RSS

Burqa par-ci, Burqa par-là par Paris : Akram Belkaid

29 avril 2010

Contributions

Et c’est reparti comme en quarante, heu non, disons comme en soixante, ne provoquons personne… Il y a des moments où l’on se demande si une partie de la droite française ne prend pas son peuple pour un ramassis de naïfs et de gens manipulables à souhait. La burqa, puisque c’est de la sorte que le niqab est désigné dans le débat actuel – ce qui n’est pas neutre car cela renvoie à l’Afghanistan et aux Talibans – est ainsi devenue la recette miracle pour faire oublier le reste, à commencer par une situation économique qui n’est pas loin de ressembler à celle de la Grèce mais chut…



Faisons un petit retour en arrière. Le ton était donné dès le soir du second tour des élections régionales, qui ont vu, comme vous le savez, la défaite de la droite. A vingt heures une, nous avons vu apparaître le visage fermé de Jean-François Copé, le président du groupe Union pour un mouvement populaire (UMP) à l’Assemblée nationale française.

Invité à commenter la fessée électorale reçue par son camp, l’homme qui se voit président de la République en 2017 a commencé par cette phrase :  » il faut que nous revenions à nos fondamentaux en nous dépêchant d’interdire la burqa. « 

Personne n’a pensé à demander au Maire de Meaux ce qu’il entendait par fondamentaux. Personne non plus n’a cherché à lui demander si l’état budgétaire de la France, la faiblesse de ses exportations, la dégradation de ses systèmes éducatif et de santé ou l’aggravation des inégalités sociales n’étaient pas des dossiers bien plus urgents et préoccupants que l’existence sur le sol français de quelques milliers de femmes portant le voile intégral. Le fait est que nous nageons en plein délire avec un gouvernement français qui joue aux apprentis sorciers en croyant que c’est en montant en épingle un fait sociétal, réel mais ô combien marginal, qu’il va de nouveau siphonner les voix de l’extrême-droite.

Si cela continue ainsi, je suis même prêt à parier que Marine Le Pen sera présente au second tour de l’élection présidentielle de 2012. C’est peut-être ce que souhaite une partie de la droite. Faut-il donc s’attendre à une alliance à l’italienne avec un Front national qui deviendrait soudain fréquentable ? Désormais, tout est possible y compris des rapprochements qui paraissaient impensables il y a encore quelques mois. C’est cela l’effet Sarkozy. Un pays qui est en train de perdre la boule et qui voit tous ses repères moraux brouillés.

Soyons clairs. Je ne vais pas défendre la burqa. Ce voile intégral, cette  » prison ambulante  » pour reprendre l’expression d’un ancien confrère du Quotidien d’Algérie, ne correspond pas à l’idée que je me fais de la femme ou de la religion musulmane. De même, et je l’ai déjà écrit, je comprends le malaise voire même la peur que ce genre de costume peut engendrer chez des Français qui ne sont pas pour autant des racistes, des xénophobes ou même des islamophobes. C’est juste que cela ne cadre pas avec leurs habitudes, leur environnement culturel et social habituel.

Si je dis cela, c’est parce qu’il faut aussi reconnaître l’existence d’une certaine jubilation dans les propos provocateurs tenus par celles qui portent la burqa (ou par leurs maris). On sent bien qu’elles sont, quelque part, heureuses de narguer une société qui ne sait quoi penser d’elles. Il est évident que certaines d’entre elles sont forcées de se cacher le visage mais on ne peut pas nier que d’autres le font par conviction à commencer par nombre de converties.

Mais il faudrait être naïf pour croire que le ramdam actuel ne concerne que la burqa. Il est évident que l’affaire va bien au-delà et qu’elle a des implications pour tous les musulmans de France. Copé et ses amis nous jurent que ce n’est pas l’islam qui est stigmatisé mais qui est vraiment dupe ? En s’attaquant à la burqa, une partie de la classe politique française émet un autre signal, bien plus large et surtout autrement plus grave. C’est une manière de dire aux musulmans : il y a des cases dans lesquelles vous devez rester. Bougez et vous aurez affaire à nous.

L’affaire du niqab tombe donc à point nommé pour permettre une diversion vis-à-vis de l’échec total des politiques de Sarkoy et des négociations difficiles qui s’annoncent à propos de la réforme des retraites. Mais c’est aussi une bonne occasion de signifier à une communauté – en réalité, des communautés – déjà fragile, à peine intégrée, que rien n’est acquis et qu’il faudra multiplier les preuves d’allégeance.

Car c’est bien de cela qu’il est question : l’allégeance. Reste à savoir s’il s’agit d’une allégeance à la République française ou bien alors à une certaine manière de voir cette République et le reste du monde.

 » Le fiasco des élections régionales derrière lui, Nicolas Sarkozy va s’attaquer à la ‘réforme des retraites’. L’enjeu social et financier étant considérable, on sait déjà que le gouvernement français s’emploiera à distraire la galerie en relançant le ‘débat sur la burqa’ « , écrivait le mois dernier le journaliste Serge Halimi dans Le Monde Diplomatique (1).

C’est vrai mais ce n’est pas tout. L’affaire de la burqa ressemble fort à une tentative de mise au pas, peut-être même préventive, des musulmans de France pour leur signifier qu’ils demeurent sous surveillance et qu’il leur faut remiser leurs possibles ambitions de participer à la vie de la cité.

(1) Burqua-bla-bla, Le Monde Diplomatique, avril 2010.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...