RSS

Édition-Romancières algériennes francophones Maïssa, Leïla et les autres

22 avril 2010

Non classé


Maïssa, Leïla et les autres
L’auteur analyse en profondeur les rapports qu’entretiennent huit écrivaines d’expression francophone (Assia Djebar, Malika Mokedem, Maïssa Bey, Taos Amrouche, Hafsa Zinaï-Koudil, Leïla Sebbar, Aïcha Lemzine et Fatma Ath Mansour) avec les langues étrangères, notamment le français.

L’essai soulève la question identitaire à travers les ouvrages de ces femmes auteurs francophones et s’interroge sur leur personnalité. Vivent-elles une crise identitaire ? Tout au long des 160 pages de son ouvrage publié par les éditions françaises Séguier, Dalila Arezki s’interroge si elles vivent un conflit d’ambivalence, ou, au contraire, elles bénéficient de manière harmonieuse d’une identité multiple. Pour l’auteur de Romancières algériennes…, la question identitaire est mise à rude épreuve surtout chez la femme en raison du poids des codes traditionnels et des interdits « véhiculés dès la prime enfance celle notamment de la fille dans l’éducation reçue ». Dalila Arezki, spécialiste de l’interculturalité, a choisi un large éventail pour son étude. Ces écrivaines sont effet originaires de plusieurs régions du pays (Chenoua, Béchar, Kabylie, Médéa, Aïn Beida). Les conclusions de l’essai font ressortir que pour ces femmes qui évoluent entre deux mondes (la langue et la culture d’origine et la langue et la culture étrangères), l’écriture est une nécessité. L’ouvrage, plutôt destiné à un public universitaire, comprend deux parties : la première est consacrée à la définition de concepts liés à l’identité et la deuxième à l’analyse des œuvres des écrivaines, objets d’études. Ce titre, qui n’est pas encore disponible sur les étals des libraires en Algérie, apporte des éclairages sur des concepts tels que l’interculturalité, l’acculturation et les compare avec des travaux littéraires de ces écrivaines. En somme, l’ouvrage met en relief l’importance du bilinguisme qui se traduit par la consolidation de l’identité et la personnalité de l’individu plutôt qu’un facteur déstructurant.

Par Saïd Gada

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...