RSS

Nucléaire à pleins gaz ! par Ali Brahimi

15 avril 2010

Contributions

A la veille de la célébration de la journée de l’énergie nucléaire, des accords bilatéraux ont été signés au profit des intérêts géostratégiques respectifs des USA et la fédération de Russie, d’une part, et de coopération dans le domaine du nucléaire civil, entre la France et l’Italie, d’autre part. Un chassé-croisé !



Le tout, cérémonieusement clôturé par le conclave international, organisé en milieu de cette semaine à Washington, regroupant 47 chefs d’Etat et de délégations dont notre ministre des Affaires étrangères représentant le président de la République algérienne.

Il est utile de noter que ce regroupement est un événement majeur depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale achevée par les explosions atomiques, aux conséquences monstrueuses, effectuées par les USA sur les villes japonaises en 1945. Rien qu’à ce titre, il méritait une attention toute particulière. En revanche, il indispose un certain nombre de chefs d’Etat et de gouvernement, notamment arabes, se voulant être partout et nulle part du simple fait qu’ils ne pèsent pas beaucoup sur l’équilibre des forces en présence.

En revanche, ils agissent considérablement sur celui des échanges commerciaux estimés, au titre de l’année 2009, à 800 milliards de dollars au profit des USA bien évidemment.

Par ailleurs, les motifs de cette rencontre restent encore inavoués voire « flous », d’autant plus qu’ils visent à lutter contre le terrorisme… atomique d’El-Qaïda – les souvenirs du 11 Septembre 2001 y aidant -, et ce, après les histoires d’armes de destruction massive -ADM- de la décennie précédente, entretenues sciemment dans cette optique car elles s’inscrivent dans une stratégie mise en branle, depuis des décennies, et clôturée par les bourbiers afghan et irakien. En attendant d’autres ! Ajouter à cela la déconfiture manifeste du Tsahal contre le sud Liban défendu victorieusement par le Hezbollah d’obédience… chiite, fiché comme terroriste, accusé d’être soutenu par l’Iran via la Syrie pour laquelle, dernièrement, l’Europe et les USA veulent coûte que coûte l’isoler de l’Iran et la Turquie. Et ainsi de suite. Les dernières déclarations de M. Shimon Peres, en visite en France, accusant la Syrie de fournir des missiles à longue portée, s’inscrivent dans ce défilé haut en couleur « sécuritaire » à la mode. La scène politique internationale est minutieusement occupée, médiatiquement, par les déclarations des responsables israéliens. Le défunt président égyptien Nasser avait dit à juste titre : L’Etat d’Israël alimente sa force de nos faiblesses informatives et culturelles !

A ce propos, ne se lasse-t-on pas de le répéter, les chefs d’Etat arabes actuels le sont manifestement et, pour preuve, ils n’hésitent point d’opter pour la politique de… l’autruche voyant tant de bruits autour d’elle. D’autres ont même joué, par servilité atavique, le rôle d’entremetteurs entre l’Iran et des pays de l’Europe occidentale. Sur autre plan lié à l’actualité de la semaine, il y a lieu de noter la rencontre entre les présidents des USA et la Russie. Un « ballet » rehaussé par un protocole d’accord conventionnel, signé à Prague la ville des symboles, comportant principalement des clauses sur la soi-disant « diminution » des arsenaux nucléaires respectifs. Dans la foulée, c’était au tour de la France et l’Italie d’annoncer ensemble la signature, à Paris, d’un protocole de coopération en vue d’une installation dans les prochaines années, par la France, d’une dizaine de centrales nucléaires, en Italie, pour les besoins civils de cette dernière. L’Union pour la Méditerranée vient d’inaugurer, par le biais de cet accord, l’ère de la concurrence atomique, en substitution à celle des énergies fossiles. Dont le gaz dit naturel ! A ce sujet, il est utile de rappeler que l’Italie est un client de l’Algérie, tout en lorgnant vers la Libye, pour en ce qui concerne son approvisionnement en la matière laquelle, apparemment, intéresse de moins en moins nos voisins de la rive nord de la Méditerranée, malgré sa relative « propreté » et son prix mais, qu’en revanche, il est devenu assez coûteux au plan de son exploitation et ses équipements liés à sa liquéfaction, stockage et conditionnement en termes de précaution et de sécurité quant à son acheminement par voie de gazoducs sous-marins de plus en plus distants et, donc, onéreux en terme de maintenance actuellement et à long terme. A ce train-là, la zone nord de la Méditerranée se dirige à pleins gaz vers le nucléaire, et les gazoducs terrestres de la Russie soucieuse, pour sa part, de diversifier ses voies de transports par le biais d’autres pays que l’Ukraine et, donc, son gaz reviendrait relativement moins « coûteux » projette-t-elle et, qu’à ce titre, affiche ouvertement, avec notamment le Qatar, ses réticences sur la fixation haussière des prix et les contrats de courte durée dont nos stratèges, en la matière, semblent être les fervents initiateurs.

