RSS

6 mars 2010

Non classé


« J'ai subi des représailles et ma famille a été harcelée mais je reste debout »

Mehdi El Djazaïri. Auteur de Poutakhine :

« J’ai subi des représailles et ma famille a été harcelée mais je reste debout »

Rencontré récemment à Paris où il séjourne depuis la saisie musclée de son livre, l’auteur de Poutakhine, Mehdi El Djazaïri, ne cache pas sa colère et son dépit.

-  Après avoir décrit le pouvoir algérien et ses servants comme les décrit Poutakhine, vous ne devriez tout de même pas être surpris par ce qui vous arrive…

Oui, bien sûr, j’ai été très surpris et je suis encore choqué par les réactions et les dérives régime dévoyé et de ses servants zélés à mon encontre et contre ma famille. Regardez maintenant comment l’actualité me donne raison, regardez comment elle rattrape et démasque ce régime. Toute honte bue, ils disent ne pas être au courant. Que raconte mon livre de plus que ce qu’écrivent et rapportent tous les jours les journaux algériens et étrangers ? Mon livre ne raconte rien de plus que ce qu’écrivent et décrivent tous les jours les journaux algériens. C’est donc tous les jours que des journalistes propres et courageux écrivent et réécrivent, mieux et plus que moi, Poutakhine. Moi, j’ai toujours écrit ainsi ; avec mes tripes, avec mon cœur, avec ma sueur.

La chronique « La République couscoussière » que j’animais chez vous, à El-Watan (1997/2001) était écrite dans la même veine et dans le même style ; avec plus de cinq cents papiers, je n’ai jamais eu le moindre procès à ce jour. Poutakhine n’invente rien ; il restitue seulement les souffrances et les colères quotidiennes et vraies du peuple. Je demande seulement, j’implore même mes accusateurs de l’ombre de me faire juger. Mais ils ne le feront pas, jamais. Parce qu’ils savent que mon procès sera le leur. Jugeant Poutakhine, ils jugeront d’abord les colères de tout un peuple criant famine et justice et que mon humble récit restitue fidèlement, sans rien y ajouter. Poutakhine c’est seulement cela : rien de plus. Mais là, à ce jour, officiellement, rien ne m’est reproché. Tout se passe en dehors de tout cadre judiciaire, de tout cadre légal, en dehors de toute morale.

Parce qu’ils n’en ont pas, eux, de morale. Je subis toujours les représailles et le harcèlement permanents. Le pire, alors que je me trouvais hospitalisé en urgence à l’étranger pour un grave problème de santé (AVC) une ISTN (Interdiction de sortie du territoire national) est lancée contre moi. Pour mieux me condamner à une mort certaine. Pour m’empêcher de me faire soigner à l’étranger avec les seuls moyens de ma famille et de mes amis. Regardez à quelle extrémité pousse la haine, eux qui, au moindre bobo, se font soigner en France, en Suisse, en Irlande aux frais du contribuable algérien.

-  Pourtant, votre livre a été édité, imprimé et distribué dans un cadre légal et réglementaire…

Oui, bien sûr, tout était en règle. A la conférence de presse de présentation du livre, tout le monde était là, y compris la DGSN, la gendarmerie, le DRS, des cadres supérieurs, la presse, des représentants du pouvoir, des syndicalistes, des intellectuels, universitaires, enfin le Tout-Alger. Le livre s’est vendu le plus normalement du monde pendant dix jours et puis, brutalement, c’est la cata ; le pouvoir lâche ses meutes contre moi et ma famille…

-  Mais que s’était-il donc passé puisque le pouvoir a pris tout son temps pour lire et, au besoin, refuser votre manuscrit ?

Il ne s’est rien passé, sauf qu’à la veille du Salon du livre, un quotidien arabo-baâthiste, qui a toujours sévi dans la presse arabophone, a ouvert sa une avec ce titre incendiaire : « Khalida Toumi autorise la vente d’un livre qui insulte Bouteflika ». Vous connaissez la suite. Descentes de la police, aux bureaux, à mon domicile, chez les libraires, à l’imprimerie, saisie de tous les exemplaires du livre et, plus grave encore, saisie de tous les outils de travail de mes enfants, des archives, des supports et tous les progiciels en mémoire ; un vrai hold-up professionnel. Depuis, l’entreprise est fermée, sans aucune activité et mes trois enfants réduits au chômage. Même des travaux en cours ont été saisis.

