RSS

Point de vue Par Ahmed Meskine Après le GNL 16, les arbres

18 avril 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

Un grand évènement perturbé par un aléa naturel, c’est ce que nous retiendrons de ce début de la Conférence d’Oran de 2010 qui s’attellera à remettre en question l’ordre mondial selon lequel le prix du gaz est déterminé

et le soustraire à cette indexation sur celui du pétrole qui nous a fait perdre tant d’argent. Mais la question subsidiaire, et combien importante, consiste à se demander ce qu’Oran déclarée désormais grande métropole gagne dans cet évènement. Les experts nous apprennent que de tels évènements comme celui de Barcelone génèrent des bénéfices qui se chiffrent à quelques milliards de dollars, de 2 à 3 milliards estimés pour l’actuelle conférence dont une partie devrait être reversée statutairement à la ville d’accueil. Or ces bénéfices doivent aussi compenser voire absorber l’émanation de carbone dégagé durant tout le séjour des délégations, ce qui est loin d’être négligeable mais ce qui est mesurable en l’état actuel des connaissances. Sachant qu’Oran est une ville touchée par la désertification, par des inondations, par des chaleurs estivales de plus en plus suffocantes, et des averses folles, il serait indispensable de tirer profit du GNL 16 pour lancer un plan de reboisement de grande envergure pour verdoyer la ville et ses environs. L’arbre possède des vertus avérées pour l’équilibre de l’écosystème, la fixation des sols et une exploitation économique rentable. Toutes les études faites jusqu’à présent convergent vers une plantation massive aux alentours d’Oran, comme solution aux impacts des changements climatiques et à la fragilisation des sols. Ceci harmonisera très certainement les investissements qui ont été réalisés pour la tenue de cette conférence internationale. Il est vrai que la ville de Sidi El Houari a bénéficié d’une infrastructure hôtelière et d’un centre des congrès d’un standing international. Il reste à la considérer comme noyau pour le développement et non pas une faim en soi. Chacun espère que la maintenance cette fois sera considérée comme un véritable centre d’intérêt et que les enjolivements circonstanciels ne soient pas dégradés une fois les étrangers repartis chez eux. Il y va de la compétence des acteurs institutionnels et du citoyen.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...