Pourtant il n’y a pas si longtemps ils défendaient tout autrement les choses. Aujourd’hui, c’est après nous le déluge, semble être, actuellement, leur mot d’ordre. Ainsi ils se ne soucient, dorénavant, que de l’argent rapidement acquis, quelles que soient les conséquences, et s’en foutent éperdument de l’avenir des futures générations.

Désormais, ils pensent court terme aussi bien pour les hydrocarbures, dans leur ensemble, que pour les autres échéances, d’ordre politique, liées à leur position et devenir. Pourtant, hier ils ont encensé les énergies renouvelables d’avenir lesquelles sont, effectivement, sans limites en termes de temps et d’espace. A l’image de la centrifuge hybride gazo-solaire de Hassi Messaoud en voie de fonctionnement. Une belle trouvaille ! En effet, il suffirait de s’adapter à ces nouveaux enjeux, et qu’il vaut mieux résolument le faire tôt que tard. Indéniablement, l’avenir appartiendra aux prévoyants devançant les défis, contre vents et marées, et non à ceux qui tournent tout autour ou qu’ils les reportent carrément, et ce, en s’intéressant aux gadgets de prestige, du prêt-à-porter, coûtant des milliards de dollars.

Pourtant, si elle est bien axée, et sans calculs politiciens liés à l’état d’esprit de Ali Baba et les 40 voleurs, l’énergie dite nucléaire, combinée à d’autres éléments liés comme ci-dessus décrits, aurait des implications incalculables dans nombre de domaines notamment médicaux, agricoles – notamment phytosanitaires -, et tant d’autres indécelables pour le moment. C’est ce nucléaire-là qui dérange les lobbys monopolisateurs du savoir lié au développement. A ce propos, des pays émergents ou en voie de l’être aspirant acquérir cette technologie, sont aujourd’hui incriminés pour l’avoir fait. Ainsi, se développer est devenu un crime. Terrible époque !

L’Iran, quant à lui, avait fêté autrement et à sa manière cette journée. Parfois, dans l’excès de fierté pour des considérations de politique interne et quelques fois régionale. En effet, il a annoncé qu’il avait fait multiplier l’enrichissement de son potentiel nucléaire, à des fins pacifiques, et s’est engagé d’ores et déjà dans le type de troisième génération en la matière. Il est utile de noter qu’il est signataire de l’accord international sur la non prolifération du nucléaire militaire et qu’il n’a pas été invité audit sommet de Washington. Par contre, Israël, possédant l’arme nucléaire, non signataire déclaré de ladite convention onusienne, est invité !

La République islamique iranienne agit, donc, dans la transparence et la légalité internationale et que toutes pressions ne seraient, en fait, que de l’en dépouiller de cette légitimité que d’autres, à l’image d’Israël, n’en ont pas et ne tiennent nullement en compte des états d’âme de la communauté internationale. Nullement ! En d’autres termes, des manœuvres hautement sournoises, arrogantes voire dangereuses, de la part des USA, pour toute la région y compris la sécurité d’Israël principal enjeu dans toute cette cacophonie, ne ce cesseront pas de le répéter. A ce propos, les dirigeants iraniens ont mis en garde, maintes fois, contre toutes mesures de rétorsions armées contre ses installations dans ce domaine. La réplique, avertissent-ils clairement comme à leur habitude, serait généralisée au niveau de l’ensemble de ses pays amis révoltés, voire exaspérés jusqu’à l’extrême bouillonnement, notamment au niveau des peuples, par l’attitude arrogante du gouvernement d’Israël exprimant, sans ambages, son mépris affiché ostensiblement à l’encontre des lois et conventions internationales en la matière. Ainsi, Israël, non signataire des accords sur la non prolifération des armes nucléaires, avait boycotté la rencontre internationale, sur le terrorisme nucléaire, qui s’est tenue au début de cette semaine, à ce sujet justement, aux USA, coïncidant bizarrement avec les déclarations de M. Shimon Peres. Pourtant, des informations datant de plusieurs décennies, soi-disant non confirmées à ce jour, ont estimé qu’il détient un stock d’engins nucléaires offensifs au nombre de 100 à 300 appareils. Allez savoir s’il y a un atome de clarté voire de sérieux sur ce simple au triple d’instruments destructeurs !

