RSS

Entrée du ‘gaz sale’ dans le marché du GNL Par :Y. Mérabet

3 avril 2010

Non classé

 

 

[Bouillon de culture] Commentaire sur : « Le gaz naturel non-conventionnel (NCG), une nouvelle donne sur le marché du GNL « 

Samedi 3 avril 2010 1h36

Auteur     : zino (IP: 41.201.82.14 , 41.201.82.14)
E-mail     : zino.zin@hotmail.fr
URL        :
Commentaire:
Economie et environnement                                                                                              Entrée du ‘gaz sale’ dans le marché du GNL                                                          Par :Y. Mérabet  

                                                                                                                                       Le pétrole ou le gaz sale des ‘carrières’ comme on l’appel, en cours d’introduction  par les américains sur le marché mondial n’est qu’un pavé jeté dans la marre, une diversion  de la politique américaine pour déstructurer le marché mondial du GNL en plein évolution. Le  16 avril 2010 à Oran, les majors producteurs-exportateurs de GNL et les instances internationales de la protection de l’environnement s’allieront pour faire barrage à l’entrée des hydrocarbures sales dans le commerce international.                                                        En plus de la nocivité, la rentabilité économique de l’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels (schistes  bitumineux et autres) est hypothétique puisqu’elle nécessite d’une part un prix du baril de pétrole élevé, plutôt à 100 dollars, et d’autre part un prix du carbone plutôt bas de 50 dollars la tonne de CO2, et de surcroit que certains pays européens viennent de la supprimer carrément. Ces deux facteurs ont une probabilité limitée d’être réunis que d’ici dans deux ou trois décennies pour valider cette source d’énergie.