Et tout cela sans aucune décision de justice. Seulement le fait du prince régnant. Ils appellent ça un Etat de droit. M. Zerhouni dit qu’il n’y est pour rien, car il ne gère pas la Culture. Mme Toumi, tout en m’insultant copieusement comme elle l’a fait pour M. Benchicou, déclare n’être en rien concernée parce qu’elle ne gère pas la police. Ah bon ! Le ministre de la Justice, comme toujours, fait le mort. La police judiciaire déclare agir sur les ordres du parquet, lequel ignore à ce jour les plaintes et requêtes qui lui ont été adressées. Est-cela un Etat de droit ?

-  Mais en quoi vos enfants sont-ils responsables de l’écriture de votre livre ?

En rien. En fait, la police et ceux de l’ombre qui les télécommandent, en démantelant mon entreprise, Institut Abassacom, croyaient m’atteindre directement et personnellement. Ils ignoraient que depuis ma première grande alerte médicale et ma première hospitalisation, mes enfants ont repris les choses en main en créant leur propre entreprise dont ils sont les seuls actionnaires. A ce jour, je ne suis qu’un simple salarié chez mes enfants quand l’état de ma santé le permet. Tout ce que j’ai pu gagner en argent, je l’ai investi dans la tête de mes enfants pour en faire de vrais experts en sondage et en techniques de mesure des opinions. Ils ont tous étudié en France, en Espagne et aux USA avec le seul argent de ma sueur et pas un seul centime du contribuable algérien. Parce que j’ai travaillé dans la majeure partie des pays du bassin méditerranéen… Mes enfants n’ont jamais été boursiers à l’étranger comme le sont les enfants du pouvoir dont les plus gâtés sont boursiers et salariés de Sonatrach…entre autres. Quelle honte !

-  Mais il se dit et s’écrit que tous vos marchés proviennent essentiellement du secteur public…

C’est faux. Dans nos meilleures réussites avec le secteur public algérien, on n’a jamais atteint plus de 10% de notre chiffre d’affaires. Nos bilans sont publics et accessibles en permanence au BOAL. Ceci dit, on ne peut rien contre les ragots et la médisance. La seule faute de mes enfants c’est de m’avoir libéré de mon travail comme on libère un esclave. Pendant qu’ils réalisaient de bons et grands sondages qui dérangeaient le pouvoir, moi j’écrivais Poutakhine… C’est cela leur complicité. Et là, ils sont punis à ma place et bien plus… C’est là aussi que se nichent la lâcheté et la faiblesse d’un pouvoir trop faible, qui frappe trop fortement, démesurément mes enfants en voulant m’atteindre, même s’il est vrai que c’est toujours par là qu’un père reste vulnérable. Que va faire la police algérienne avec le progiciel Destin saisi, que mon fils Mehdi a passé six mois à peaufiner et à perfectionner à l’Université de Chicago et au pôle d’excellence Léonard de Vinci de Paris ? Peut-on mettre la science en prison ou sous séquestre ? Jamais. Mon fils se remet déjà au travail pour créer d’autres progiciels, d’autres programmes, d’autres logarithmes, d’autres matrices. Leur entreprise redémarrera en Algérie ou ailleurs. Mais qu’aura gagné la police dans cette destruction punitive et gratuite ? Qu’auront gagné les ministres de l’Intérieur, de la Justice, de la Culture et bientôt le ministre des Finances contre des enfants peu préparés à se défendre contre cet ordre ? Je les ai préparés à tout sauf à cela… Ils apprendront à se battre.

-  Vous parlez de représailles et de harcèlements contre vos enfants, pouvez-vous être plus précis ?

Bien sûr que je serai concret. Ma maison, mon bureau sont à ce jour sous surveillance policière H24 pour recenser mes visiteurs. Le ministre préposé à la communication a déclaré publiquement qu’il ne paiera pas ceux qui insultent le Président. Pourtant, ni moi ni mes enfants n’avons jamais, au grand jamais, insulté le Président. Notre éducation nous l’interdit. Critiquer et contester oui ; ce qui est très différent. La Constitution l’autorise et le garantit… Alors, tenez-vous bien, ce haut responsable de l’Etat algérien refuse de payer une prestation qui lui a été fournie par mes enfants sur la base d’une convention, d’un devis, d’un bon de réception de travaux et d’un certificat de service fait. M. Mihoubi refuse à ce jour de payer le travail fait par l’Institut Abassacom sous la direction de Nesrine Abassa, sémioticienne émérite primée à Locarno et Sacramento.

