RSS

Non, l’année ne sera pas «blanche»

8 mars 2010

Contributions

Point de vue

Par BOUHALI Abdellah

Non, l’année ne sera pas «blanche»

Si
l’on croit le ministre de l’Education Nationale, M. Boubekeur
Benbouzid, «l’année ne sera pas blanche», bien que les jours non
travaillés pour cause de grève, hypothèquent gravement le calendrier
des examens et des vacances scolaires. L’année ne sera pas blanche,
certainement, car elle est en fait noire, très noire.
Suite...Lorsque plusieurs
syndicats se solidarisent pour lutter, pratiquement, pour les mêmes
revendications, lorsque le  feuilleton des grèves et des débrayages
commence à peser dangereusement sur le cursus des élèves, lorsque le
ministre menace en terme clairs les syndicalistes et lorsque les hommes
politiques se mettent de la partie, non pas pour trouver un terrain
d’entente, mais pour faire pression sur les grévistes, il faut dire que
l’année n’a aucune chance d’être blanche. Seulement, dans toute cette
confusion syndicalo-médiatique d’un côté, et politico-médiaitque de
l’autre, c’est cette incapacité de maintenir ouvert le dialogue, qui
doit être mise en cause et qui est à l’origine de ces solutions
extrêmes, au moment où, le président de la République lui-même, loue
les bienfaits de la négociation et de l’écoute mutuelle. Non, l’année
ne sera pas blanche, tant que responsables et syndicalistes refusent de
s’écouter et de préserver, avant tout, l’intérêt des élèves. Si les
syndicalistes sont coupables d’impatience et d’égoïsme, bien que l’on
comprenne leurs situations, les responsables de l’Education sont
également coupables de n’avoir pas pris leurs devants auparavant, afin
d’éviter ce genre d’impasse et cette situation de non retour. Les
enseignants, de toute façon, finiront par avoir gain de cause et
reprendront leur travail, le ministère, à ce moment retrouvera sa
sérénité et sa paix, et les élèves dans tout cela? Devront-ils passer
pour des boucs émissaires qu’il faut sacrifier pour rattraper le temps
perdu, eux qui, se plaignent déjà d’un programme chargé et de certains
comportements douteux chez certains enseignants? Va-t-on les obliger à
sacrifier le samedi, ou encore les vacances de printemps? L’on constate
en fin de compte, que grève ou pas, meilleur salaire ou pas, respect
des engagements ou pas, le perdant, chaque année, depuis une décennie
maintenant, reste bel et bien l’élève, qui doit à chaque fois, prendre
sur lui, dans un conflit qui pourtant, ne le concerne ni de près ni de
loin.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...