Les schistes, l’énergie la plus sale et le plus cher de la planète.
On estime aujourd’hui que la production de pétrole ou de gaz  à partir de schistes bitumineux devient économiquement viables si le prix de baril se situe autour de 100 dollars c’est du moins qu’attendent les américains pour commercialiser à grande échelle leur ‘pétrole sale’ produit à partir des carrières de schistes bitumineux. Néanmoins, la maîtrise des impacts sur l’environnement et la réduction des coûts représentent des défis majeurs à relever et corrompre le monde vert pour accepter cette calamité écologique. L’industrie des schistes bitumineux est en train de se structurer en catimini entre les Etats fortement industrialisés en panne d’énergie. On assiste aujourd’hui à l’émergence de nouveaux projets, notamment aux Etats-Unis, en Chine, en France, au Brésil, en Jordanie, au Maroc, avec des acteurs industriels qui cherchent activement des partenaires.                                                                                                                               Le nombre croissant d’acteurs se positionnant sur des projets d’exploitation laisse augurer un développement important des schistes bitumineux, source de pétrole  de l’après-pétrole disent les un, permises d’un malheur écologique de notre planète disent les autres. L’affaire de manque d’énergie aux Etats-Unis a atteint son paroxysme, le pentagone planifie des actions  militaires au Moyen-Orient  pour assurer ses approvisionnements en énergie, des chiffres astronomiques sont bazardés par l’administration américaine pour l’information sur l’énergie (United States Energy Information Administration) qui estime les réserves mondiales de schiste bitumineux (énergie fossile non-conventionnelle)  à 2800 à 3100 milliards de barils de pétrole (450 à 520×109 m3) potentiellement exploitables, dont 1000 à 1200 milliards de barils aux Etats-Unis , ces chiffres semblent exagérément gonflés, vraisemblablement de l’intox. Cependant, il ne faudrait pas cacher que des tentatives pour exploiter ces réserves ont cours depuis plus d’un siècle, bien avant l’invasion pacifique de l’Arabie Saoudite et du Koweït par les américains, l’occupation militaire de l’Irak et la tentative d’occupation de l’Iran , ont pour l’instant connu des résultats limités (temporaires). Le kérogène présent dans les schistes bitumineux peut être converti en pétrole à travers le processus chimique de la pyrolyse, ce que faisait le führer Adolphe Hitler, pendant la deuxième guerre mondiale pour palier au blocus des approvisionnements en carburant, que lui imposaient les américains et leurs alliés. Les schistes bitumineux peuvent aussi être brûlés directement comme un combustible de basse qualité pour la création d’énergie et le chauffage, et peuvent être utilisés comme matériau de base dans les industries chimiques et des matériaux de construction, c’est exactement comme  cette  bouse de vache que nos grandes mères  utilisaient pour chauffer leur four traditionnel, et nos ancêtres l’utilisèrent comme mortier de construction, il y’a de ça deux siècles. Le gaz et le pétrole  non-conventionnels  sont des hydrocarbures sales et polluants, leur rendement est mauvais : cinq fois plus chers que le pétrole traditionnel avec bilan énergétique est très faible, voire négatif, dans le sens où l’énergie utilisée pour obtenir le pétrole est souvent supérieure à celle obtenue en brûlant le combustible. De plus, d’énormes quantités de vapeur d’eau sont consommées : il faut un à quatre barils d’eau chaude pour un baril de pétrole. Les schistes peuvent-être comparés à une mauvaise houille, plus mauvaise que celle qu’utilisent les chinois pour produire leur énergie et polluer notre planète.
L’utilisation des schistes comme combustible est une erreur écologique très grave, son impact sur l’environnement reste très mauvais, d’autant plus que certaines questions comme le stockage des cendres nocives restent en suspens. Au niveau international, l’expérience la plus connue est celle de la République d’Estonie où 90% de la production d’électricité provient de centrales thermiques fonctionnant aux  schistes bitumineux ; d’ailleurs, ce changement de mode d’énergie s’est traduit par le retour de maladies chroniques : comme les crises respiratoires, des  cancers et plus grave encore le retour du bacille de Koch (tuberculose). Le budget de la santé de l’Estonie a été augmenté de 6,4% pour palier aux maladies dues à l’exploitation des carrières de schistes.                                            Pour ce qui de l’extraction des schistes que renferment les sables (sable bitumineux),  ces sables nécessitent  des quantités considérables d’eau douce et d’énergie (souvent de gaz naturel) et pourrait tripler les émissions annuelles de gaz à effet de serre. Au Canada, plus de 4 000 km2 de forêts ont déjà été détruits au détriment de la lutte contre le réchauffement planétaire pour produire ce pétrole non-conventionnel créant un déficit de 1,3 milliards d’absorption de tonnes de C02. Des rivières sont détournées et polluées pour fournir les énormes quantités d’eau nécessaire à l’extraction et à l’exploitation du non-conventionnel. Vu par satellite, de gigantesques trous béants défigurent la carte géographique canadienne, donnant l’air d’une planète galeuse ou les petits déserts commencent à naitre.  Ce n’est pas seulement l’environnement qui est détruit, c’est aussi la santé humaine qui est menacée. La présence de substances chimiques toxiques ou de métaux lourds comme le mercure dans les lacs et les rivières autour des sites d’exploitation compromet la qualité de l’eau potable, de même que la santé des animaux qui boivent cette eau et des poissons qui y vivent. Quand les humains consomment ces animaux ou ces poissons, ils ingèrent en même temps les substances chimiques que ceux-ci ont consommées. L’exploitation des carrières schisteuses a crée des  mines à ciel ouvert ou gitent ces immenses déchets miniers toxiques.                  