Des travaux précis ont été fournis à ce ministre (04 avant-projets de lois lui ont été fournis – publicité, sondage, radios locales et audiovisuel). Son refus de payer est étayé par l’insulte et le déni de droit. Il refuse de payer, juste après la parution de Poutakhine, un travail que son département ministériel ne sait pas faire. Même quand il est acculé par ses propres collaborateurs sur l’inanité de ses propres arguments, il trouve, à la manière de l’épicier, que c’est trop cher payé ; 820 000 DA pour 03 experts durant trois mois de travail ; moins de 50 000 DA/mois par expert. MM Khelil et Temmar payent aux étrangers des travaux similaires en millions de dollars. L’Institut Abassa ne paye pas la « chippa » ni ne fournit des études bidon bricolées.

-  Mais ce n’est pas du harcèlement, au pire c’est un cas ou deux isolés…

Mais non, pas du tout. Il s’agit bien d’un harcèlement organisé, coordonné même. L’ENTV à son tour, juste après la sortie du livre, dénonçait de fait une convention qui la liait de jure à l’Institut Abassacom. Pire, elle interdit toute couverture ou évocation de Poutakhine et censure toute information sur le livre. Une émission de présentation de Poutakhine dans Canal Algérie a été stoppée in extremis et interdite à ce jour. Idem pour A3 et l’Unique. Plus aucune commande à ce jour sur instruction des chefs du dedans et du dehors. Pour leurs études, ils font appel aux copains et aux charlatans. L’ENRS, à son tour, au nom des solidarités tribales et wilayales bien connues, après la sortie du livre, interdit à toutes ses chaînes uniques toute information sur Poutakhine. Elle a coupé, pour la mesure de ses audiences, tout contact professionnel avec l’Institut Abassacom.

Toujours en termes de harcèlements prémédités et organisés, j’évoquerai ici le comportement de ce ministre de la Justice qui s’autorise de violer personnellement la morale et les lois de la République pour interdire à ce jour la sortie de mon journal. Voilà 27 mois que ce ministre m’empêche de sortir mon journal en violation flagrante de la loi… Au même moment, il autorisait la sortie de 13 publications privées qui partagent la particularité remarquée de faire la brosse au régime en place. Je ne vous raconterai pas l’épisode de cette entreprise publique d’impression qui n’est pas l’ENAG qui a déprogrammé Poutakhine à la dernière minute ; sur ordre venu de très haut, disent-ils. Y a-t-il plus haut que Dieu ? En Algérie si, semblent croire certains. Pas moi, non.

-  Des satisfactions tout de même ? Et si c’était à refaire ?

Des satisfactions, oui beaucoup. Malgré tous les préjudices matériels, moraux et psychologiques, malgré tous les problèmes de santé que j’ai pu surmonter grâce au soutien et à l’accompagnement constants de la famille et des amis, je m’en sors encore plus renforcé, plus déterminé que jamais, aguerri et conforté dans mes convictions intimes. Je n’oublierai jamais ces milliers de marques de soutien et de sympathie. Je n’oublierai pas ce geste magnifique de ce citoyen de Béjaïa qui s’est spontanément proposé de remplacer tout le matériel informatique de mon fils saisi par la police. Je n’oublierai pas les marques de soutien du Café Littéraire de Béjaïa… Mille fois merci. C’est pourquoi, si c’était à refaire, je réécrirai cent fois Poutakhine.

-  Le mot de la fin…

Pour moi, il n’y a ni début ni fin. Il y a le présent duquel nous sommes toujours comptables. Pourtant, je suis croyant et de nature optimiste. Mon cas n’est qu’un tout petit cas comparé aux millions d’autres qu’ont subis mes compatriotes.


Edition du 3 mars 2010
Par H. Abdelkrim

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

22 Réponses à “”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Un tres Grand bravo a l’equipe d’el watan , le dernier rampart contre les felons ,les dictateurs et les empecheurs de tourner en rond qui a permit de faire paraitre l’interview de Mr Mehdi el djazairi, dont il porte le nom comme un symbole
    - la police la DGSN et la securidad protege son Roi,et opprime les intellectuels et les cerveaux brillants par contre elle laisse vivre les voyous et les corrompus ,de toute categorie ,qui pillent et deshonore l’Algerie

    les plus grands criminels sont ceux qui dilapident la sonatrach, ceux qui cachent la verité au peuple, ceux qui se taisent devant les Moubarak lorsque cette vieille momie de merde ose bruler notre cher drapeau et insulté nos martyrs !!!!!!!!!!!!!! ou sont les represailles conte l’agent de la CIA qui a abuser de jeunes filles certes frivoles a Alger, ou est le pouvoir lorsque el quods se meure,et les pays arabes se font insulté ?? mais on laisse des terroristes gouté a la liberté , pauvre pays devenu un enorme village poussiereux,sale, violent ,repoussant, pauvre,

