RSS

Dossier De plus en plus de criminels s’en servent pour dépouiller leurs victimes Attention, chien méchant !

14 avril 2010

Non classé

                 « Ne t’affole pas, tu n’as rien à craindre. C’est un chien bien dressé, qui ne fait pas de mal « , lâche, fièrement, le propriétaire d’un chien à l’adresse d’une fille, qui a failli piquer une folie, quand un grand chien, libre de ses mouvements et sans muselière, s’est approché d’elle.  » C’est mon pitbull ne t’inquiète pas. Ce n’est pas un monstre. Il n’est que l’image de son maître, moi. N’aie crainte « , soutient notre jeune, qui

visiblement est passionné des pitbulls. Outre le désarroi de cette charmante fille, il faut dire également que nombre de piétons se sont sentis menacés par ces grands chiens, qui viennent se greffer au décor quotidien des citoyens. Ainsi, nous constatons souvent que des piétons préfèrent raser les murs, de peur d’être mordus, à la vue d’un chien, circulant librement et sans muselière.      Les citoyens ont peur     Contrairement aux assurances manifestées par des  » maîtres  » chiens à l’adresse des citoyens, il faut dire que la physionomie de leur animal suscite en effet des inquiétudes et donne froid au dos. Car, il s’agit d’un chien agressif et féroce, d’autant plus qu’il s’agit bel et bien d’une race canine qui ne recule devant aucun danger. Les chiens de races doberman, pitbulls ou rottweilers dressés pour les combats sanglants, rodant en toute liberté dans les rues des plus grandes villes, sont devenus un véritable effet de mode. Au risque et péril des passants, nous constatons fort malheureusement, depuis quelques temps, dans nos villes et lieux publics, des chiens doberman, pitbull ou rottweilers conçus à partir de plusieurs races sélectionnées pour leur caractère agressif, écument les rues et élevés dans des quartiers populaires ou dans des immeubles collectifs. Mais tout dépend de l’éducation qu’il va recevoir. Les citoyens ont peur pour leurs enfants et trouvent en ces bêtes des sources de nuisance.     Quelques plaintes de riverains font l’objet actuellement d’une instruction par le médiateur de la République et la Gendarmerie nationale. Les causes principales constatées sont les aboiements intempestifs, dès que les riverains sont sur leur terrain, les charges répétées de l’animal contre les grillages, etc. De l’avis d’un vétérinaire, l’élevage canin présente de réels dangers. Et notamment des problèmes d’hygiène. Parmi les maladies transmises, nous déplorons chaque année plusieurs cas d’échinococcose alvéolaire, qui détruit le foie.  » La maladie peut évoluer en silence pendant dix ans ou plus. Il n’existe pas de traitement. Pour guérir, il faut opérer pour enlever les parties atteintes, voire sauver la personne par greffe  » souligne le Dr Khouf Mahrez. Le grand problème avec le pitbull, rottweiler et doberman, poursuit le docteur, est sans conteste son excès d’agressivité. Car, ils peuvent à tout moment développer un geste hostile à l’encontre, d’un homme, d’un chat ou d’un autre chien. Ils peuvent, par exemple, s’attaquer à un chien sans raison.      Des chiens dangereux Lâchés au milieu de la foule     Les rues des différents quartiers de la capitale sont, avons-nous constaté, depuis quelques temps pleins à craquer de toutes sortes de chiens, manifestant leurs regards méchants et leurs sens d’agressivité. Avec une totale assurance en lui, le pitbull, une race de chien très dangereux, se met à circuler librement, sans muselière et complètement lâché par son propriétaire, et aborde les badauds qui, faut-il le dire, se montrent très gênés et moins rassurés par les conseils du propriétaire du chien, quant aux risques potentiels qu’ils encourent en présence de ce chien, libre de ses mouvements. En familles, entre amis, en couples, des gens toutes catégories d’âges confondues, se promènent dans des quartiers les plus animés de la capitale en compagnie d’un chien, lâché circulant librement parmi la grande foule. Sans se soucier des risques qu’ils causent à l’ordre public et à la sécurité des autres dans le cas où le chien pique l’une des ses folies, qui le transforme en véritable bête sauvage qui perd son sens de docilité, les propriétaires des chiens  » méchants « , peu dressés trouvent semblent-ils du plaisir à lâcher leurs chiens dans la foule ou balader en compagnie de celui-ci. Ainsi, nous avons appris qu’un chien  » un pitbull  » a semé une véritable panique à la rue Didouche Mourad, le mois dernier, quand cet animal avait piqué une crise à la vue d’un chat. Dans son témoignage, Moh, un commerçant, qui a, impuissant, assisté terrifié à une rixe opposant un chien doberman à un chat, un spectacle mortel à la rue Didouche, nous fera savoir que ce jour là ;  » la rue Didouche a connu un spectacle horrible et ayant provoqué une psychose parmi les passants « . Le chien de race Doberman croisé, témoigne encore notre source, était si terrifiant que des piétons ont préféré fuir, de peur d’être mordus. Mais voilà, l’animal racé prit pour cible un chat. Sans prévenir, il se lança sur ce toutou inoffensif et lui retint le dos. Son maître lui ordonna de lâcher prise, mais, hélas, sans résultat.      » Le pauvre chat, pris au piège, essaya à son tour de se libérer, en vain. Le doberman finit par l’immobiliser. Le propriétaire du chien commença à le frapper en espérant qu’il lâche prise. Chose qui ne servira à rien puisqu’il continua de s’acharner sur sa victime comme s’il voulait lui arracher les os. Pour le reste, personne n’osait intervenir. Les gens sont restés immobiles, terrifiés, assistants, impuissants, aux gémissements d’une créature faible et en détresse. Résultat, le corps du chat est pris de convulsions, tandis que son sang gicle « , note le commerçant, avant de souligner que le doberman a, au bout d’une dizaine de minutes, fini par lâcher sa proie…. Bien que le pauvre chat ait pu échapper à la mort, toutefois, il faut dire qu’il failli être cisaillé par les mâchoires d’acier du doberman.      Sans muselière     Auprès des éleveurs de chiens pour ne pas dire de dresseurs de chiens, nous relevons que chacun considère souvent que son chien ne représente aucun danger pour autrui, pour lui-même ou ses proches. Pourtant, certaines races ont été, faut-il le noter, identifiées et jugées comme dangereuses à la sécurité publique. Se balader avec un chien, des plus dangereux en pleine ville d’autant plus que ce dernier est lâché sans muselière constitue sous d’autres cieux comme une infraction à la loi. Cette race de chiens notoirement connus pour leur agressivité, pour leur mâchoire d’acier et leurs crocs mortels, prolifère dans nos villes d’une manière inquiétante, sans pour autant susciter la réaction des pouvoirs publics. Pourtant, nous avons appris auprès de plusieurs sources, qui ne tarissent pas, que plusieurs marginaux en font appel pendant les rixes et les batailles rangées entre bandes rivales, et c’est là toute la gravité du phénomène. Ainsi, des voies au fait du phénomène s’élèvent et témoignent que depuis deux ou trois ans, le phénomène  » pitbull  » commence à prendre de l’ampleur. Plusieurs malfaiteurs se servent des pitbulls ou de rottweilers pour agresser et voler les gens. Ces chiens, aux mâchoires hyper sophistiquées, sont désormais des instruments de terreur. Néanmoins, l’élevage de ces animaux, peu maîtrisables, tendent à devenir, de nos jours, un véritable phénomène de mode, le parfait faire-valoir pour une jeunesse en quête d’affirmation. Beaucoup de propriétaires de chiens se sont alors mis à reproduire des chiens à fort caractère, pour satisfaire la demande toujours croissante des quartiers en ébullition pour cet accessoire de mode ravageur.     A Alger comme dans d’autres grandes villes du pays, nous constatons presque ou souvent des jeunes personnes s’offrir des virées dans des milieux urbains, à forte densité démographique, accompagnés de leurs chiens, qui visiblement donnent largement l’idée de comprendre qu’il s’agit plutôt d’une bête sans intelligence, destinée à faire mal à l’appel du propriétaire.     Pis encore, l’animal dressé, faut-il le dire, de manière peu professionnelle, devient un danger pour les passants qui changent, avons-nous constaté, souvent leur itinéraire ou font carrément demi-tour pour éviter tout risque de morsure.     Utilisation des chiens à des fins criminelles     En ce sens, il faut dire que les exemples sont légion. Ainsi, nous avons appris que des malfaiteurs et délinquants de tout bord, utilisent des chiens dont l’on distingue entre autre des pitbulls, doberman et rottweilers à des fins criminelles. Plusieurs personnes ont été, croit-on savoir, agressées et délestées de leurs objets de valeurs, sous la menace des chiens, qui au regard font trembler de peur.     Malek, un jeune Algérois, la trentaine largement entamée, vendeur de cigarettes à la sauvette, à Sidi-Yahia, l’un des quartiers chics de la capitale en vécu l’expérience.  » J’ai été seul au coin de la route, l’heure approchait minuit quand deux jeunes de mon âge ont apparu avec leurs deux chiens. Tout au début, je ne les ai pas pris au sérieux quand ils me demandaient mon argent, mon téléphone mobile et ma chaîne en or, sinon je serais livré aux chiens, qui exposaient leurs matoirs d’acier », témoigne le jeune vendeur de tabac.      Des chiens monstrueux     Comme pour dénoncer le silence des autorités devant ce nouveau phénomène qui commence à rendre la capitale plus exposée à d’autres formes de criminalité, Malek nous fera remarquer que si cette race de chiens, notoirement connu pour leur agressivité, est interdite sous d’autres cieux où l’élevage et le dressage obéissent aux normes universelles, elle ne peut, de ce fait, être la bienvenue dans un pays où les moyens sont en deçà de la moyenne.     