RSS

Pour un Islam de la raison

30 mars 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

Point de vue

Par Ahmed Meskine

Pour un Islam de la raison

Les pays arabo-musulmans étaient prépondérants dans le domaine de la Science…». Cette phrase prononcée par le professeur Hadj Salah Abderahmane, lauréat du Prix du roi Fayçal des langues et littérature,

peut paraître redondante depuis la chute de Grenade, si elle ne sonnait pas comme un rappel sur la nécessité d’un éveil tant attendu. En fait, la société musulmane est restée prisonnière des seuls théologiens, qui ont cloisonné le débat sur le devenir de leurs sociétés et interprété à leur guise les commandements religieux au point d’en faire des paroles de pouvoir. Ce qu’il y a lieu d’ajouter au constat historiquement vérifié, sur la prédominance des nations arabo-musulmanes dans le domaine de la Science, c’est que les gens du savoir, ulémas et érudits étaient aussi physiciens, chimistes, mathématiciens et autres médecins. C’est que cette catégorie avait la bénédiction des pouvoirs, qui pesaient leurs travaux en or et qu’ils étaient à l’abri du besoin. La décadence de cette nation en laquelle nous nous reconnaissons aujourd’hui, est venue avec la relégation des hommes de sciences au second, voire au troisième plan. La religion est passée d’une interprétation par la raison à une interprétation folklorique où, n’importe qui s’est arrogé le droit d’émettre des fetwas. Le halal est le haram, sont devenus les seules limites de la société, ce qui a paralysé tout effort de compréhension et d’ouverture sur le monde et sur la modernité. Nous avons bien vécu cette situation en Algérie où, les Instituts islamiques ont recruté parmi les bacs les plus médiocres et ont fabriqué un nombre impressionnant de prédicateurs officiels, qui se laissent aller à des jugements sur tout, alors que leur maîtrise des disciplines scientifiques, laisse à désirer. En voulant instrumenter les mosquées et les encadrer, l’Etat n’a fait que reproduire une catégorie professionnelle de fonctionnaires payés pour concentrer le discours religieux autour de la question de l’honneur et de la femme, par ignorance. Du temps où, la prépondérance des sciences l’emportait sur la décision politique, le savoir religieux était complémentaire et servait à traduire dans les faits les percepts de la sunna. Les imams «zerda» et collecte d’argent n’existaient pas. La réflexion de cheikh Hadj Salah vient à remettre les pendules à l’heure, pour changer de regard sur la place du scientifique dans notre société.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...