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Dans une interview à Algérie-focus, Mehdi El-Djazaïri, auteur du livre interdit  » Poutakhine », affirme que le Mossad est bien installé en Algérie, qu’il peut fournir les preuves de ce qu’il avance dans un débat télévisé face à n’importe quelle personnalité du pouvoir et soutient que Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, a été placée au gouvernement par le lobby sioniste.

    Mehdi El-Djazairi défie le ministre de l’Intérieur, M. Zerhouni, ainsi que Mme Khalida Toumi, de lui faire un procès.  » Ce sera leur procès », affirme-t-il.

    Il déclare par ailleurs avoir très peur pour son intégrité physique.

    Retrouvez l’interview réalisée par Algérie-focus en cliquant ici

    http://www.algerie-focus.com/2009/10/30/interview-de-mehdi-el-djezairi-auteur-de-poutakhine-censure-en-algerie/
    répondre

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    lorsqu’un pouvoir a peur de la fiction je pense qu’il est dans sa phase de décadence.Tôt ou tard le système rentier et mafieux finira dans les poubelles de l’Histoire. Le clan d’OUDJDA finira par rendre des comptes une fois le chef de clan Monsieur BOUTEF mourra dans quelques temps, mais ses acolytes se précipiteront pour quitter ce bled. D’ailleurs ils se préparent déjà !. Avec leur suicide collectif, tueries,assassinats,…en un mot la malédiction du système a commence et finira un jour à être affichée au grand jour. Il faut rester debout la victoire des Hommes justes sera pour bientôt. Nul n’est éternel ! la patience est la seule arme efficace contre ce système, car il veut décourager tous les citoyens et continuent à gérer le pays comme s’il s’agit de leur propre propriété privée. Messieurs du système vous allez tous avoir le même sort qu’ALI TOUNSI !!! Vous faites du mal, vous continuez à faire du mal, alors laissez-nous en paix ! foutez le camps messieurs les voleurs !!!! Vous n’êtes que des chiens !

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Qui y-a-t-il de plus sombre dans un pays que de vouloir faire taire une voix qui s’exprime ? Les milliers de voix de béni oui ouistes qui applaudissent ont-elles si peu de poids face à une ou deux voix qui ne chantent pas dans le ton voulu ? Que peut-on bien cacher à un peuple qui voit, sait et vit chaque jour les mascarades, les dénis de justice, le népotisme et la dureté du quotidien… » Cacher le soleil avec un tamis » dit-on chez nous : le soleil passe quand même et le subterfuge du tamis n’en est que plus visible.
    répondre

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    le travail de l’ecrivain consiste à rapprocher et à faire se coincider, autant que possible, l’univers de la pensée et de l’ecrit (…). aragon disait : « ecrire c’est mentir vrai », victor hugo a ecrit :  » ne derangez pas l’homme qui pense : il y a un travail visible et un travai invisible » et diderot, dans son paradoxe du comedien, remarquait que nous sommes plus facilement emu par un comedien qui stimule la douleur que par une personne qui l’eprouve reellement. l’imaginaire a ainsi plus de pouvoir que la realité. ainsi l’ecrivain qui debute est-il porté naturellement à envisager son metier en termes de grands dilemmes apparemment irréductibles : – vouloir delivrer un « message » precis ou accepter un « travestissement » de son oeuvre, par la foule ou les critiques,- etre totalement sincere ou totalement mensonger etc (…). la litterature « alimentaire » vit largement d’imposture(…).pour celui qui reflechit un peu, le metier d’ecrivain est rempli de paradoxes. et comment les paradoxes peuvent etre leves si on prend conscience de la vraie nature du travail d’ecriture qui renferme bien des pieges et bien des surprises… libre de tout dire, on ne dit plus rien. et il n’y a pas de liberté qui ne doive s’appuyer sur des contraintes, ne serait ce que pour les contourner. l’ecrivain est un berger des mots. mais son troupeau est tout à la fois moutonnier et indocile ; certains se marchent dessus, tandis que d’autre s’ecartent de la voie, ils finiront par arriver au bercail, si on sait resoudre les paradoxes (…). henry miller disait : » on doit ecrire, ecrire encore et toujours, meme si tout le monde vous le deconseille, meme si personne n’a confiance en vous. et peut etre ecrit-on precisemment parce que personne n’a confiance en vous ; peut-etre tout le secret reside-t-il en ceci qu’il s’agit de forcer la confiance des gens ». fraternellement lhadi

