RSS

Déni de justice au Sahara Occidental par Yazid Alilat

1 avril 2010

Contributions

Les droits de l’homme au Sahara Occidental n’existent pas. Cela est une vérité établie autant par les ONG internationales que celles sahraouies. Human Rights Watch, l’ONG américaine de défense des droits de l’homme a, depuis plusieurs années, dressé un tableau sombre de ce qui se passe dans les territoires occupés sahraouis.

Amnesty International a également, dans ses différents rapports sur la situation au Sahara Occidental, épinglé le Maroc et sa politique répressive et de déni des droits humains élémentaires des Sahraouis. Cela est également une autre vérité que l’ensemble de la communauté internationale, et particulièrement l’ONU et les pays occidentaux, si soucieux de démocratie quand il s’agit de leurs intérêts, ne peuvent ni occulter ni dire qu’ils n’ont pas été informés de ce qui se passe dans cette partie du Maghreb.

Et pour donner encore plus de vigueur et démasquer la répression des forces d’occupation marocaines dans les territoires sahraouis occupés, les prisonniers politiques sahraouis sont sur le point d’étendre à la plupart des prisons marocaines leur mouvement de grève de la faim. Les prisonniers politiques sahraouis, détenus dans différentes prisons marocaines, dont celles de Salé (près de Rabat), Inzegane (Agadir), Boulemharez (Marrakech), comptent étendre leur mouvement de protestation à toutes les geôles marocaines où sont détenus des Sahraouis. Le Maroc, un pays qui compte plus de 40 établissements pénitentiaires où les conditions de détention sont très dures, dont la célèbre Carcel Negra d’Al-Ayoune, ne veut pas lâcher prise et s’obstine à dénier les droits humains des Sahraouis.

En dépit de tous les efforts de la communauté internationale à travers l’ONU, la situation demeure bloquée quant à une solution politique au Sahara Occidental. Pire, Rabat refuse l’option, cruciale pour le peuple du Sahara Occidental, d’un référendum d’autodétermination dans ce territoire, alors que l’ONU redouble d’efforts et multiplie les initiatives politiques pour clore ce dernier dossier de décolonisation en Afrique.

La voix des détenus politiques sahraouis sera-t-elle entendue au-delà des frontières d’un Maroc toujours arrogant et qui refuse de se conformer aux résolutions onusiennes ? Le mouvement de grève de la faim des prisonniers politiques sahraouis, certains, dont des étudiants, ayant été jetés en prison à l’issue de procès expéditifs, illustre à bien des égards l’impasse actuelle de tout ce qui a été entrepris par la communauté internationale pour amener le Maroc à revenir dans le giron des nations respectueuses des droits de l’homme.

Et ce qui se passe comme déni de justice et des droits humains dans les territoires occupés sahraouis ne peut, sur un autre registre, absoudre de complicité de cette situation certaines nations qui, pourtant, peuvent faire pression sur la monarchie marocaine pour qu’elle respecte au moins le sacro-saint principe des peuples à disposer d’eux-mêmes ! Non, bien sûr, car autant la France que les Etats-Unis et, encore plus l’Espagne, ont quelques intérêts à protéger dans cette partie du Maghreb, sinon au Maroc, pour qu’ils acceptent d’être les soutiens indirects d’un intolérable déni de justice pour tout un peuple, spolié de son bien le plus précieux, sa liberté. Comme pour bloquer toute amélioration politique au Maghreb.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Déni de justice au Sahara Occidental par Yazid Alilat”

  1. Sbaai Dit :

    Depuis son indépendance l’Algérie a toujours peur de l’identité Sahraoui,
    Le Sahara pre-occidental et le prolongement naturel du Sahara occidental, que l’Algérie dépouille sauvagement de ses richesses (pétrole .gaz .phosphate et divers minéraux) avec la bénédiction du POLISARIO ,qui prétend défendre le droit de 250 000 sahraouis au sahara occidental à l’autodétermination , alors qu’ils renie le doit à l’autodétermination à plus de 5 000 000 de nos frères sahraouis au Sahara pré-occidental , et ceci pour mieux camoufler leur intégration complète à l’Algérie. Avec le Maroc nous sahraouis avons au moins une autonomie en poche et ca fait chaud au cœur ,avec l’ Algérie nous n’avons riens ,l’Algérie crois même nous faire l’aumône par ces aides au camp de Tindouf et nous considère comme des êtres humains du second rond, alors qu’elle exploite sauvagement nos richesses au sahara pré-occidental. ,les plus grands ennemis actuelles des sahraouis sont l’algerie.et le polisario par ces accords tacites avec cette dernière.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...