En d’autres termes, Israël laisse entendre que puisque ladite communauté internationale ne prend pas position contre l’Iran – dans quel sens et pour quelles raisons ? – alors lui aussi il agit à sa guise. Et tente de brouiller toutes les cartes pour son seul intérêt géostratégique. A ce point-là d’arrogance, qui est en train de se mettre en position de hors-la-loi et de constituer une menace pour la paix dans la région voire du monde. Oui, lequel est en train de transgresser les règles universelles convenues ? Cette rencontre internationale ne fut, en réalité, qu’un test pour d’autres en vue. L’arme de dissuasion telle que conçue après la Deuxième Guerre mondiale est en train de prendre des chemins tortueux voire chargés d’impasses aux multiples détours ! A ce propos, le ministre de la Défense US a soudainement minimisé, cette semaine, le potentiel nucléaire iranien. Est-ce une réponse déguisée aux « craintes » d’Israël ? Ou bien une façon d’occulter la polarisation de l’opinion internationale, notamment celles des pays arabo-musulmans que les dirigeants iraniens stimulent intelligemment ? Dans tous les cas de figure, les protecteurs d’Israël sont conscients que ledit nucléaire iranien n’est pas le motif essentiel de leurs appréhensions. La Chine le sait également ! En effet, pour eux, l’Iran fausse leurs calculs dans la région et, surtout, constitue une menace existentielle pour les gros possesseurs d’intérêts occultes liés à ceux d’Israël et des dirigeants de pays arabes affairés dans leurs problèmes de « développement » conjugués à la mauvaise gouvernance de leurs ressources naturelles ainsi que financières. Le tout, à la merci de la rose… des vents. Alors : nucléaire à pleins gaz ? Il se pourrait bien au vu de l’engouement tous azimuts pour les uns, alors que pour les autres, il s’agirait de restrictions ciblées pour des motifs dissuasifs non pas, seulement, de géostratégie militaire mais surtout d’ordre économique lié à de gros intérêts financiers continentaux et intercontinentaux, et ce, en vue de renflouer les cagnottes capitalistiques en voie de compression et de fluctuations boursières chroniques malgré les déclarations euphorisantes des uns et des autres sur la situation financière mondiale. En attendant que cette dernière porte ses fruits, le ver, quant à lui, semble se complaire là où il est. C’est-à-dire au fond du fruit !

Souhaitons que le prochain sommet, des pays gaziers à Oran, serait également du niveau des enjeux, décrits plus haut, ainsi que des défis de ce troisième millénaire et que cette rencontre ne constituerait nullement un défilé de mode dans un hôtel huppé. Et qu’il va permettre d’aiguiser les voies et moyens respectifs pour que les participants puissent carburer ensemble à pleins gaz dans un monde où les états d’âme sont du niveau de tempérament d’un diablotin. L’essentiel est de savoir si la Russie possédant d’importantes réserves, en la matière, est disposée à marcher dans le sens d’une solidarité préservant les intérêts de ce noyau de cartel encore hésitant de passer à pleins gaz au niveau supérieur en terme de hausse des prix du gaz. Ce qui, malheureusement, n’est pas évident pour ce plus grand producteur mondial, en la matière, du moins dans l’immédiat car, ces derniers temps, son tonus est ailleurs que dans les salons feutrés nord-africains.

Enfin, les actes de la rencontre, de Washington, sur la sécurité nucléaire relancent ces désagréments dans un contexte mondial tout à fait différent de ceux précédents. Ce qui semble être ignoré, voire méprisé, par les initiateurs dudit conclave.

En outre, leurs sous-entendus sont devenus agaçants car obsolètes, à l’exemple des soi-disant menaces terroristes pouvant utiliser des… bombes atomiques, etc. Des délires intensément entretenus depuis le 11 septembre 2001 et bien avant. Un « Wanted » permanent ! Il est utile de remarquer que ce conclave, faisant l’actualité de la semaine voire obnubile tant d’acteurs liés aux événements en cours, coïncide curieusement avec la célébration de la journée consacrée à la Shoah. Un drame du niveau de la responsabilité de toute l’Humanité tout en sachant que, comme dit un adage juif nord-africain : « Seul celui qui avait marché sur de la braise pourrait sentir ce que c’est ». Effectivement, la Shoah n’a d’égale que l’Enfer ! Comment on est arrivé à ce niveau d’horreur pure ?

Ne tenant pas compte des leçons du passé, cette rencontre de Washington ressemble, à bien des égards, aux regroupements va-t-en-guerre qui avaient précédé ceux liés aux deux invasions de l’Irak par une coalition aujourd’hui délocalisée dans des bourbiers inextricables. Alors à pleins gaz contre le nucléaire iranien ? Attendons la suite des événements pour en savoir plus sur ce mauvais feuilleton en noir et blanc qui pourrait bien nous occuper durant des années. A moins que juillet prochain… ? Au fait, notre feuilleton hiverno-printanier, concernant les essais nucléaires effectués par la France dans le Sahara durant la décennie 1960, à quel niveau de tournage se trouve-t-il aujourd’hui ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...