Des quantités colossales de gaz et de carburant sont nécessaires pour la survie de l’Amérique en quête d’énergie de ‘bonne occasion’ et elle n’a pas trouvé mieux que d’utiliser la bouse de vache pour sauver son économie dégringolant. Au final, les émissions de gaz à effet de serre sont énormes et inquiétant. La production d’un baril de pétrole issu des sables bitumineux est trois à cinq fois plus émettrice de gaz à effet de serre qu’un baril de pétrole conventionnel, mais les Etats-Unis d’Amérique préfèrent faire des économies au détriment de la santé de leur population et du bien-être des habitants de la planète. Un égoïsme démesuré si les américains pensent que l’environnement a des limites frontalières géographiquement déterminées et que chaque pays fasse ce qu’il veut sur son territoire. Le réchauffement planétaire provoqué par les pays fortement industrialisée en occurrence les Etats-Unis et l’Europe et aussi ressenti par les lointains pays pauvres de la planète, ces dernier désindustrialisés dépouillés de leur richesses minières,  émettent zéro (0) carbone dans l’atmosphère. Les riches et les pauvres se désolidarisent  sur de l’équilibre de la balance de l’émission du C02, les Etats-Unis, l’Europe et la Chine de moindre importance ‘crachent’ dans l’atmosphère plus de 90% du volume mondial de rejet de CO2. Ils sont maitres à bord des calamités naturelles et du réchauffement planétaire. Greenpeace dénonce ce crime environnemental et demande aux pouvoirs politiques de bannir les pétroles non- conventionnels comme les sables bitumineux et de réduire nos émissions de gaz à effet de serre!
Les américains veulent concurrencer le GNL avec de la bouse de vache
L’exploitation des gaz non conventionnels est une contravention infligée au protocole de Kyoto, écologiquement parlant ; mais économiquement il n’affectera pas le marché conventionnel du GNL. Longtemps, le marché du gaz est resté structuré et localisé, limité par le développement des réseaux de gazoducs entre les zones de production et celles de consommation. De grands efforts ont été consentis par les pays producteurs de gaz sur l’investissement des énergies propres plus particulièrement le gaz naturel qui  égaille par sa ‘flamme bleue’ des millions de foyers à travers le monde. Cette même énergie tient promesse et participe efficacement au développement de l’industrie de pointes des pays fortement industrialisés et les pays émergeants.                                                                              Le GNL, transporté par méthanier, a ouvert un marché au niveau mondial. Les usines de liquéfaction se sont multipliées en Algérie et au Moyen-Orient, notamment pour répondre aux marchés américains et japonais et leur servir un produit hautement raffiné de bonne qualité.
Le développement brutal, aux Etats-Unis, des gaz non-conventionnels pourrait remettre en cause les lourds investissements consentis pour le développement de l’industrie gazière mondiale, si la lutte contre le réchauffement planétaire s’affaiblie. Les gaz non-conventionnels pourraient en effet permettre aux Etats-Unis de se défaire des importations de gaz et attiser son échec sur la convoitise du pétrole du Golf Persique et devenir le premier pays exportateur de ce gaz sale et couteux, une chance peut-être des pays exportateurs de gaz de qualité de voir les prix grimper au dessus des 100 dollars la Tep, seul de rentabilité du gaz non-conventionnel. D’autant que le gaz naturel est envisagé comme l’une des énergies de demain, notamment pour produire de l’électricité (centrales associées à des techniques de captage, stockage de CO2 , que recommande le protocole de Kyoto et la conférence de Copenhague)                                                                                                                                             Le marché du gaz qui de se redessine  aujourd’hui  avec l’entrée ‘des hydrocarbures sales’ serait  brouillant pour les perspectives à court, moyen et long terme. Brutalement la carte gazière s’est complètement transformée. Dans un premier temps, le développement du gaz naturel liquéfié (GNL) a ouvert un marché mondial en parallèle des marchés traditionnels régionaux (le transport par gazoduc limitait les échanges jusqu’alors) et des marchés spots aux côtés des contrats de long terme, rendant déjà imprévisible un marché qui jusque là était assez serein. Aujourd’hui, c’est le développement des gaz non-conventionnels aux Etats-Unis qui perturbe le marché en créant une ‘bulle gazière’. L’exploitation de ces gaz aurait presque doublé en deux ans, modifiant la demande extérieure américaine. Cette évolution endogène ajoutée à une baisse de la demande mondiale en raison de la crise (-5 % en 2009), a en effet laissé de larges stocks de gaz, faisant chuter les prix.                                             Aux Etats-Unis déjà, le charbon est désormais abandonné au profit du gaz, devenu compétitif et moins émetteur de CO2. Le retour à l’utilisation du gaz non-conventionnel comparable au retour de la houille sur le marché, n’aura aucune chance de concurrencer le GNL, c’est une question d’appréciation de confort et de qualité. L’abondance des gisements et le coût peu élevé de cette ressource fait craindre à certains une exploitation massive du gaz au détriment des énergies  »propres » et un abandon des mesures d’économies d’énergie.
Conclusion :                                                                                                   Pour le moment, les pétroles non-conventionnels ne couvrent que 5% de la consommation et les coûts sont prohibitifs. Mais certains  experts optimistes estiment qu’avec la raréfaction du pétrole, la hausse des prix permettra aux pétroles non-conventionnels de combler la différence. La pollution générée va certainement restreindre leur utilisation jusqu’à ce que le déclin du pétrole soit vraiment avancé dans deux décennies peut-être. Cette alternative au pétrole conventionnel pourrait au moins être utilisée comme matière première et fournir les produits que les autres sources d’énergie ne peuvent pas (plastiques, engrais, etc.), bien qu’elle ne soit pas idéale en raison de l’intense consommation d’énergie nécessaire à la production, une fois le pétrole conventionnel épuisé, il s’agirait d’une des rares options pour l’après-pétrole américain. Le temps et l’argent nécessaires pour augmenter la production des schistes seraient énormes pour passer de 5% à 100%, mais suffisant pour alimenter leurs  industries pétrochimiques en matière première, laissant l’énergie électrique aux sources renouvelables notamment: le solaire, l’éolien, et l’hydrogène etc. et au nucléaire, une fois la validation faite.
Expert en énergie
Algérian Society For International Relations

