RSS

Loubna et ses amis de Djelfa par Kamel Daoud

15 mars 2010

Contributions

               Elle a été condamnée, ils ont été condamnés, elles ont été condamnées. A cause du vêtement. Le pantalon, la burqua, le voile, ou la djellaba. C’est selon l’endroit, le pays et le sexe. Ainsi, et pendant que l’Algérie de gauche ou des idées et des droits de la femme accueille la journaliste soudanaise au joli nom de Loubna Hosseine,

des conducteurs à Djelfa se font retirer leurs permis sur un malentendu entre la casquette et la Chéchia. Le point commun entre ces deux faits ? Le vêtement qui dérange. La conduite ou la bonne conduite. Loubna Hosseine a été condamnée en juillet dernier à la prison pour avoir porté un pantalon jugé « indécent » par la justice de son pays, rapporte le monde entier. Elle est depuis quelques jours l’invitée de l’Algérie, des Algériennes et des Algériens à parler de son pays qui n’est pas uniquement Oum Dourmane mais le vrai Soudan où n’importe quelle Oum de Dourmane ou de Béchir peut être fouettée pour un short ou un pantalon. Loubna a été invitée pour animer la campagne lancée par des associations à l’occasion de la Journée internationale de la femme, intitulée « Kif-kif devant la loi » en faveur de lois civiles égalitaires entre les hommes et les femmes, rapporte un journal.

La même source explique que selon Loubna, pour la seule année 2008 près de 43.000 femmes ont été fouettées pour des questions d’accoutrement. Contrairement à elle qui est connue et qui est journaliste et qui travaille pour les Nations unies, les autres, toutes les autres ne s’appellent pas Loubna et ont donc été fouettées. Ceci pour le chapitre «bien se conduire».

Reste le chapitre «bien conduire». Là, zoom sur Djelfa, une wilaya de l’Algérie où l’Algérie est froide et les hivers durs et le mouton récalcitrant. Là où nos ancêtres, coincés entre la mer et le troupeau ont inventé la Djellaba, premier scaphandre contre l’hiver, signe ostentatoire de notre algérianité, vêtement noble et beau, vivant et parfumé. Selon le nouveau code de la route, dont on ne sait pas encore les détails, la Djellaba est interdite à cause du chapitre « conduite gênante ». Le code ne le dit pas clairement, ni la gendarmerie, ni la police, mais il se trouve que certains ont déjà subi le PV et le retrait de permis de conduire à cause de la Djellaba. Selon les journaux, la vague de colère risque de soulever les hauts plateaux et les steppes algériennes : les Djelfaoua tiennent à leur Djellaba comme Belkhadem à son Burnous. (Le Burnous d’un ministre peut-il constituer une cause de conduite gênante ?). S’en suivra des luttes, des protestations, des pétitions et des précisions. Donc la Djellaba est comme le pantalon car avec une djellaba, on peut même se passer de pantalon. La Djellaba a fait la guerre de libération, soutient contre le froid, illustre nos racines et témoigne de nos troupeaux. Les Djelfaoua ont donc été des héros : ils refuseront. Quitte à ne plus jamais conduire. Le problème ? Selon le cas. Loubna ne veut pas enlever le pantalon même sous le fouet, les Djelfaoua n’enlèveront pas la Djellaba même avec une forte amende. La conclusion est pourtant ailleurs. Elle est dans le cerveau. Dans les pays de la planète d’Allah, il en va ainsi : on réduit l’islam à une histoire de pantalon, là où on réduit la sécurité routière à une lutte contre la Djellaba. Bien sûr le Soudan a mieux à faire et les Djelfaoua aussi, mais il en est ainsi. Il y a des époques où des pays entiers s’enfoncent dans le ridicule. On l’a vu avec la France contre le voile, on le voit au Soudan avec El Béchir contre un pantalon ou à Djelfa avec la lutte contre l’hécatombe des routes par le déshabillage en plein hiver. Dernière question ? Pourquoi les arabes n’aiment pas que les femmes portent des pantalons ? Officiellement à cause de l’indécence. Psychanalytiquement, à cause de l’identité des contraires : il ne reste parfois que le pantalon, en effet, pour distinguer les sexes dans nos géographies nationales.

N.B: les Djelfaoua ne seront pas fouettés, Loubna est un «vrai homme», les hommes portent des Djellabas.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...