RSS

L’anniversaire Amazigh et le gâteau GNL par Kamel Daoud

22 avril 2010

Contributions

Curieux accident politique pour le GNL 16 : le «Dubaï» du Centre de conventions à Oran et son splendide hôtel sont-ils une bonne ou une mauvaise chose pour Oran ? C’est selon. La question se pose à Oran au moment même où,

ailleurs dans le même pays, on célèbre le 30ème anniversaire du printemps berbère avec l’Amazigh comme langue tirée face au faciès laid du Pouvoir. Bien sûr, comme tout régionalisme algérien, le régionalisme est «individuel» (sauf en Kabylie où il est en mode linguistique). Il sert pour la personne qui en use comme un cheval, pour la famille de la personne, ses proches, mais pas pour la région. M’cirda est aussi pauvre que la Kabylie, mais elle n’a pas de chanteurs ni de journaux et ses ministres jouent contre elle. Mais passons. Pour ceux qui croient que le un milliard du GNL va faire d’Oran une princesse après son long veuvage de quarante ans après le désastre du Benbellisme, l’erreur est lourde. Le Bouteflikisme n’est ni un régionalisme, ni un humanisme : c’est une autobiographie pour laquelle le lieu de naissance ou d’adolescence est une faute de frappe. Passons donc : Oran ne se porte ni mieux, ni pire qu’ailleurs, sous le règne de l’Ouest. D’ailleurs, l’Ouest existe au Centre, pas à l’Est ni à l’Ouest. Donc Le GNL 16 est-il une bonne ou une mauvaise chose pour l’Oranie ? C’est selon. L’échec du sommet est évident mais faut-il le dire ? «Non» selon certains. «Pour une fois qu’on a obtenu un palais, n’allez pas dire que nous ne le méritons pas ou que c’est bien fait pour nous» disent les aiguilleurs de la boussole. Parler d’échec du GNL 16 «va faire le plaisir immense de ceux qui ne nous aiment pas et qui croient que l’Algérie c’est Alger et que le dinar est sétifien ou que la PME est kabyle avec trois cents colonels chaouis». Oran avait besoin d’une infrastructure de prestige pour pouvoir accueillir des salons internationaux, Majda Roumi ou les Pink Floyd et lorsque Bouteflika «partira, nous on va garder le CCO». Le seul problème dans ce genre d’argumentaire est que c’est encore une fois le pouvoir qui se cache derrière une région et la pousse dans le dos pour sauver ses apparences. C’est vrai que le nouveau temple est beau mais on aurait aimé que cela ne soit pas le Bouteflikisme qui nous l’offre mais tout le pays. «Ce n’est pas possible : la révolution algérienne est collective mais l’indépendance est une affaire régionale» explique un oracle. Passons. La vérité reste cependant une vérité : le GNL 16 a été la moitié d’une fête, le CCO est un bon butin de guerre. La logique de certains est qu’on s’est peut-être offert le Pouvoir sur le dos d’une région, on peut s’offrir un palais en bord de mer sur le dos du Pouvoir. Sur le dos de cette transaction, les maladies algériennes, comme des grippes saisonnières sont venues se greffer pour ouvrir des stands de promotion : l’impact du GNL 16 a été réduit à une sorte de fête de circoncision régionale dont on est chargé de trouver les défauts et de démontrer l’échec, l’anniversaire de la lutte amazigh a été privatisé dans une région en condamnant, passivement, les autres à un statut de complicité dans le crime identitaire (qui parle des lutteurs d’identité qui n’habitent pas la Kabylie et qui sont encore plus isolés quand ils vivent et parlent et écrivent à Oran ou à EL Bayadh ?). D’ailleurs la bonne question posée par un touriste suédois virtuel est là : si on déteste Bouteflika pourquoi faut-il détester une région ? Et si cette région n’aime pas les bouteflikistes pourquoi l’accuser de leur avoir donné naissance ? Et si on déteste la propagande pourquoi vouloir casser un Palais ? Et si le GNL 16 a été un échec pourquoi s’enorgueillir en croyant que c’est l’échec d’El Mouradia alors que c’est le fiasco de toute une nation par et à cause de son pouvoir et de ses Khellil ? Et si on n’aime pas le pouvoir, pourquoi détester la terre ? Et si on n’aime pas cette terre, pourquoi la diviser en morceaux et en ethnies ? Réponse : parce que tout est lié, sauf nous les uns aux autres.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...