Voir tous les commentaires sur cet article:
http://nadorculture.unblog.fr/2010/01/22/le-gaz-naturel-non-conventionnel-ncg-une-nouvelle-donne-sur-le-marche-du-gnl/#comments

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

3 Réponses à “Entrée du ‘gaz sale’ dans le marché du GNL Par :Y. Mérabet”

  1. Carbone11 Dit :

    Votre article est très intéressant, mais je dois vous avouer que j’ai lutté pour sa lecture à cause du choix de la police…
    Mais que cela ne vous empêche pas de nous proposer d’autres articles de ce type !!

  2. Abramhs Dit :

    LES PHOSPHATES « MAROCAINS » DU SAHARA OCCIDENTAL,
    UNE RICHESSE USURPEE AU PEUPLE SAHRAOUI. Par Y.mérabet

    Il faut donc s’interroger sur l’appellation «phosphates marocains », celle-ci cachant en fait un minerai propre au Maroc et une ressource naturelle, propriété du peuple sahraoui.Le Maroc, au mépris du droit international, occupe le Sahara occidental en s’accaparant de ses richesses minérales. Il conforte ainsi sa position de chef de file de ce minerai en récupérant et en exploitant les gisements de phosphate sahraoui, gisements dont l’extraction est aisée et les réserves fort importantes. Concernant les engrais phosphatés, le Maroc est en position de leader mondial tant pour leur production que pour les réserves de phosphates dont il dispose. Produits vitaux pour l’agriculture, qu’elle soit intensive pour les pays occidentaux) ou en pleine expansion pour les pays émergents, les phosphates intéressent de très près les économies agricoles d’une large majorité de pays C’est cette richesse convoitée et partagée entre le Maroc, la France et l’Espagne, retarde l’accès du Sahara Occidental au recouvrement de son indépendance malgré des résolutions de l’ONU en sa faveur.
    Le droit du peuple sahraoui à ses richesses
    L’exploitation économique ne peut se faire que dans l’intérêt du peuple sahraoui et avec son accord. Il est toujours difficile d’agir contre les Etats, mais le entreprises françaises qui font des affaires là-bas sans respecter le droit international engagent leur responsabilité, civile et pénale.
    1. Avis du secrétaire général adjoint aux affaires juridiques, conseiller juridique du secrétaire général du Conseil de sécurité
    L’analyse juridique de référence résulte d’un avis rendu en 2002 par Hans Correl le secrétaire général adjoint aux affaires juridiques, conseiller juridique du secrétaire général du Conseil de sécurité. Cet avis est publié sur le site de la MISURNO,« Avis du 12 février 2002, S/2002/161 », et il n’a jamais fait l’objet de critiques de la doctrine. L’auteur a confirmé et précisé cette analyse dans un texte publié en 2008.
    L’auteur prend pour référence le régime juridique des territoires non autonomes dans la pratique de l’ONU, à partir de l’article 73 de la Charte, alors même que le Maroc est puissance occupante, car c’est un régime proche, et surtout parce que le Sahara est un territoire non autonome. Il faut raisonner à partir des droits du peuple sahraoui, et pas à partir des volontés du Maroc… Le rapport rappelle que l’assemblée ONU a régulièrement engagé les puissances administrant à sauvegarder et garantir les droits inaliénables des peuples des territoires non autonomes – droits sur leurs ressources naturelles et droit d’être et de rester maîtres de la mise en valeur future de ces ressources (Résolution 35/118 du 11 décembre 1980).
    « 11. Dans les résolutions adoptées au titre du point de l’ordre du jour intitulé « Activités des intérêts étrangers, économiques et autres, qui font obstacle à l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux dans les territoires se trouvant sous domination coloniale », l’Assemblée générale a de nouveau déclaré que « l’exploitation et le pillage des ressources marines et autres ressources naturelles des territoires coloniaux ou non autonomes par des intérêts économiques étrangers, en violation des résolutions pertinentes de l’Organisation des Nations Unies, compromettent l’intégrité et la prospérité de ces territoires » et que « toute puissance administrant qui prive les peuples coloniaux des territoires non autonomes de l’exercice de leurs droits légitimes sur leurs ressources naturelles viole les obligations solennelles qui lui incombent en vertu de la Charte des Nations Unies »(résolutions 48/46 du 10 décembre 1992 et 49/40 du 9 décembre 1994).
    « 12. Faisant franchir un pas important à cette doctrine, l’Assemblée générale, dans sa résolution 50/33 du 6 décembre 1995, a établi une distinction entre les activités économiques qui sont préjudiciables aux habitants des territoires non autonomes et celles qui sont déployées dans leur intérêt. Au paragraphe 2 de ladite résolution, l’Assemblée générale a affirmé « la valeur des investissements économiques étrangers entrepris en collaboration avec les populations des territoires non autonomes et conformément à leurs vœux afin d’apporter une contribution valable au développement socioéconomique des territoires ». Cette position a été affirmée par l’Assemblée générale dans des résolutions ultérieures (résolutions 52/72 du 10 décembre 1997, 53/61 du 3 décembre 1998, 54/84 du 5 décembre 1999, 55/138 du 8 décembre 2000 et 56/66 du 10 décembre 2001).
    Il rappelle ensuite quelles sont les bases jurisprudentielles, à travers les décisions rendues par la Cour internationale de Justice.
    « 15. La question de l’exploitation des ressources naturelles des territoires non autonomes par les puissances qui les administrent a été portée devant la Cour internationale de Justice dans le cadre de l’affaire du Timor oriental (Portugal c. Australie) et de l’affaire relative à certaines terres à phosphates à Nauru (Nauru c.Australie). Toutefois, la Cour n’a, ni dans un cas ni dans l’autre, statué de façon décisive sur la légalité de l’exploitation des ressources des territoires non autonomes.
    « 16. Dans l’affaire du Timor oriental, le Portugal a fait valoir que lorsqu’elle avait négocié avec l’Indonésie un accord portant sur l’exploration et l’exploitation du plateau continental dans la zone de la passe de Timor, l’Australie n’avait pas respecté le droit du peuple du Timor oriental à la souveraineté permanente sur ses richesses et ressources naturelles, ni les prérogatives et droits du Portugal, Puissance administrant du Timor oriental. Comme l’Indonésie n’était pas partie à l’instance, la Cour internationale de Justice a conclu qu’elle n’avait pas compétence.
    « 17. Dans l’affaire relative à certaines terres à phosphates à Nauru, Nauru a demandé la remise en état de certaines terres à phosphates exploitées avant l’indépendance alors que le territoire se trouvait sous la tutelle de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni. Nauru a fait valoir que le principe de la souveraineté permanente sur les ressources naturelles avait été violé, d’importantes ressources ayant été épuisées dans des conditions extrêmement inéquitables et le territoire s’étant trouvé physiquement amoindri du fait de leur extraction. Après que la Cour eut rendu son arrêt sur les exceptions préliminaires, les parties sont parvenues à un accord et la Cour n’a donc pas eu à statuer quant au fond.
    Conclusions de Hans Correl:
    « 22. Le principe selon lequel les intérêts des peuples des territoires non autonomes doivent primer et selon lequel assurer le bien-être et le développement de ces peuples est la mission sacrée des puissances administrant été établi dans la Charte des Nations Unies et défini plus précisément dans les résolutions de l’Assemblée générale sur la décolonisation et les activités économiques dans les territoires non autonomes. En reconnaissant le droit inaliénable des peuples des territoires non autonomes à disposer des ressources naturelles de leurs territoires, l’Assemblée générale a toujours condamné l’exploitation et le pillage des ressources naturelles, ainsi que toute activité économique qui lèse les intérêts de ces peuples et les prive de leur droit légitime à disposer de leurs ressources naturelles. Toutefois, elle a reconnu la valeur des activités économiques menées conformément à la volonté des peuples des territoires non autonomes et leur contribution au développement de ces territoires.
    « 23. Dans les affaires du Timor oriental et de Nauru, la Cour internationale de Justice ne s’est pas prononcée sur la légalité des activités économiques menées dans les territoires non autonomes. Il convient toutefois de noter que ni dans un cas, ni dans l’autre, l’exploitation des ressources minérales des territoires n’a été présentée comme illégale en soi. Dans l’affaire du Timor oriental, un accord d’exploitation pétrolière était présenté comme illégal parce qu’il n’avait pas été conclu avec la Puissance administrant (le Portugal); dans l’affaire de Nauru, ce qui était présenté comme illégal, était le fait que l’exploitation des ressources minérales aurait épuisé les terres inutilement et de façon inéquitable.
    « 24. La récente pratique des États, quoique limitée, indique que les puissances administrant, aussi bien que les États tiers, ont l’opinio juris suivant : si les ressources de territoires non autonomes sont exploitées au bénéfice des peuples de ces territoires, en leur nom, ou en consultation avec leurs représentants, cette exploitation est considérée comme compatible avec les obligations qui incombent aux puissances administrant en vertu de la Charte et conforme aux résolutions de l’Assemblée générale, ainsi qu’au principe de la « souveraineté permanente sur les ressources naturelles » qui y est consacré.
    *Source: résolutions de l’ONU

