RSS

Culture : Les femmes connaissent-elles nos écrivaines ?

7 mars 2010

Non classé

 Culture : Les femmes connaissent-elles nos écrivaines ? logo3
Questionnées dans la rue, dans les librairies, devant la Faculté d’Alger ou encore dans quelques magasins de mode sur le nom de nos plus brillantes écrivaines ou débutantes, les réponses sont éloquentes. Deux noms se partagent la vedette, Assia Djebar et Ahlem Mostaganemi.Mais il n’est pas question de citer les œuvres ou très

peu, Femmes à Medine, L’Amour la Fantasia, La Soif ou encore La femme sans sépulture souvent étudiés à l’université ou rencontrés sur une étagère familiale. La nouvelle génération d’écrivaines est quasiment ignorée. A des questions connaissez-vous Leila Marouane, Karima Berger et Najia Abeer ? Les réponses sont non. Très peu ont lu Maïssa Bey et Malika Mokkedem, certaines parlent de Yamina Mechakra La grotte éclatée. Très peu suivent l’actualité littéraire et les jeunes filles préfèrent les romans d’amour et ont leurs vedettes sans conteste Danielle Steel, la dame du roman rose, ou l’intarissable Harlequin de la grande société canadienne. Elles demandent donc pourquoi nos écrivaines n’écrivent-elles pas des romans d’amour ? Les femmes plus âgées ont des lectures multiples mais les plus intellectualisées citent Marguerite Duras ou Simone de Beauvoir, le nom de Doris Lessing ou Nadine Gordimer, deux Nobels, n’est revenu qu’une fois. La thématique abordée par Assia Djebar est très peu appréciée, une jeune fille avait lu Femmes à Médine et ne l’a pas aimé donc n’a plus cherché à lire cette écrivaine. Les lectrices ne sont pas constantes, elles lisent ce qu’elles trouvent intéressant sans un choix de nom au préalable, d’autres puisent dans ce qui est proposé dans la presse ou dans les émissions de télévision.

A. S.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/03/07/article.php?sid=96677&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...