RSS

MORT DU COLONEL AMIROUCHE Les contradictions remontent à la surface

9 mai 2010

Non classé


Le livre de Saïd Sadi Amirouche : une vie, deux morts, un testament force, pour pertinent qu’il soit dans l’interrogation qu’il assène à l’histoire, au déchaînement des réactions. Après Mourad Benachenhou, Ali Mebroukine, c’était au tour de Ali Kafi, colonel de la Wilaya II historique, d’attester d’une réaction-témoignage. Sa vérité et celle de Benachenhou, loin de se confondre, s’entrechoquent en se contredisant.


Sofiane Aït-Iflis – Alger (Le Soir)- Ainsi en est-il des liaisons radio entre Tunis et la Wilaya III. Ali Kafi affirme ( El Watan du samedi 8 mai 2010) que Krim Belkacem ne pouvait pas avoir alerté le colonel Amirouche, qui devait partir à Tunis, sur l’impératif de changer d’itinéraire pour la simple raison que les contacts radio avec la Wilaya III passaient par lui. «Impossible. Il (Krim Belkacem, ndlr) n’avait aucun contact radio avec Amirouche. Les contacts radio avec la Wilaya III passaient par moi. Krim, maquisard depuis 1947 et connaissant parfaitement les techniques de l’ennemi, ne pouvait pas envoyer un message écrit, de peur qu’il ne tombe entre les mains des Français. Et comme on était pressés par le temps, il ne pouvait pas aussi transmettre le message par le biais d’une personne.» Dans son opinion livrée dans Le Quotidien d’Oran le 17 avril 2010, Mourad Benachenhou évoquait, lui, une tentative vaine de joindre le colonel Amirouche. «Quelques jours avant la bataille qui a coûté la vie au colonel Amirouche comme à Haouès, l’échange de messages entre différentes unités ennemies, messages interceptés et déchiffrés par les services d’écoute de l’ALN, faisait état de rumeurs, parmi les populations locales, du déplacement de Amirouche en compagnie de Haouès ; les bulletins de renseignements généraux de la gendarmerie nationale ennemie, diffusés en clair tous les jours à 17h, ont, à la même époque, mentionné ce déplacement», écrit-il, poursuivant : «Krim Belkacem, Boussouf, Bentobbal et Nacer ont été informés de cela ; en même temps, les services de transmissions de l’ALN ont tenté de contacter en vain Amirouche pour l’informer qu’il avait été repéré et qu’il devait changer d’itinéraire ; comme il avait de son propre chef décidé de ne plus recevoir de messages de Tunis, les Wilayas IV et II ont été contactées pour lui transmettre l’information ; mais elles aussi n’avaient pas le moyen d’informer à temps Amirouche.» Mourad Benachenhou, qui fut au moment des faits de l’autre côté des frontières, parle bien de tentatives de joindre le colonel de la Wilaya III et ce n’est qu’après l’échec de ces tentatives que les Wilayas IV et II avaient été sollicitées pour transmettre le message. À en croire Benachenhou, le contact avec la Wilaya III était, du moins d’un point de vue logistique et au plan opérationnel, possible. Que le colonel Amirouche ne daignait pas recevoir les messages en provenance de Tunis est une autre histoire. Ali Kafi, pour sa part, souligne que «les contacts radio avec la Wilaya III passaient par moi». Si, comme l’atteste Benachenhou, Krim, Boussouf, Bentobbal et Nacer avaient essayé de joindre le colonel Amirouche, Krim aurait bien pu, comme Saïd Sadi le rapporte dans son livre, joindre, dans une initiative propre, le PC de la Wilaya III et recommandé au récepteur du message d’alerter Amirouche sur la nécessité de changer d’itinéraire. Dans son livre, Saïd Sadi, rapportant des témoignages qui étaient au PC d’Amirouche dans l’Akfadou, affirme que le message de Krim Belkacem alertant Amirouche sur l’impératif de changer d’itinéraire pour se rendre à Tunis avait bel et bien été reçu et que le commandement de la Wilaya III avait chargé quelqu’un de rattraper le colonel déjà en chemin vers Tunis et de le lui transmettre. Le messager, rapporte Saïd Sadi, a été pris dans une embuscade et ne l’avait donc pas transmis.
S. A. I.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/05/09/article.php?sid=99859&cid=2

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...