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    bravo pour cet article et ce témoignage. Monsieur, l’Algérie a besoin de personnes comme vous pour la démocratie et pour l’avenir de ce pays, de sa jeunesse. Courage , tenez bon. On espere pouvoir entendre encore votre voix et celle d’autres grâce aux journalistes notamment pour évoluer et faire en sorte qu’un jour les choses changeront. cordialement

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. Artisans de l'ombre Dit :

    Boulbalout dit :
    1 novembre 2009 à 16 h 07 min

    « Layardaw aalayka el yahouda oua ennassara hatta tatabiaa milatahoum » ( les Juifs et les Chrétiens ne vous adopteront que si vous entrez dans leur religion ) Saint Coran.

    Il en est ainsi de Mme Khalida Messaoudi-Toumi, l’inamovible Ministre de la l’Inculture de Boutef, qui comme lui, a été imposée aux décideurs par le lobby pro-israelien.

    Mohamed Abbassa, alias Mehdi El Djazairi, sait apparemment de quoi il parle et dit disposer des preuves irréfutables de ses accusations graves contre Boutef, Zerhouni en particulier et le clan de Tlemcen en général.

    Allez-y Si Mohamed, jetez le gros pavé dans la mare aux canards boiteux qui nous ont été imposés en 1999, 2004 et 2009 et qui aujourd’hui font l’unanimité contre eux.

    Vous donnerez les arguments nécesaires à nos frères décideurs, qui regrettent amèrement leur choix de 1999 tellement leur créature veut aujourd’hui les humilier et les dévorer les uns après les autres.

    Ils ont , en quelque sorte, créé le monstre qui aura leur peau.

    A mon avis eddarb essahih rayah yebda, sous plusieurs formes jusqu’à ce que le clan de Tlemcen déguerpisse pour rentrer chez lui.

    « Boutartakhine » n’en est qu’une expression écrite.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  8. Artisans de l'ombre Dit :

    iris dit :
    1 novembre 2009 à 18 h 03 min

    Durant la période noire, Khalida a été utilisée par le régime comme vitrine de leur supposée modernité et laïcité et pour se poser aux yeux du monde, mais surtout aux yeux de l’occident, comme le rempart face aux hordes islamistes. Elle se pavanait sur tous les plateaux des télés françaises, toujours avec le drapeau « féministe-laïque-démocrate », mais le but principal était clair : gagner la bataille de la communication et de l’image que se livraient les partisans de « Qui tu Qui » et le régime algérien. Khalida avait trouvé beaucoup d’écho et de soutien auprès de personnalités connues du monde politico-médiatiqueait croire à des attardés mentaux du GIA que Matoub (Allah Yarhmou) est un mécréant qu’il faudrait éliminer ? Personnellement je rejoins l’avis de Libera, et je n’aimerai pas dévier du problème de fond qui me tient à coeur; c’est à dire la liberté d’expression, pour laquelle beaucoup de nos journalistes et hommes de lettres se sont sacrifiés, et pour laquelle M. Mehdi El Djazairi se bat aujourd’hui, et pour d’autres à français. Des personnalités connues pour être de grandes défenseuses des intérêts d’Israël en France et en Europe. tous les algériens méfiances.je ne sais pas comment on peut faire confiance a celui qui a trahi sont propre camp « KHALIDA ».sadi et ferhat ont des fortune en France et ils vient comme des nabebe.franchement ce qui me fait pleuré des larme du sangolonisent et martyrisent notre pays depuis 1962 sont aussi d’origine juive. Le Mossad avec la complicité des Britanniques et des Français ont instrumentalisé l’arabo-islamo-terrorisme-qui est une idéologie israeleinne aussi-pour couvrir leur impérialisme criminel partout où c’est Merci Monsieur Mehdi El- Djazairi pour votre courage et que dieu vous garde.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  9. Artisans de l'ombre Dit :

