RSS

Soug ennsa Par M. Mahdia Un métier de femme qui persiste et rapporte !

12 avril 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

A l’époque, la grande chance d’un époux, c’était d’épouser une femme couturière. Depuis l’époque reculée de nos grand-mères et jusqu’à aujourd’hui, ce métier « à domicile » n’a pas perdu de son lustre. Le tic tac d’une machine à coudre,

durant les années 70, a permis de construire des villas et d’éduquer des enfants pendant des décennies. Les commandes des  dix robes de mariage, pour chaque trousseau de jeune fille algérienne, a permis de constituer des fortunes. Même aujourd’hui, le métier n’a pas perdu de sa rentabilité : heureux sont les hommes qui épousent des couturières car c’est un salaire garanti tant que sont garanties la santé et la complicité de l’épouse. La cotation des couturières est encore à la hausse car les Algériennes gardent encore la tradition du trousseau, des dix mille robes le jour J, des nappes, des rideaux « faits maisons ». L’ameublement intérieur, entre salons marocains, «matelas genre l’haf » », oreillers stylisés et robes d’intérieur, restent encore du domaine des femmes et pas uniquement un marché de Chinois ou un créneau d’importateurs. Dans certaines villes, comme Tlemcen ou Constantine, le métier de couturière est une industrie. Dans certains villages, un homme ou sa maison peut être plus connu par la couturière épouse que par l’adresse de la rue. Toutes les femmes algériennes ont eu ce rêve de se faire couturière célèbre durant les années 80. C’est un métier de guerre contre la crise ou l’inflation. Une solution contre la misère ou l’inconfort. Une façon d’être une femme au foyer en étant une femme au boulot. Un créneau sans impôt, net, sans publicité. Peu ont réussi, mais celles qui ont réussi, l’ont bien fait : de l’argent à l’aiguille, il suffit de suivre le fil mais avec art et savoir-faire !  Les mains, tout le monde en a, mais tout le monde n’est pas artiste.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...