    -Ingénieur expert en énergie -Journaliste indépendant
    ASFIR ex Association Algérienne des relations Internationales 119, Boulevard Didouche Mourad (Alger centre)

  3. Abrahms Dit :

    Scandale de Sonatrach : le fiasco de Rhourd El Baguel
    Mots clés : algerie, Sonatrach, BP, scandale, Sonarco, Catering
    Par Le Matin DZ | 08/08/2012
    Après la première décision rendue par ladite cour en 2008, le semblant d’initiation des études d’engineering pour la réalisation du projet de l’usine à gaz a été décidé le 15 juillet /2009 par le conseil de gestion de Sonarco. Les fonds nécessaires pour les frais d’études ont été débloqués par les deux co-DG du groupement le 14 octobre 2009 soit deux millions de dollars.

    Rhourd El Baguel est un fiasco retentissant pour Sonatrach.
    Réunions en série sans lendemain
    Les managers de BP, connus pour leur flegme froid dans l’art de la négociation, ne cherchaient plus qu’à gagner du temps par des réunions sans fin, pour se retirer de l’association aux moindres frais. Une réunion ou étaient présents les représentants mandatés par les deux parties (Sonatrach & BP) a eu lieu à Alger les 29 & 30 juin 2009, attestée par un PV, où le représentant de BP a présenté une vue d’ensemble faite par sa direction le 9 juin 2009 sur le projet de GPL à réaliser à Rhourd El Baguel, équipé de deux trains comme stipulé par la décision de la Cour permanente d’arbitrage en 2008. Le représentant de BP s’est engagé à collecter le maximum d’informations et d’éléments de base qui permettront d’établir l’étendue des travaux pour le plan de préparation desdites études, à confier au bureau d’études anglais Petrofac (un fidèle contractuel en gré à gré avec Sonarco dans des prestation de services d’engineering depuis 2005), reconnaissant qu’il a été transmis à ce dernier un dossier d’une étude complète faite en 1995 par l’italien Snam Progetti sur le projet de réalisation d’une usine de GPL Rhourd El-Baguel (coût de l’étude initiale : 300.000,00 dollars US, et le coût de réalisation de ladite usine en EPC s’élevé à 400 millions de dollars US à l’époque.
    Au 31 décembre 2010, Les coûts engagés pour les études d’ingénierie Petrofac pour la réalisation de l’usine de GPL sont revenus à 1,8 millions de dollars US environ (126.000.000,00 de DA), la situation n’était plus qu’en attente de lancement de l’appel d’offres par Sonarco pour la réalisation de l’usine de production de GPL.
    Un imprévu gagnant prémédité par BP
    Au cours d’une des stériles réunions entre les parties, un irrationnel désaccord prémédité par BP a vu le jour dans un but inavoué, celui de se désengager de l’association à moindres frais. BP dit accepter de construire l’usine en lançant les études sur la base d’un système de production à un seul train sur la configuration technique des futures installations de l’unité GPL en révisant au préalable le profil de production pour le reste de la période contractuelle s’étalant entre 2009 et 2021 par voie d’arbitrage ; alors que Sonatrach veut que soit appliquée la décision de la Cour permanente d’arbitrage de septembre 2008 et de celle datée du 30 août 2009, et que soit lancé les études pour la construction de l’usine de GPL sur la base d’un système à deux trains. Devant ce stratégique litige artificiel de blocage créé par BP durant le premier trimestre 2011, pour faire durer les négociations dans la stérilité au détriment de l’entreprise nationale, Sonatrach a été contrainte de soumettre ledit litige à la Cour d’arbitrage encore une fois.
    Vu la nature de la complexe tâche assignée à l’expert indépendant, regroupant de multiples activités, l’expert chef de projet a eu recours à la composition d’une équipe pluridisciplinaire composée de dix docteurs PHD dans différentes spécialités pétrolières et de droit, pour traiter les aspects liés à la révision du profil de production contractuel contesté par BP quand on lui a demandé de réaliser l’usine de gaz.
    Recommandation finale selon le rapport d’expertise du 30 août 2009
    La décision finale a été en faveur de Sonatrach. La proposition a été faite par l’équipe d’expertise en référence à la période de production du champ s’étalant du 1er juillet 2009 au 30 juin 2021, incluant la production du pétrole brut, des condensats et du GPL :
    - Le souhait de BP transmis à l’expert : 57,5 millions de barils en 12 ans
    - Le souhait de Sonatrach transmis à l’expert : 58,9 millions de barils en 12 ans
    - La décision de l’expert est : 57,8 millions de barils en 12 ans
    Décision arrêtée pour le démarrage de l’usine de gaz de production de GPL et de condensat
    - le souhait de BP transmis à l’expert est le 1er juillet 2014
    - le souhait de Sonatrach transmis à l’expert est le 1er janvier 2013
    - La décision de l’expert pour démarrage GPL est pour le 1er juillet 2014
    Suite à cela, la partie BP demande à Sonatrach l’organisation d’une réunion de travail préalable pour approuver ensemble le profil de production révisé par l’équipe d’experts, en suggérant que Sonarco organise la réunion le plus tôt en Algérie. Sonatrach accepte …! Une atroce situation de laxisme du management de l’entreprise Sonatrach vient s’ajouter à celles s’étalant déjà de 1996 à 2011, confirmant par là que l’entrée en lice de la production de l’usine du GPL prévue au départ pour 2007, reportée à 2011, et encore reportée à 2014 par décision de justice, ne verra pas le jour.
    L’astuce du flegme management participatif de BP