    Yacine dit :
    1 novembre 2009 à 21 h 04 min

    Que voulez-vous attendre d’un régime militaro-policier personnifié par Khalida Toumi qui nous parle de révisionnisme (voulant par là défendre les thèses du sionisme) et oublie de nous parler des souffrances du peuple palestinien spolié de ses terres et de sa dignité ? Que voulez-vous attendre de ces nouveaux colons plus féroces que les anciens ?
    Tous ces gens là n’ont rien à voir avec les vrais héros de la Révolution Algérienne utilisée seulement comme fonds de commerce, à l’occasion de commémorations. Ils s’arrogent un héritage dont ils ne sont nullement les vrais légataires.
    Posez-vous simplement la question suivante : Qui a assassiné Abane Ramdane, Krim Belkacem, Mohamed Boudiaf et tant d’autres vrais moudjahidine victimes pendant et après la guerre dite d’indépendance ? En trouvant la réponse qui coule de source, vous saurez à qui nous avons affaire dans ce pays dirigé par une maffia insatiable.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  10. Artisans de l'ombre Dit :

    Hacene dit :
    2 novembre 2009 à 22 h 38 min

    bonsoir
    Liassez moi vous rappeler un pricincipe tres simple , puisque ces derniers temps on ne fait que parler de la grippe porcine . une grippe ca s’attrape facillement si on n’est pas immunise’ , par le billet de la vaccinaton vaccine’ ok .
    eh bien mes chers compatriotes l’envie de l’argent , le pouvoir , la notorite’ ca s’attarapent aussi a n’importe quel moment de la vie .
    les gens qui ont encore une conscience vive ,et qui ne luttent contre (la tentation de l’argent sal , le pouvoir par la force , etc..) ces gens la ,meurent en algerie a petit feu ,ou il devienent des harragas, s ‘exilent en occident , etc…..
    le pouvoir a fait le vide autour de lui , par l’argent du contribuable
    les harragas on les enprisonent
    les intelee\ctuels , ont les traitent de collabo avec l’etranger
    les cerveaux on leur demande de revenir au pays pour enfin leurs donner des postes de simples charges’ de TD payes a l’heure.
    le reste on le nome « depute’ » ou » senateur »
    ces le meilleur exercice ou le pouvoir a reussit biensure par le scenario elabore’ par les sbires dU DRS ( sence’ ,plutot proteger les algeiens et l’algerie , par l’argent du contribuable )
    quant a Mme khalida Toumi ,cela ne m’etonne pas ,une changeuse de veste .je ne croyait aps mes yeux en revisionant une video sur youtube ou elle supervisait les elections dans un bureau de vote en 1999 c’est incroyable !!!!!!!!!!!!

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  11. Artisans de l'ombre Dit :

    Ahmed dit :
    3 novembre 2009 à 0 h 35 min

    l’auteur de « »poutakhine « » est un homme du systeme qu’il a servi avec loyaute et il s’en est servi tout au long de sa carriere .qui ne connait pas le nom de abbassa dans la presse. il a place meme les membres de sa famille dans ce secteur a tel point qu’ils sont devenus intouchales un certain temps.
    quant a khalida toumi , elle finira « danseuse de ventre « dans les cabarets kabyles et arabes du Veme arrondissement de paris , s’ils existeraient encore, une fois son maitre protecteur disparu. Et dans tout ca l’algerie en sortira grandie

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  12. Artisans de l'ombre Dit :

    dent en scie dit :
    3 novembre 2009 à 11 h 55 min

    med abassa sait certainement de quoi il parle lui qui attendait d’etre dans la liste des gouvernement successif depuis 1988 , lui qui revendiqua son attachement a benbella dont il a été le candidat a la députation , la republique couscoussiere etait coucou j’existe ,coucou je suis la …ne m’oublier pas a default de maroquin donner moi des contrat de sondage bidon …..la profession de sondeur est avant tout celle des matheux , abassa est un arithmeticien specialisé dans le comptage des billets de banques provenant de racket et chantage aux decideurs ,cela meme qui l’ont gavé depuis 1988 en contrat juteux réalisé par des etudiants a moins de 20.000 dinars et facturer 150 a 200 fois cette somme ;
    poutakhine n’est que le resultat direct de l’assechement de la vache a lait de mr abassa . il n’y a pas tres longtemps mehdi el djezairi encensé khalida toumi de kahina du 20 eme siecle alors pourquoi ce revirement ……….. je pense que la ministre s’est gouré en le traitant de revisionniste , le revisionnisme est une position stable le khobzisme est une position changeante au grés du vent et de l’argent
    avant 1988 , mr abassa etait enseignant(formateur) vacataire dans le centre de formation de la securité militaire cela meme dont il a peur aujourd’hui (du moins ce qu’il di
    la realité , tout cela est un coup de marketting bien ficeler dont l’objectif est de faire publier le livre par un editeur en france , et recolter la mise en euro soit 125 fois ce qui aurai pu gagner en algerie.
    les copains de 30 ans doivent servir a quelque chose surtout a offrir des espaces de communication gratuit ;

