RSS

Coursa par El-Guellil

13 mars 2010

Contributions

Il y avait déjà trois clients dans le taxi. Il s’arrête : «Ouine ?». «Lelbled». Cela veut dire centre-ville. «Monte !». Et pousse-toi que je te pousse, le client s’installe. C’est le quatrième. Première, la voiture s’engage. La discussion était déjà installée. Ils semblaient tous être d’accord pour dire que la ville est devenue un grand chantier. C’est bien, au moins ça travaille. Et pour une fois,

ce n’est pas du bricolage. Ça creuse sérieusement et ça avance. Ce n’est pas grave si les voitures souffrent : dans quelque temps, on roulera sur des tapis et le piéton circulera sur des trottoirs dignes de ce nom.

«Ouella ouach tgoul, el-hadj ?». Le chauffeur s’adressait au dernier «chargé» pour l’embarquer dans la discussion. «Manich hadj. Il se peut que je sois plus jeune que toi». «C’est de la politesse, ya mon frère, c’est tout. Moi, cela me ferait plaisir qu’on m’interpelle de la sorte. Je considère que c’est beaucoup de respect à mon âge».

Il descend la fenêtre de sa portière pour cracher ses entrailles et, d’un revers de la main, s’essuie ce qui lui sert de bouche. «Déposez-moi juste ici». Combien ? 58 dinars ! Le client lui donne 100 dinars. «Scuse-moi, il vous manque deux dinars, je n’ai pas de monnaie». «Ce n’est pas grave». Le client descend. Transvasement. Le dernier arrivé saute devant.

A peine le taxi a-t-il démarré qu’il s’arrête car hélé par un client. «Ouine ? Lelbled ! Rkeb». Heureusement que c’est les bagnoles qui font les travaux. Les nôtres, tous des tricheurs. Il dépose un autre client. «Scuse-moa, il vous manque cinq dinars, je n’ai pas de monnaie». Des scuse-moi, il y en a eu et des ce n’est pas grave aussi. Les nôtres sont tous des khiyane. Les étrangers eux travaillent benniya et ils sont d’une correction…

«Je descends ici !». «Non, je ne peux pas garer». Il fait 500 m avant de s’arrêter. «C’est combien ? Soixante dinars», répond le chauffeur. «Scuse-moi, je n’ai que 58″, dit le client. «Ahhh non, si chaque client me prenait deux dinars fel coursa, il est préférable de garer la voiture et de ne plus travailler !» Il lui tend un billet de 1.000 dinars. «Scuse-moi, je n’ai pas de monnaie». «Allez-y en faire chez le marchand de tabac». »Ce n’est pas à moi de le faire, yal hadj». «Manich hadj !», répond le chauffeur de taxi…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...