RSS

Grève dans l’Education : les deux erreurs des syndicats autonomes

10 mars 2010

Non classé

La grève dans l’Education nationale s’est achevée comme elle avait commencé : dans la confusion totale. On ignore toujours les raisons exactes de son déclenchement tout comme celles qui ont conduit à son arrêt par les deux syndicats autonomes Cnapest et Unpef. Cette confusion s’explique en partie par la gestion du mouvement de grève par les deux syndicats. Au moins deux erreurs majeures ont été commises.

La première concerne la préparation et la gestion de la grève. Le moment pour déclencher le mouvement a été mal choisi. Nous sommes à moins de trois mois des examens de fin d’année. Une période durant laquelle les élèves et leurs parents sont très sensibles à l’avancement des programmes scolaires. Ils sont donc très réservés à l’idée de soutenir les enseignants. En réalité pour ces derniers, les trois premiers mois de la rentrée scolaire restent la meilleure période pour engager un bras de fer avec la tutelle.

La seconde erreur est liée à la communication des syndicats autour de leur mouvement. Durant les quinze jours de grève, ils ont donné l’impression de mettre en avant les seules revendications matérielles des enseignants : salaires, primes, etc. A aucun moment, le vrai problème de l’école n’a été clairement posé : la baisse du niveau, le manque de moyens, une tutelle incompétente incarnée par le très controversé ministre Aboubaker Benbouzid… Comment dans ce cas pouvaient-ils espérer avoir le soutien des Algériens ? Les enseignants oublient sans doute une chose. Aux yeux de la population, ils sont considérés comme des privilégiés : ils travaillent peu, ont plusieurs mois de vacances par an et sont mieux payés que d’autres fonctionnaires, comme les policiers par exemple.

Tout au long de la grève, les enseignants eux-mêmes ont donné l’impression de ne pas savoir pourquoi ils ont répondu favorablement à l’appel des syndicats autonomes. Aucune réunion n’a été tenue dans une école ou un lycée pour débattre et expliquer les raisons de l’arrêt des cours. Dans la presse, la communication des deux syndicats n’a pas été à la hauteur du bras de fer qu’ils ont engagé avec le ministère. Un tel mouvement de grève a besoin d’être géré par un porte-parole charismatique qui va marteler un discours facile à comprendre par la population et les médias.

Les deux syndicats autonomes ont certes mené un combat courageux contre la tutelle. Ils ont même résisté aux menaces odieuses du ministre Benbouzid. Mais pour gagner une telle bataille, le courage peut s’avérer parfois insuffisant. En prévisions des prochaines batailles, les syndicats autonomes sont prévenus.

10/03/2010 | 11:34 |

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...