RSS

Soug ennsa Par M. Mahdia La solitude finale des mariages mixtes

9 mai 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

On n’en parle pas beaucoup aujourd’hui, à l’époque de la harga et des «papiers à tout prix», et des mariages blancs, mais, c’était un vrai débat national pendant les premières décennies d’indépendance: le mariage mixte? Hallal ou illicite ?

Une erreur ou une possibilité ? Un drame ou une solution ? Epouser une occidentale ou une étrangère de manière générale, a ses avantages et ses inconvénients. On y gagne un mariage à peu de frais, les «papiers», la situation, peut-être la fidélité et l’impression d’être tout le temps en voyage tout frais payés. On y perd la vieillesse calme, la soupe du Ramadhan, les racines partagées et le lien avec les siens. Cet exil douloureux, beaucoup d’algériens tentés par le mariage mixte en souffrent. Mais le plus douloureux dans cette aventure restera toujours les enfants: comment les éduquer? Comment leur donner deux cultures et pas deux problèmes à gérer? Comment leur faire accepter une religion au détriment de l’autre? Comment leur apprendre une langue qu’on perd chaque jour? L’autre drame des mariages mixtes est aussi la vieillesse. La «Âkba», les vieux jours, comme on dit chez nous. Cet âge où l’on revient aux siens et à son monde, où l’on est tenté par une hadja à la Mecque est où on espère une femme qui vous porte doucement sur ses épaules jusqu’à la tombe. Les enfants de l’Occident ont, en effet, un rapport avec leurs vieux parents que nous jugeons, nous, indécents et criminels. Ces «vieux jours» terrifient les candidats aux mariages mixtes et rendre encore plus tristes, les vieux immigrés, dans les bas quartiers de Paris. Un mariage mixte est le drame de quelques milliards de personnes et de deux univers de cultures et de religions différentes que doivent résoudre, à leur insu, un seul homme et une seule femme à leurs dépens. De quoi laisser sceptique sur l’avenir de l’amour quand il a deux nationalités.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...