RSS

L’élève et la leçon – Kamel Daoud

10 mars 2010

Contributions

Faits rapportés par une tierce personne : les enseignants grévistes valent aujourd’hui ce que valent les armes molles d’une défaite. La perte de crédits de cette caste est, en effet, plus énorme aux yeux de leurs propres élèves qui les ont vus revenir vers les classes, «punis» par Benbouzid et affublés d’un zéro collectif public.

Car il ne faut jamais oublier que l’on vit tous dans un pays de pétrole et de force, de bras de fer et de pieds dans la bouche, de soumission ou de domination. Les enseignants peuvent aujourd’hui raconter ce qu’ils veulent sur le courage de l’Emir Abd El-Kader, sur la révolution et la libération, sur l’idéal de marcher sur la Lune, sur Mokrani ou Larbi Ben M’hidi, les élèves algériens ont retenu surtout la dernière leçon : celle de l’écrasement. La perte de l’autorité des enseignants remonte déjà à loin, à l’Oedipe collectif, à l’état de l’Etat et à l’inutilité du Savoir face au baril ou le galon, elle se trouve aujourd’hui accentuée à l’extrême par le traitement infligé aux grévistes et à leur cause. Aujourd’hui, partout, on peut se faire respecter par l’argent ou la matraque, et jamais plus par un morceau de craie. C’est l’un des fondements de l’Etat et de la société qui a été réduit à un chiffon au spectacle de centaines de médecins matraqués par les policiers il y a un mois. Dans un Etat normalement constitué, cela aurait dû conduire à un retrait de confiance collectif et total. Chez nous, cela nous a confortés, dans la logique du malsain, à illustrer notre pessimisme national et à offrir à nos enfants le spectacle de notre cannibalisme filiale. Aujourd’hui donc, c’est le tour à une autre huée : celle de l’élève face à la leçon. Laquelle ? Celle de Benbouzid : on ne gagne pas par le dialogue, l’écoute, la stratégie ou l’intelligence, mais, par la menace, la force, le chantage et la peur. A la prochaine rentrée scolaire, vaut mieux avoir une matraque et un morceau de trottoir qu’un cahier et un encrier. La leçon est d’ailleurs valable pour tous et pour tout notre monde : syndicats, opposants, intellectuels, enseignants, ouvrier mécontent. On a chargé Benbouzid de la donner car c’est le ministre de l’Education, et l’éducation c’est fait pour la Falaka et pas pour découvrir de nouvelles molécules.

Le chroniqueur a déjà parlé des stigmates de la génération Benbouzid, il faut y ajouter aujourd’hui le rire moqueur adressé aux ainés revenus les bras coupés et le nez arraché. Le futur est donc promis : il sera celui des radicalismes et des rires acides. C’est le grand maquis de la moquerie. La katibate des grimaces et des jets de tomates contre tous ceux qui incarnent l’autorité calme du Savoir. C’est la nouvelle Bleuite.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...