RSS

Qui pardonne à qui ?

25 avril 2010

Non classé


On parle ces derniers jours avec insistance sur une imminente réconciliation entre Raouraoua et Samir Zaher. Les Emirats seraient derrière cette éventuelle réconciliation qui réunira autour de la même table, les deux antagonistes. Soit, mais au nom de qui parlerait Raouraoua ?

Si il le fait en son nom personnel, c’est de son droit mais parler au nom de tous les Algériens, là ça ne marchera pas du tout car au préalable, il leur demandera leur avis. Je ne suis pas sûr si le président de notre fédération a accepté la médiation des Emiratis mais je vous le dis franchement, personne ne décidera à la place des Algériens touchés dans leur dignité par tous les ragots proférés par les Egyptiens. Les blessures physiques de nos joueurs et de nos supporteurs importent peu devant les insultes envers nos Chouhadas et notre glorieuse révolution. Moi le premier, je refuse catégoriquement toute forme de pardon sauf si les Egyptiens se prosternent devant nous pour implorer notre pardon. Ils ont l’indécence de vouloir à tout prix réparer leur tort sans pour autant s’excuser de cette barbarie ayant entouré le match du Caire. Je n’arrive pas à comprendre cette médiation de nos amis émiratis qui omettent que nous avons été les victimes d’une machination diabolique des médias lourds égyptiens encouragés dans leur sale besogne par le clan Moubarak. Nous sommes un peuple au cœur large mais lorsque notre dignité est en jeu, ni Raouraoua, auquel je voue un grand respect, ni un autre à sa place n’a le moindre droit de parler en notre nom. Que cela soit clair pour tout le monde. Tant que les Egyptiens campent sur leur position, il est inconcevable que le premier responsable de la FAF ait le moindre contact avec ce Zaher qui, avant le fameux match, a appelé à faire trembler la terre sous les pieds des Algériens. Que les choses restent telles qu’elles le sont aujourd’hui. Et demain, il fera jour. Assem Madjid


25-04-2010

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

2 Réponses à “Qui pardonne à qui ?”

  1. feddaoui Dit :

    bonjour je suis entierement avec vous pour que personne ne prend une decision avant de consulter notre peuple et raouraoua a pris une bonne position il a meme menace de se retirer si les pressions seront exercer sur lui pour se reconcilier avec ce lache de zaher comme ils ont dits sur la chaine nil sport que raouraou est mille fois que zaher dans tout les domaines et que ce dernier est un petit nain devant zaher si raouraoua fait un seul pas ce con de zaher doit fair cent pas pour arriver a raouraoua donc pour moi et toute l opinion algerienne laissant les choses comme l algerie n a rien a perdre c est l egypte qui est perdante dans cette affaire vive notre president de la republique mr abdelaziz bouteflika et vive notre president de la faf mr mohamed raouraoua.

  2. bedrani Dit :

    Bonjour,
    Oui,je suis tout à fait de votre avis Messieurs ASSEM et FEDDAOUI. j’ai 56 ans , je suis grand-père , je pense avoir une grande tolérance à l’égard de mon frère humain en dehors de toute autre considération ( ethnique, religieuse,nationale ou autres…)mais, car il y a un mais, je peux vous assurer que j’ai été entrainé malgré moi à regarder les chaines égyptiennes après la légitime qualification de l’équipe nationale algérienne à Khartoum, et ce que j’ai vu et entendu de la part de personnes se qualifiant comme appartenant à l’élite artistique, journalistique, politique égyptienne m’a tellement bouleversé et me bouleverse encore maintenant, rien qu’à l’évoquer.
    Le déversement de propos inqualifiables à l’égard des algériens, à l’égard de leur histoire, de leur appartenance ou non à la nation arabe était insoutenable.
    Si reconciliation il y a, parcequ’il en faut une, ce n’est pas de cette manière là qu’il faut la concevoir.Ce qu’il faut reconsidérer à mon avis c’est l’évaluation de l’ensemble des liens et leur perrenité avec non seulement l’Egypte mais bon nombres de « frères »!
    Le peuple algérien est un grand peuple qui n’a jamais dans son histoire morcelée, ponctuée d’invasions, d’occupations courbé l’échine devant l’injustice même quand cette injustice s’exerce sur d’autres, et les sales bouches égyptiennes qui ont sali de leurs propos abjects la mémoire de nos illustres martyrs, méconnaissent leur propre histoire récente( 1967 et 1973)et se référent à leur préhistoire arrogante même envers Dieu.
    Alors, oui effectivement, je me dis aussi à quoi bon et pouquoi se reconcilier! Durant leur campagne d’intoxication, ils n’ont cessé d’arguer qu’ils étaient supérieurs à nous dans tous les domaines, alors qu’ils se rapprochent plutôt de nations qu’ils considèrent leurs égales!Eux qui sont transfusés grâce à l’aide américaine à laquelle ils font des concessions dont ils seront comptables devant Dieu.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...