    En fin de parcours, BP étonna Sonatrach en lui présentant l’étude finale faite par Petrofac avec un seul train ! Alors qu’il était convenu à maintes reprises entre les parties avant et après expertise, que l’usine de GPL sera réalisée avec deux trains de traitement comme l’a si bien confirmé l’expert indépendant, et non pas un seul train de traitement comme l’insinue BP pour faire durer le flegmatique feuilleton. Sonatrach se sentant blousée, déposa encore une fois une plainte auprès de la Cour permanente d’arbitrage à l’encontre de BP pour non application de la dite décision d’arbitrage rendue en sa faveur dans le conflit qui l’oppose à son partenaire.
    Se voyant perdante sur toute la ligne, BP engagea des tractations formelles et informelles en hauts lieux, pour la résolution de son litigieux cas, tout en s’évitant de perdre cette bataille comme elle a laissé des plumes en Louisiane, condamnée à l’indemnisation de 25 milliards de $ US pour pollution marine en 2010.
    Secret du blocage
    Une première séance d’audience entre les parties a été programmée au début d’avril 2011. Les représentants de Sonatrach devant assister à ladite séance d’arbitrage à Paris pour cet incroyable cas de filouterie managériale, ont été informés à la dernière minute, au siège de la direction générale de Sonatrach, que leur déplacement à Paris a été annulé, et la décision est venue de haut lieu qu’eux-mêmes ne savent rien sur le sujet, et ne font que transmettre un ordre verbal venu d’ailleurs ..!
    En finalité, BP a quitté le champ de Rhourd El Baguel en douceur après l’avoir endommagé, en payant une indemnisation de pacotille à Sonatrach, un montant dérisoire s’élevant à 100.000 dollars US (700 millions de centimes) et ce, pour ne pas construire l’usine de production de GPL à Rhourd El Baguel dont le coût total actuel en réalisation EPC s’élève à un milliard de dollars US, une grande lâcheté méritant de lourdes sanctions aux irresponsables algériens de Sonatrach et d’autres secteurs et organes qui ont permit la concrétisation de ce désastre commis au détriment des intérêts du pays..
    Si l’usine de GPL et condensats avait été réalisée, l’Algérie aurait gagné 2,5 millions de dollars US par jour, et ladite usine serait amortie en une année de production selon la récente étude de Petrofac datée du 31 août 2010 estimant son coût global à plus de 700 millions de dollars US.
    Alerte lancée auprès de qui de droit, pour rétablir l’Algérie dans ses droits
    Durant début octobre 2011, une troisième requête d’extension dudit contrat par avenant pour une période de deux mois, s’étalant du 1er novembre 2011 au 31 décembre 2011, a été introduit par la Direction générale de l’ex-Sonarco auprès du dit conseil de gestion, ce dernier sentant le feu en la demeure, a refusé d’accepter de continuer dans la dérive !
    Le codirecteur général de Sonarco, administrateur délégué pour la partie Sonatrach, s’est vu pressé par son co-DG pour la partie BP pour avoir son accord de principe, afin de faire valider ce troisième avenant illégalement au nom de la direction l’ex-Sonarco, entité qui n’a commencé à fonctionner officiellement par appel de fonds auprès du partenaire BP qu’en février 2011 !? Une nouvelle procédure instaurée selon les dispositions contractuelles du 15 février 1996, venue très tardivement (15 ans après), suite aux odeurs de fumées découlant des récents scandales révélés sur Sonatrach.
    Durant ce flottement, l’Administrateur délégué pour la partie BP, a même menacé de quitter le champ si la partie Sonatrach refuse la reconduction automatique du contrat par un autre super illégal avenant de 2 millions de dollars US ! Après des tractations en haut lieu durant une semaine entre la direction de Sonarco et le directeur de la division associations de Sonatrach, un délictueux accord a été donné par la direction générale de Sonatrach pour un 3e avenant !
    Vingt un énième avenant (portant le total à 47% de la valeur initiale du contrat) !!! A l’issue du conflit judiciaire par le biais de l’arbitrage, opposant BP à Sonatrach sur l’application incorrecte de certaines dispositions contractuelles, notamment la révision du profil de production du champ jusqu’à 2021, et le désengagement de BP à construire une usine à gaz de production de GPL et de condensats à Rhourd el Baguel d’une valeur approximative d’un milliard de dollars (en EPC), BP visant son suprême intérêt, a décidé de partir définitivement du champ le 31 décembre 2011, optant à l’indemnisation de son associé, Sonatrach, entraînant la dissolution du groupement Sonarco. Et c’est durant le mois de décembre 2011 qu’un 4e avenant prohibé pour les prestations de services avec Sarl Cieptal pour deux mois et 2 autres millions de dollars US, a été validé pour la direction de l’ex-Sonarco et ce, en violation des directives de l’ex-PDG du Groupe Sonatrach, si Nordine Cherouati.
    Où en est-on au champ de Rhourd El Baguel ?
    Suite au départ volontaire de BP le 31 décembre 2011, ledit champ a été rattaché à la direction de la division production de Sonatrach activité amont, en charge maintenant de la conduite de la finalité du rocambolesque dossier du camp catring de l’ex-Sonarco. Le prestataire Sarl Cieptal est toujours opérationnel au dit champ, il quitte réellement les lieux le 29 février 2012. Une telle gravité, n’arrive qu’au sein de Sonatrach Spa, groupe pétrolier international disons nous ! Que la justice agisse si justice il y a dans ce pays, volé à ciel ouvert par des sans foi ni loi.
    A l’issue de ce bradage en règle, la perte sèche de l’Algérie s’élève à de centaines d’emplois et à 2,5 millions de dollars US par jour.
    Les centres de production de Rhourd El Baguel
