RSS

Kamel Kerrour (Folio) : Une plume audacieuse

12 avril 2010

Non classé


Projection grotesque de la société sous-développée, « les fables » de Kamel Kerrour(1) intitulées les peuples malheureux de la république misérable(2) décrivent un « monde arabe » en déconfiture, des gouvernants d’un ridicule sinistre et des « peuples »

qui ont « perdu la boussole de la vie ». Dans ce « monde », la logique qui régit l’existence est aberrante. « Le sens de l’autorité » est créé à l’aide du « bâton » des mains des « présidents dictateurs ». L’un d’eux, « le général El Hadjadj »(3) a même « commandé, maltraité et tué » « ses citoyens » pendant… un siècle ( fable du « Général El Hadjadj » (p.89). Les systèmes politiques décrits par Kamel Kerrour ont même le don de « résoudre automatiquement le problème de la circulation des citoyens s’enfuyant à toute allure devant les gouvernants ! »

Rien n’échappe à la plume satirique de notre nouvelliste ; le sentiment d’assister à l’agitation inconsciente d’une « espèce inférieure » (se proclamant « supérieure ») détermine Kamel Kerrour à imprimer quelquefois à sa littérature de pamphlétaire, ce style virulent à même de décrire d’un air détaillé jusqu’aux « immondices innommables ». Il peint la « crasse inimaginable » des religieux sur plusieurs pages témoignant d’un art exceptionnel de la description par paraphrase savante des matières excrémentielles (Les années sèches de la République) p. 5, « La douteuse fetwa du mufti de la république » p. 15).

Une autre chose est encore à observer : ces fables de Kamel Kerrour se placent sous le signe du rire sarcastique. Les gens se séparent de leur passé en riant. « La lourdeur du souci » faisant rire. On le sait : Tout ordre dépassé aboutit à la parodie de sa forme authentique ; l’histoire se répète dans une version comique. Soumettant à l’ironie et au sarcasme une « soi-disante » hiérarchie des valeurs reposant sur l’imposture, Kamel Kerrour accomplit un « acte révolutionnaire ». Une plume audacieuse !

- (1) Ecrivain arabophone algérien.
- (2) Editions Casbah – Alger 2009.
- (3) Le nom d’El hadjadj est sinistrement lié à des massacres de chiites et à l’assassinat de Hussein, fils d’Ali (cousin du Prophète). Karbala (Irak) est devenue depuis la 2e Mecque des chiites.

Par Djilali Khellas

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...