RSS

Soug ennsa Par M. Mahdia Une pensée pour les veuves algériennes

1 mai 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

Un cri d’alarme pour les milliers de veuves algériennes. Pas celles de la guerre d’indépendance, femmes de Chahid, possédant au pire une licence de voiture et, au mieux, un logement, une pension ou un café.

Mais les vraies veuves de notre époque, celles dont le mari est mort tard, les laissant âgées, «chargées» d’enfants encore inaptes à l’emploi et de jeunes filles pubères à surveiller dans la jungle sans défense d’une famille sans père. Car si, selon les lois, la divorcée a, aujourd’hui, droit à une pension par enfant (même minable), une location pour y exercer la hadhana et la chance de refaire une vie, la veuve quant à elle, est une victime à perpétuité. Pour celle dont le mari a laissé une maison, il faut déjà faire face aux héritiers, le père du défunt et sa mère qui ont droit, selon la loi, à leur part d’héritage. La maison, le dernier foyer, est souvent, dans ce cas, objet de litiges familiaux et de luttes pour la meilleure part. Souvent, la veuve se voit dans l’obligation de «sortir», de supplier ou de se défendre pour avoir un nouveau logement. Et là, avec le prix actuel de l’immobilier, il ne reste que le «social» souvent peu accessible aux veuves car c’est déjà mal vu dans la société pour une femme d’habiter toute seule. Pour le «panier» c’est encore pire: avec des enfants encore mineurs, une veuve n’a plus droit qu’à la pension de son mari, après des mois d’attentes, et dans le cas où le défunt a eu la chance de travailler longtemps, de cotiser beaucoup et d’avoir eu un emploi bien payé. Dans le cas contraire, dans l’immense arrière-pays de notre pays, la veuve se retrouvera sans rien, dépendante, si elle a de la chance, de la générosité des membres son ex-belle famille, de leurs sens de l’honneur ou de leur mépris. La société algérienne ayant bien changé, les solidarités tribales ne sont plus qu’un souvenir et une veuve ne peut trouver, pour ses vieux jours pénibles, que ses enfants ou son Père déjà trop vieux et une maison parentale déjà vidée par les ans. C’est dire que si la condition de la femme peut être dure, celle de la veuve l’est toujours certainement. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...