RSS

Leurs prénoms en vos noms par Kamel Daoud

29 avril 2010

Contributions

Ce sont les noms mystérieux de la décennie : B. Hamza. Un inconnu qui aurait été l’instigateur de la première grosse grève des enseignants. Cette mystérieuse anagramme serait à l’origine de communiqués, de faux communiqués et de crises entre Benbouzid et ses employés indociles. Le ministre l’avait évoqué un moment mais on n’en saura jamais plus. Ensuite, Boumaârafi, un homme qui s’est caché derrière un rideau qui l’accompagne toujours. Jugé et accusé, il sera sauvé par l’explication de «l’acte solitaire» alors qu’ils étaient deux : lui et le rideau.



Abdelmoumen Khalifa, un mystérieux pharmacien que rien n’explique : ni sa pharmacie, ni le MALG, ni son père, ni l’argent qui a transité sous son nom. Sauvé par un avion, il connaîtra le sort inverse de Boumaârafi et de Raïssi : un rideau sera inculpé à sa place lors du procès (inculpé d’acte collectif), mais il sera accusé de détournement par Londres alors qu’il n’a jamais piloté un avion, mais seulement tout un pays.

Ensuite Guermah Massinissa, tué par son propre pays dans le dos alors qu’il voulait lui parler en face. Il sera traité de voyou par un ministre, après sa mort, et sera traité de mort par son pays avant son décès. S’il est listé ici, ce n’est pas parce qu’il appartient au club des méchants et des énigmatiques, mais c’est parce que son nom est l’évocation la plus proche du nom du gendarme qui l’a tué.

Autre prénom mystérieux, chargé d’énigmes, d’anagrammes et de trous noirs cosmiques : Boulemia. On s’en souvient aujourd’hui à peine, mais cet homme a arraché Hachani au moment même où celui-ci voulait arracher une dent. Le vrai dentiste de cette affaire restera un mystère. Boulemia accusera tout le monde lors de son procès, parlera de généraux, d’extraterrestres, de manipulations, puis sera jugé et inculpé. Boumaârafi l’accueillera avec un plaisir solitaire dans son étroit paradis.

D’autres noms allongent ce mystérieux livret de famille astrologique de l’Algérie. L’assassin de Cheikh Sahnoun, celui de l’avocat Mecili, le deuxième tueur de Medeghri, le vrai ennemi de Mellouk, le prénom réel du gardien du pouvoir comme devoir personnel et le patronyme du père légitime de Mokhtar Benmokhtar.

Des noms connus, oubliés, imaginaires ou à moitié fabriqués. Certains sont morts, d’autres en exil, certains n’ont jamais existé. Il s’agit, en fait, d’un vaste cimetière inachevé où les gens sont enterrés debout quand ils sont utiles et la peuplade est ensevelie couchée pour mieux apprécier la projection vers les étoiles du destin.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...