    Durant la guerre civile algérienne des années quatre-vingt-dix, soldée par plus de 200.000 morts, des milliers de disparus et de mutilés, des populations entières désertant leurs villages dans un exode rural jamais connu par le pays depuis la fin de l’horrible guerre d’Algérie, Sonatrach et la compagnie ARCO (Atlantic Richfield Company) ont signé le 15 février 1996 le premier contrat d’association (51%-49%) pour l’exploitation du gisement du pétrole de Rhourd El Baguel (situé à 100 km au sud-est de Hassi Messaoud), d’une valeur de 1,3 milliard de dollars US, pour une durée de 25 ans, visant l’amélioration du taux de récupération des réserves de pétrole du champ de 20% à 35%, et l’incitation des investissements directs étrangers parce que le pays était au bord de l’abîme, politiquement, économiquement et socialement. Cet accord mis application le 1er juillet 1996, donna naissance a une nouvelle entité : Sonarco, chargée de la conduite des opérations pétrolières du projet de récupération assistée du pétrole, avec comme premier objectif, d’atteindre une production de 120.000 barils/jour à la 11e année, qui au départ était de 26.000 barils/jour. Il prévoyait cinq phases principales de développement. Ensuite, de grandes modifications des installations existantes et la mise en exploitation d’une nouvelle unité pour la réinjection de gaz dans le gisement, ont vu le jour durant les quatre premières phases de développement.
    L’usine à gaz non réalisée : pourquoi ?
    La susmentionnée phase du projet, consistant en la construction d’une usine de traitement de gaz pour la récupération de GPL (gaz de pétrole liquéfié), prévue dans le susdit contrat, a été sciemment abandonnée par Sonarco fin 2001 (BP ayant acquis les actifs d’ARCO en 2000, agissait avec la lâche complicité individuelle et collective du management de certains cadres de Sonatrach et sa tutelle.
    Cette dite phase prévoyait l’installation d’une usine de traitement de gaz d’une capacité de 20 millions m3/Jour, pour la récupération du GPL et de condensats. Mais suite à un défaut de stratégie dans l’injection massive et rapide du gaz à très haute pression (450 Bars) dans la zone supérieure du gisement entre 1999 et 2001, qui s’est traduite par une rapide chute de production dans la majorité des puits producteurs de pétrole du champ, il a été décidé par la direction de Sonarco que l’usine de gaz en question ne sera pas rentable donc, à abandonner.
    Déclenchement d’un lourd conflit en avril 2004, Sonatrach voyant que son partenaire BP n’arrivait pas à la réalisation de son objectif défini selon des engagements contractuels (31.000 barils/jour de production au lieu de 82.000 barils/jour), décida d’arrêter le droit d’enlèvement de la part de production de BP évaluée à 30% (selon la valeur des actions de BP dans le contrat Sonarco), BP engagea vite une action d’arbitrage à l’encontre de Sonatrach. Concernant ce lourd différent, il est utile d’étalé la reproduction de la réponse en 2007 de l’ex-patron du secteur hydrocarbures si Chakib Khelil à la revue Pétrole Gaz Arab – PGA. En septembre 2008, une décision en deux points de la Cour permanente d’arbitrage de Paris entre les parties a été prononcée, donnant ce qui suit :
    1- BP Exploration Algérie Limited n’est pas en infraction vis-à-vis de la stratégique technique utilisée dans l’application du programme de développement du champ à travers son programme d’injection de gaz miscible pour l’augmentation de production du gisement de Rhourd El Baguel donc, l’enlèvement de sa part de production doit reprendre son cours.
    2- BP Exploration Algérie Limited doit réaliser obligatoirement le projet de l’usine à gaz de production de GPL et condensats à Rhourd El Baguel (Décision de la Cour non soumise à recours) dont le coût s’élève à présent à prés d’un milliard de dollars US.
    De même, la Cour permanente d’arbitrage de Paris somme BP et Sonatrach à collaborer et négocier de nouveau, pour la réalisation de leur objectif contractuel. Suite à cela, BP Exploration El Djazair Limited domiciliée aux Iles Bahamas, et BP Exploration Operating Limited domiciliée à United King dom (deux filiales de la société mère BP qui gèrent ensemble le contrat de Sonarco), agissant vite en janvier 2009 à l’encontre de Sonatrach, ont recouru à l’arbitrage une seconde fois auprès d’un expert indépendant désigné par ladite Cour, afin qu’il fasse une recommandation pour les parties au sujet de la révision du profil de production remis en cause par BP en référence aux dispositions de l’article 42 dudit contrat. L’affaire a été enregistrée à sous le n° AA224.
    Il devient impératif que soient présenter les preuves matériels sur ce qui a été avancé concernant les violations de loi et d’énormes manœuvres dilatoires dans la passation de marchés dans les Groupements et les OOC de Sonatrach (Organes Operating Conjoints, Type d’entité commerciale inexistant dans le code de commerce).
    De nombreux cas de dépassements intolérables existent, marchés passés sous forme de contrat en gré à gré, et ou suite à consultation sélective que l’on nomme restreinte dans les groupements de Sonatrach, des excès plus graves que ceux ayant fait objet de révélations successives dans les colonnes à la Une de certains titres de presse nationale écrite durant 2010, entraînant la décapitation du staff de la DG de Sonatrach, emprisonnements et poursuites judicaires à l’encontre de certains cadres dirigeants.
