RSS

Le Vieux Rocher s’en souvient Par Yacine Idjer

23 avril 2010

Non classé


Un hommage est rendu à Malek Haddad, l’enfant du Vieux Rocher, à travers deux actions, deux initiatives louables. Il y a eu d’abord la réédition par Média Plus, une maison d’édition à Constantine, de quelques-unes de ses oeuvres, Je t’offrirai une gazelle,

Le Quai aux fleurs ne répond plus et L’Elève et la leçon. La louable initiative a permis ainsi aux lecteurs de découvrir ou redécouvrir ce romancier-poète à l’âme tourmentée et déchirée.
Ces trois romans, dont Je t’offrirai une gazelle est préfacé par Yasmina Khadra, sont réédités en format de poche. Ils sont disponibles en librairie à Constantine, Annaba, Tizi Ouzou et Alger. Selon l’éditeur, la diffusion des trois livres se poursuivra à l’échelle nationale. Le roman est cédé au prix symbolique de 250 DA.
Par ailleurs, El-Ikhtilef, une association ‘uvrant à la promotion de la littérature en éditant de jeunes plumes, tend à faire mieux connaître les écrits de Malek Haddad. La Dernière impression, un roman édité par l’écrivain en 1958, a été traduit en arabe par Saïd Boutadjin, auteur d’un récit, Que la malédiction soit sur vous… Il s’agit de la première traduction d’une ‘uvre de Malek Haddad en arabe en Algérie.
Il en existait bien une, mais faite en Syrie.
Média Plus ainsi qu’El-Ikhtilef ont voulu, à travers ces actions, ressusciter la mémoire littéraire d’un écrivain longtemps relégué dans l’oubli, ses ‘uvres d’une grande valeur littéraire n’étant plus disponibles en librairie.
En outre, l’association El-Ikhtilef a institué le Prix littéraire Malek-Haddad destiné au meilleur écrit de langue arabe et qui vient donc encourager les jeunes talents, les plumes émergentes. C’est une autre manière de se rappeler l’enfant du Rocher et de lui rendre hommage.
Malek Haddad mérite bien des égards, lui qui, à l’instar de ses contemporains, a apporté sa généreuse contribution à l’édification d’une littérature enrichie grâce à ses écrits (romans et poésies). Son écriture, «du classicisme le plus sage aux recherches poétiques les plus audacieuses» se veut un témoignage de sa personnalité, de sa société et donc de son algérianité, mais aussi de sa psychologie. Toutes ses ‘uvres sont habitées par son esprit, un esprit en quête de paix (la paix intérieure) et de confort, de refuge et d’issue ‘ de réponses à ses questions ‘ à son impasse.
Mais hélas Malek Haddad finit par renoncer à sa quête. Il se soumet à son incertitude et sombre dans la confusion. Il arrête d’écrire. Il s’assassine. Un suicide littéraire.
Une perte définitive, irrémédiable, pour la littérature algérienne. Et l’évoquer à travers un hommage est un devoir, une reconnaissance pour cet homme, cet intellectuel qui a tant donné à l’histoire littéraire de notre pays.

Y. I.

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...