Outre cet état de fait, Malek poursuivra, sur sa lancée ;  » je n’arrive pas à comprendre comment se fait-il que des chiens  » monstrueux  » sont lâchés par leurs propriétaires en pleine rue sans muselière. On les voit en effet en plein centre-ville et dans la quasi-totalité des quartiers de la périphérie, tandis que la loi interdit aux propriétaires de chiens de se comporter de cette manière. Mais, elle exige à ce que le chien soit muselé et tenu par son maître par une chaîne. Le chien doit également porter un collier au cou renseignant sur la santé du chien, la race et le nom de son propriétaire « . Et d’ajouter, les chiens de race agressive constituent, dit-il, dans les milieux urbains et publics un danger permanent pour l’ordre et la sécurité publics, d’autant plus que ces derniers sont peu ou mal dressés et exposés dans plusieurs cas à des situations nuisibles suscitant leur férocité et leur agressivité.      Intuitif et sensible     Par ailleurs, nous avons appris auprès des services de sécurité que les agressions à l’aide de chiens agressifs enregistrent des proportions alarmantes et se font sentir de plus en plus par le citoyen. Nombre de personnes ont été délestés de leurs objets de valeur par des délinquants élevant des chiens du genre pitbull, rottweilers ou encore doberman, connus et réputés pour leur férocité.  » Conscient de sa force et de son potentiel, il fait face d’instinct à toutes les situations et ne recule jamais devant le danger. Sa tendance à la domination l’empêche de faire bon ménage avec ses congénères  » souligne notre source, avant d’ajouter que,     intelligent, intuitif et très sensible, il a besoin d’une éducation sérieuse, faite par un maître pondéré mais sans faille afin d’établir dès le départ des règles hiérarchiques strictes qui ne devront jamais être remises en question sous peine d’avoir un animal dominant et caractériel, bref rapidement invivable.  » Très proche de son maître, il doit impérativement participer à la vie de la famille, le chenil n’est absolument pas pour lui. Une vie calme et régulière aide à canaliser sa fouge. Obéissant et attentif, il adore travailler (ring, pistage,..). Gardien hors pair, son sens du territoire est très développé ; conscient de sa force et de son potentiel, il fait face d’instinct à toutes les situations et ne recule jamais devant le danger. Sa tendance à la dominance l’empêche de faire bon ménage avec ses congénères « , révèle, Hacen, un dresseur du chien avéré. Et de poursuivre, il faut que les autorités compétentes exigent plus de contrôle pour le mouvement des animaux et leur élevage. Car, aujourd’hui, il y a un déficit flagrant en la matière. De par les grandes villes du pays, le nombre de pitbulls, de doberman ou de rottweilers a beaucoup augmenté en raison, bien entendu, de la demande qui ne cesse de croître.      » Aujourd’hui, le pays est passé de pays importateur à celui de producteur de pitbulls », explique le jeune dresseur pour qui les grands chiens agressifs aux mâchoires à forte pression ne sont pas seulement une passion, mais aussi un business.      La reproduction des chiens dangereux constitue un véritable business     En effet, la femelle peut mettre bas huit à dix petits d’un seul coup. Le prix d’un chiot de race rottweilers, de doberman ou de pitbull varie entre 20 000 et 25 000 Da. Le prix varie, croit-on savoir, en fonction de l’âge. Plus l’animal est jeune, plus il coûte cher. Et si l’animal est bien dressé, son prix augmente systématiquement. « Pour former un bon chien, il faut l’enfermer dans une cage. Il ne doit surtout pas entrer en contact avec les autres chiens. De cette façon, il pourra être très agressif à l’appel de son maître », indique le dresseur.     Aujourd’hui, il est à signaler que nombre de jeunes, peu connaisseurs de l’élevage des chiens agressifs, trouvent en la production de cette race canine une véritable source d’argent. Car, une femelle accouchant jusqu’à 10 chiots peut lui rapporter jusqu’à 24 millions de centimes par an, si ce n’est pas plus. Les chiots de race rottweilers, les pitbulls et les dobermans sont très demandés sur le marché. Pour ce qui est de leur nourriture, nous avons appris que cette race canine mange tout ou presque: viande, poulet, riz… Mais une fois habitués, précise le dresseur, à un régime, il sera difficile de le remplacer par un autre. On estime le coût de restauration d’un pitbull entre 400 et 500 dinars par jour. Toutefois, il faut dire qu’il n’y a pas de seuil.     Car, Il y en a même qui dépensent une fortune rien que pour offrir à manger à son chien. Pour Ali, propriétaire d’un pitbull, il soutient, catégorique,  » qu’un pitbull n’est pas un monstre. Il n’est que l’image de son maître. Si son maître s’amuse à lui ordonner de s’attaquer aux humains, cet acte sera par la suite un réflexe chez lui, » conclut notre jeune passionné de pitbulls.   

           Par Kamel Lakhdar Chaouche           

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...