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  13. Artisans de l'ombre Dit :

    lounisboussad dit :
    3 novembre 2009 à 13 h 45 min

    Nous serons tous d’accord sur le fait que le malheur de notre pays a une relation directe avec la proclamation de l’état palestinien sur notre sol ,le soutien inconditionnel de l’Algérie au peuple palestinien depuis l’ère Boumediene nous à coûté très chère et continuerons à le sentir et se tant que le peuple « pas nos gouvernant bien sure »continu à soutenir la cause palestinienne ,c’est vrais que nous sommes entrain de payer l’entêtement d’une ou de quelques personnes ,d’accord mais pour israél il va de sa sécurité et de sa survie même ,s’ils épargnent ça et là les peuples qui pensent que le sionisme et une contre nature ,automatiquement ils se condamnent par eux-mêmes .Maintenant ,pourquoi nous ,nous continuons a aider israél ou les contre nationalistes dans leurs jeux malsains ,taxer des ministres ou des personnalités de sionistes ou de pro-israélites ,pourquoi ? mais si des preuves existes ,nous devons les étaler au grand jour ,ce Monsieur Mehdi El-Djazaïri (Mohamed Abassa de son vrais nom) nous jette ça en bloc ,oui il a raison de défendre son livre ,mais je pense qu’il n’a pas raison de traiter les gens de sionistes ou de contre nationalistes ,sauf si vraiment il détient des preuves ,alors là ya pas que la télé Algérienne pour le recevoir ,il aura toutes les télés du monde « ça serait un scoop » ,et surtout qu’il est écrivain journaliste . Maintenant je reviens à nous tous qui soutenons n’importe qu’elle écrit ou déclaration anti-pouvoir ,je pense que nous devons mesurer les risques ,c’est grave cette déclaration Messieurs ,c’est de notre intérêt de faire attention si nous voulons réellement combattre le sioniste dans notre pays avant tout ,et puis je dirais aussi que ce pouvoir mafieux trouve ces intérêts dans des déclarations pareilles ,nous connaissons tous la sensibilité de notre peuple quant à l’utilisation de ces termes « sioniste ,Antinationaliste ,Harkis ,séparatistes, etc… »Pour refaire leurs virginité, souvenons nous du jour ou ils ont qualifié Hocine Ait Ahmed de Harkis, beaucoup de gens les ont soutenus malgré que le nationalisme de ce Monsieur n’a pas de frontière, mais ils sont arriver a le faire, alors mesurons le risque avant de soutenir qui que ce soit. Merci.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  14. Artisans de l'ombre Dit :

    Milmedj dit :
    3 novembre 2009 à 18 h 04 min

    MR Abassa n’est pas un enfant d’hier, un enfant d’une vieille pluie oubliée. Il ne sera jamais orphelin de sa patrie qu’il revendique lucidement dans ses dires et maintenant dans un autre écrit frontal et courageux, de celui qui ne supporte plus la puanteur. Il est connu et hautement apprécié chez les intellectuels de sa génération mais aussi des plus jeunes qui sont l’objet de ses préoccupations légitimes. Il est content, j’en suis sûr, de la réussite de ses enfants mais tellement scandalisé par ceux qui préfèrent « être mangés par les poissons que vivre » l’enfer de la planète Algérie en la domination mafieuse.
    Je te salue cher frère, ton combat en écrits, au-delà de tes convictions et engagements, honnore les irréductibles fils de cette Algérie humiliée. Mon regard a croisé le tien. Au fond de ta rétine si sensible à la lumière, il y a tout de même de l’espoir. Toi comme tant d’autres (ils sont nombreux, tu n’en doutes pas) tu dois dire pour le présent et pour l’avenir, nous devons nous exprimer. Bien à toi, tu rentreras à Alger, bien plus tôt que tu ne le penses…

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  15. Artisans de l'ombre Dit :

    Senoussi Mahmoud dit :
    4 novembre 2009 à 14 h 34 min

    Chers amis internautes et chers responsables d’Algérie-focus.com,

    Le sieur Abassa n’est pas à un revirement près.

