirouchisme de naitre , de se développer , que Benachenou s’attèle déjà à partir en guerre contre l’Amirouchisme. c’est ce que l’on appelle  » tuer le poussin dans l’oeuf
    abdenour si hadj mohand
    iferhounene.unblog.fr

  7. si hadj mohand Dit :

    un clan se constitueautour du journal le soir d’Algerie
    les donneurs de leçon de patriotisme , en l’occurence Benachenou et Mebroutine , ont trouvé un os à ronger. ils se réjouissent au jourd’hui d’avoir été attiré par le theme qui leur permet de cracher leur venin , sous couvert de la liberté d’expression que le soir d’Algerie leur offre unilatéralement en muselant toutes contradictions à leurs theorires machiaveliques qui peuvent venir des personnes plus credibles ,plus au parfum de la chose historique et politique
    Le soir d’Algerie se fait complice d’une action expeditive contre nos heros sinceres qui se sont sacrifiés,pendant que des opportunistes preparent avec l’aide de la France la p^rise du pouvoir post independance. ces opportunistes ont laissé des heritiers , ils s’expriment librement sur soir d’Algerie, sachant que quelque change en Algerie : l’amirouchimse s’installe allégrement

  8. si hadj mohand Dit :

    trop theorique ! trop theorique , en lisant Bencahenou , on croirait etre dans un film western.
    l’operation jumelles n’existe pas , il est saoulé par l’envie de surpaser celui qui est insupassable dans les maquis : il a fait et il est mort les armes a la main. les evenements ne se se reproduisent plus

  9. si hadj mohand Dit :

    le livre de Said Sadi, le psychiatre, n’a fait reveiller en le personnage de Benachenou , les profonds refoulements,les profondes frustrations ;que suscitent le heros de la révolution :le colonel Amirouche. les interventions unilaterales du orifesseur sur le baveu soir d’Algerie qui lui accorde le monopole de l’expression, ne sont que un crise convulsive, ou tout au moin s, pour etre plus clément une logorrhée. Benachenou livre bataille au corps inanimé du colonel Amirouche. il s’attaque à tous les auteurs qui disent du bien de celui qui n’a que beaucoup de bien a son peuple.Benachenou a ignoré des auteurs français,car il ne veut et ne peut s’attaquer à ceux qui l’ont reconforté dans son raisonnement en provoquant la bleuite.
    il pourrait nous dire un mot sur ces auteurs :
    René Rouby
    Grill
    et méme sla revue historia
    Benachenou est comme une pile Wonder;il ne s’use que si l’on s’en sert.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...