RSS

Quand apprend-t- la leçon ? Par Hafid Daâmache

23 avril 2010

Contributions


Les résidants de la ville de Zemouri ont le droit de protester suite à l’assassinat d’un des leurs par des balles perdues tout en ne trouvant pas de  réponse convaincante de la part des autorités officielles et sécuritaires, concernant les circonstances de l’incident. Les algériens se souviennent des évènements de la Kabylie, qui ont duré de longues années et durant lesquelles des dizaines de personnes ont péri, des milliers d’autres ont été blessés, dans les événements, enclenchés suite à l’assassinat du jeune homme Guermah Massinissa, originaire du village de Béni Douala. Toutefois, cette bombe qui a frappé plusieurs wilayas s’est explosée suite au manque de respect vis-à-vis des sentiments de la population et la mauvaise gestion d’une affaire, qui aurait pu être une simple erreur commise par un gendarme sous l’effet des nerfs.

Quelles que soient les circonstances de l’accident dont le jeune Belarbi Hamza a été victime, les autorités sécuritaires et judiciaires ne devront pas laisser le champ ouvert aux rumeurs et interprétations dont on ignore l’origine. Il est également du droit du procureur général d’exercer ses prérogatives et d’éclairer l’opinion publique sur tout ce qui arrive et rassurer les habitants de Zemouri que la justice reprendra son cours normal quelle que soit l’identité et le statut de l’assaillant pour que la jeune victime ne redevienne pas un autre Massinissa.

Il n’y a rien de surprenant à ce que les habitants réclament la présence du Directeur Général de la Sureté Nationale, du moment que les responsables locaux n’arrivent pas à voir clair concernant ce qui arrive à leurs enfants. Il est également de leur droit de protester contre le fait qu’une personne quelconque veut classer cet assassinat dans la case des affaires locales, dont les grands responsables à Alger n’entendront  jamais parler, étant donné qu’ils ne font pas confiance aux autorités locales, soit pour des précédentes expériences ou pour avoir estimé que l’incident soit aussi important pour être traité par un président d’ APC ou par un commissaire de police.

L’assassinat d’un jeune à la fleur de l’âge par une arme d’une institution sécuritaire est un crime pour lequel l’ensemble des responsables devront réagir, afin de contenir les crises dues à ce genre d’incident. Les responsables sécuritaires devront réagir en prenant des décisions et en urgence. Ils doivent également veiller à lever le voile sur la vérité plus qu’ils ne doivent veiller sur la famille de la victime, puisque la question relève  premièrement et avant tout de la réputation et la souveraineté de l’Etat algérien.


À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...