RSS

Manuscrits : hémorragie dans un marché illicite Par : Amine Zaoui

29 avril 2010

Contributions

Souffles…

Mon père, Hadj Si Benabadallah, par son amour aux manuscrits, lui qui avait une belle calligraphie, m’a appris comment glorifier l’écrit. L’encre ou smak ! Comment se comporter envers la magie du kalam. La trace ! Un respect méditatif mélangé à une sorte de peur qui ne ressemble qu’à la prière. Merci mon père.


Ma mère, hadja Rabha bent El Khaloui, était analphabète, elle n’a jamais mis les pieds dans une classe d’école ; elle aussi, à sa façon, m’a appris comment célébrer l’écrit : enfant, je la voyais, à maintes reprises, ramasser tout bout de papier écrit en arabe, traînant par terre. En sept fois, elle l’embrassait, puis le rangeait plus haut, en le glissant dans une fente d’un vieux mur. Toujours plus haut !
De ces deux maîtres, j’ai appris la leçon inoubliable : “La mémoire n’est pas un passé simple, elle est aussi notre avenir composé.”
L’image de mon père feuilletant avec délicatesse ses manuscrits, sous la lumière prodigieuse d’un lampadaire à gaz, me hante. Cette image d’un père vénérant ses manuscrits m’a rappelé l’histoire d’un jeune qui, un jour, lors d’une discussion passagère, m’a raconté l’histoire de son oncle qui vendait des manuscrits aux étrangers installés dans des hôtels cinq étoiles ! Il avait des clients  qui venaient des pays du Golfe et d’Europe.
Cette histoire est une alarme annonciatrice d’un marché illicite qui menace notre parc national de manuscrits. Mais comment agir pour arrêter cette hémorragie intellectuelle  qui touche le symbolique de notre patrimoine ? Patrie ou patrimoine ? C’est kif-kif !
1. D’abord, une nécessité urgente, c’est comment établir “la confiance” intellectuelle et morale entre les institutions culturelles de l’État et les propriétaires des khizanates privées. Souvent, les possesseurs des manuscrits “voient” les responsables étatiques de la culture d’un œil de suspicion. Méfiance !
2. Concevoir un guide topo-culturel de toutes les khizanates du pays. Cette cartographie permettra d’intervenir, d’un côté  pour sécuriser, et de l’autre pour restaurer notre patrimoine en manuscrit. Ce guide topo-culturel peut constituer une première pierre dans un avenir projet du tourisme culturel et scientifique.
3. La culture sage est celle qui respecte la trace, la lettre, l’odeur de l’encre et le parfum du papier. Ainsi, une invitation aux  chercheurs et aux universitaires pour la prise en charge scientifique des khizanates privées est une urgence nationale, historique et culturelle.
4. L’implication des hommes de culture, des universitaires, des chercheurs dans les khizanates privées ou celles des zawaya…  exige la fondation de “la résidence culturelle et scientifique” au sein des zawaya et dans les régions où se trouvent les khizanates privées pour permettre aux concernés d’intervenir sur la base d’un programme d’envergure et une stratégie continue.
5. La sécurité des manuscrits est l’affaire de l’État. Une sécurité qui ne peut se construire que dans l’entente et le respect des droits des détenteurs de ce patrimoine.
6. “Conserver pour mieux communiquer” : une conservation sans communication n’est qu’un enterrement déguisé des manuscrits, un enterrement de la mémoire. Nous conservons nos trésors pour les communiquer, dans le  temps et l’espace convenus et déterminés, sans les détériorer ou les banaliser.

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...