    Détails sur un des pires cas de marché. Dans les bases pétrolières au sud, le sujet favori dont parlent souvent les gens est bien celui de la bouffetance, selon les documents du scandaleux dossier transmis au Matin DZ, le cas du Camp Catring d’un groupement est unique en son genre.
    Il s’agit du contrat pour la prestation de services de restauration et d’hôtellerie à l’ex-groupement Sonarco-Rhourd El Baguel (champ situé à 100 km au sud-est de Hassi Messaoud), passé entre BP et la Sarl Cieptal au nom de Sonarco, pour une période de deux ans à partir du 1er mars 2009, alors qu’il devait être signé entre la Sarl Cieptal et les deux parties constituant le groupement Sonarco, à savoir, Sonatrach et BP, comme le stipule l’annexe G du contrat d’association pour le partage de production daté 15 février 1996.
    Énigmatique !
    L’ex-Groupement Sonarco depuis sa constitution en septembre 1996, n’a jamais fonctionné financièrement par appel de fonds comme le stipulent le susdit contrat et son annexe G relative aux marchés de services, de travaux et d’approvisionnement, mais a fonctionné avec l’engagement d’une seule partie, celle d’ARCO puis BP durant quinze années. Une erreur managériale fatale au Trésor public dont aucun dirigeant, ni responsable du management de Sonatrach ne s’est soucié de l’illégalité de la chose, à février 2010, après l’éclatement du scandale de Sonatrach !
    Au contraire, les administrateurs délégués pour la partie Sonatrach en charge des associations, se sont livrés pieds et mains liés à la décision du management des partenaires étrangers dans la gestion des Groupements et des OOC (une vingtaine), visant le développement des champs pétroliers de Sonatrach en association.
    Les expatriés forts de leur influence financière, économique et politique, se sont trouvé seuls maîtres à bord dans la conduite des opérations financières desdits champs et ce, devant la démission collective du management de la partie Sonatrach, à défendre les intérêts du pays comme indiqué dans les contrats type partage de production.
    Pour concrétiser facilement leurs bénéfices, les managers des partenaires étrangers ont mis dans les postes clés des finances, des moyens généraux, et des approvisionnements & transports des lieux en association, des responsables expatriés et algériens sous-traités, affectés selon leur convenance dans des postes organiques de Sonatrach dans les groupements et OOC, dépourvus à dessein d’organigrammes valides malgré les dispositions contractuelles, ce qui arrangea au mieux l’intérêt des managers étrangers et celui de leurs multinationales opérant en Algérie.
    Juridiquement prouvé, les milliers de contrats exécutés depuis des années dans les associations par une seule partie au nom des deux parties (Sonatrach spectatrice), ont été formalisés avec une anormale facilitée à travers de pires violations de loi. Pour l’amer cas du groupement cité en exemple, BP imposait une clause générale, insérée au début de l’élaboration de tout type de contrat la reproduction suivante :
    « Le présent contrat est passé par BP Exploration (El Djazair) Limited (ci-après « la compagnie »), une filiale de BP p.l.c. au nom de Sonarco (une association entre BP Exploration (El Djazair) Limited et la société nationale des hydrocarbures, Sonatrach) et agissant pour BP et Sonatrach), suivi du nom de l’entrepreneur, etc.
    Le contrat de Camp catring de l’ex-Groupement Sonarco
    Le contrat de Camp Catring référencé CA 208027 pour deux années avec la Sarl Cieptal, validé par le Conseil de Gestion dudit groupement suite à une consultation sélective (restreinte selon le Groupement) auprès de cinq prestataires invités à soumettre leurs offres commerciales et techniques, auxquelles a été ajouté par Sonarco un nouveau volet HSE (Hygiène – Sécurité – Environnement) dont elle détient le pouvoir absolu de notation pour qualifier le soumissionnaire convenant (moyenne de la note sur l’offre technique + Note HSE, dont aucun code de marchés ne parle), sans aucune publicité sur le Baosem si cher à si Chakib, pour une valeur estimative à plus de 19 millions de dollars US, a débuté le 1er mars 2009 et devait expirer le 28 février 2011, pour la prestation de services hôtellerie et restauration (aux bases de vie de Sonatrach et des expatriés, pour environ 1000 personnes à prendre en charge soumis au système de relève 4X4, donc, une moitié du personnel en congé et l’autre moitié en activité, soit généralement une prestation de 1200 repas/jour + prestations hôtelières à fournir par le prestataire, sachant que la valeur des prestations assurées pour la base de vie des expatriés, est supérieure de trois fois celles assurées pour la base de vie de Sonatrach, cela rappelle l’existence du 1er et 2e collège du temps colonial.
    Après l’expiration du contrat le 28 février 2011, un 1er avenant pour une prolongation de contrat pour trois mois, d’une valeur de 2 millions de dollars US a été validé obscurément par BP au nom des deux parties en association (Sonatrach et BP) !
    Le 11 mai 2011, une seconde requête d’extension dudit contrat par un 2e avenant est introduite par un supposé responsable de la division intendance de l’ex-Sonarco (agent contractuel d’un sous-traitant), sans que les responsables de Sonatrach ne réagissent à ce nuisible fait illégal, demandant une autre prolongation pour une période de cinq mois s’étalant du 1er juin 2011 au 31 octobre 2011 pour un montant estimé à 3.000.000 de dollars US. Là encore, le conseil de gestion et la direction de l’ex-Sonarco disent oui à l’illégalité !
    Y. Mérabet
    Journaliste indépendant/expert en énergie

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...