RSS

Histoire L’Emir Abdelkader a lutté contre la démystification culturelle imposée par le colonialisme

21 avril 2010

Colonisation

L’Emir Abdelkader a lutté, tout au long de la résistance populaire contre le colonialisme, contre «la démystification culturelle imposée par le colonialisme », a souligné hier à Ain Temouchent l’historien Bensenoussi Bouziane.

Animant une conférence sur «le rôle de l’Emir Abdelkader dans l’édification de l’Etat algérien moderne et l’identité nationale», programmée dans le cadre du mois du patrimoine, M. Bensenoussi a précisé que «cet homme d’Etat, très estimé même par ses propres ennemis, a toujours revendiqué et obtenu le respect de l’identité nationale». Il a ainsi rappelé que les traités de Desmichels (1834) et de la Tafna (1837) ont comporté, respectivement dans leurs articles 2 et 5, «le respect par les occupants de la religion musulmane et des usages arabes ». «Le traité de la Tafna, a-t-il dit, a même permis aux habitants des territoires occupés par les colons, de jouir du libre exercice de leur religion, de construire des mosquées et d’accomplir leurs devoirs religieux en tous points, et le plus important sous l’autorité de leurs chefs spirituels». Ces positions, a ajouté M. Bensenoussi, ont conforté la position de l’Emir Abdelkader, qui a enregistré le ralliement et l’allégeance de l’ensemble des tribus. Ces acquis arrachés au colonialisme à la suite des trois grandes batailles d’El Mactaa, Sid Yakoub (Ain Temouchent) et Sekkak, lui ont permis ensuite de s’atteler à l’organisation administrative du pays et la création de son gouvernement composé de six ministères, dont celui de la santé, a-t-il noté, en relevant que l’Emir Abdelkader a été le précurseur dans la création du poste de secrétaire d’Etat. Le gouvernement créé par l’Emir figurait parmi les meilleurs du 19ème siècle en raison de l’intégrité morale de ses membres issus de zaouïas. Une assemblée ou Madjliss Echoura, constituée de bénévoles, couronnait le tout, a-t-il rappelé. Le conférencier a également abordé la situation économique à l’èpoque de l’Etat algérien moderne fondé par l’Emir, qui avait sa propre monnaie frappée à l’effigie de l’Etat, ses usines, à l’instar de celle de l’armement, tout en évoquant le plan diplomatique, marqué notamment par des relations nouées avec les anglais et les américains.

L’Echo d’Oran

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...