RSS

Ki Kount…ki wellit!!! Par Jawad M. Quand on ne s’unit que pour le meilleur

8 avril 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

                  Se marier en été pour divorcer en hiver!» Cette maxime semble bien être d’actualité en Algérie. Et elle est bien triste, cette réalité que viennent nous annoncer, chaque année, les chiffres donnés par le ministère de la Justice sur le phénomène du divorce. Des milliers de couples se disent «Adieu!» Seulement six mois après

s’être engagés pour le meilleur et pour le pire. Cela démontre assez clairement que les jeunes couples ne sont pas préparés pour la vie conjugale. Et manifestement, ils ne se doutent point que la vie en commun est loin d’être une simple promenade. Généralement, les deux ou trois premiers mois (période durant laquelle les jeunes mariés ne songent qu’à s’isoler) suffisent pour évoquer tous les souvenirs et épuiser tous les sujets de conversation. Arrive alors fatalement le moment où, l’on n’a plus rien à apprendre de l’autre et où, il faut se tourner vers l’extérieur pour affronter la réalité. Petit à petit, la routine et l’ennui s’installent, la désaffection s’amène et le ton devient plutôt morne, ou même querelleur. Et très vite, les mots aigres ne tardent pas à succéder aux mots doux du début. Ceci dit, la question est: vu les drames et les crises sociales que peuvent causer tous ces divorces, va-t-on essayer de comprendre le «mal» et tenter d’y remédier? Car cela mérite bien qu’un débat soit ouvert et que l’on se préoccupe sérieusement du problème. Les prétendants au mariage doivent être assez mûrs pour comprendre qu’une vie agréable, ça se cultive. Ils sont tenus de faire effort pour conserver une égalité d’humeur et pour entretenir la joie ! Ils doivent surtout jouir d’une conformité de goûts et d’une profonde affinité intellectuelle, car elles seules permettent au jeune couple de converger vers des préoccupations communes et donc de rester uni!

 

jawad_moumen@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...