    Il est connu comme un dangereux fabulateur ( peut être par déformation professionnelle ) et un versatile, qui niera demain ce qu’il a juré aujourd’hui etre le démenti de ce qu’il a dit hier.

    Cette histoire de lobby pro-sioniste en Algérie, representé par Bouteflika et Khalida Messaoudi est une des inventions fantasmagoriques dont il a l’exclusivite.

    Cette instabilité chronique est à l’origine de ses échecs professionnels, qu’il veut justifier dans son livre par une persécution inventée de toutes pieces.

    Ce dont il s’agit exactement et Abassa y fait clairement allusion dans son interview , c’est que notre bonhomme est poursuivi par la Justice algérienne pour escroquerie avérée du fait de son utilisation abusive de produits commandés et grassement rétribués par divers organismes algériens, dont ils sont juridiquement la proprieté.

    Fakou, Abassa !

    Vos jérémiades ne trompent plus personne.

    Vous n’avez plus aucune crediblité à nos yeux.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  16. Artisans de l'ombre Dit :

    Benhabra brahim dit :
    5 novembre 2009 à 10 h 25 min

    Apres avoir ecoute le 1er interview je viens d ecouter le 2eme….Le journaliste pretend que le son du 1er n etait pas correct…FAUX….Beaucoup de propos ont disparus dans le 2ieme..El ne dit plus Bernard henry LEVY ET E lisabeth Benchemla mais….BERNARD HENRY et Elisabeth….Pourquoi avoir choisi le rouge et le noir pour la couverture du livre et cette barre noir au milieu….Une derniere chose je suis un citoyen ordinaire modeste.Je suis tres tres mal place pour juger ce que fait ce Monsieur ou Madame la Ministre de la Culture ou Monsieur le Ministre de l Interieur.MAIS JE N AIME PAS QUE L ON ME PRENNE POUR UN CON!!!!!!Alors ya si ETTARACH LE CON TE DEMANDE S ILS T ONT CENSURES TON LIVRE NE CENSURE PAS TON 1er interview….FAUX ..FAUX..LE SON ETAIT CORRECT!!!!!!Un conseil d un algerien a un algerien.NASH EDDABENE LI AALA EKTAFEEK…En claire change de frequentation mais continu d ecrire….Bonne chance bonne route et ………Au revoir

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  17. Artisans de l'ombre Dit :

    sou dit :
    5 novembre 2009 à 16 h 42 min

    Mehdi el djazairi, ou qlq soit son nom, sa pesonnalité ou ses antécédents politiques , n’est pas le fond du problème, même « Poutakhine » ne l’est pas. On s’égare et de façon grave. le vrai problème, c’est l’état de non droit. Comment peut on admettre qu’un livre, aussi inconvenant soit-il, puisse être retiré de la vente sans interdiction judiciaire préalable? Comment accepter qu’un libraire soit trainé de force au commissariat, et sa boutique fouillée, et tout cela sans aucune justification officielle?
    l’une des grandes avancées de la civilisation fut de créer des institutions pour incarner la justice. Si nos gouverneurs agissent de la sorte, c’est en primates qu’ils agissent.
    en tout cas, ce livre interdit, notre curiosité n’en est que plus grandie.
    on se le procurera en france et on en fera des photocopies, pleins de photocopies, tous les curieux en auront pour leur faim …en attendant la prochaine bavure de nos idiots de gouvernants

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  18. Artisans de l'ombre Dit :

    tarlahmam dit :
    7 novembre 2009 à 9 h 19 min

    monsieur
    vous avez ces preuves.c’est normal que ça soit censurer.pourquoi ne pas vous adresser ailleurs (articles. interviews….)ou bien es ce un chantage…pour être réhabiliter par la mafia dirigente.quant à khalida rien ne peut m’étonner…elle a été dans l’opposition( il n’en reste plus d’ailleurs….sauf.ffs) jusqu’à ce qu’elle obtienne ce qu’elle a voulue.savez vous que c’est la seule qui peut fumer en présence de bouteflika .même en conseil des ministre.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  19. Artisans de l'ombre Dit :

    Yacine dit :
    7 novembre 2009 à 16 h 30 min

    Oui, le vrai problème n’est ni M Mehdi El Dzaira, ni Poutakhine. Le vrai problème est l’absence de droit. Un libraire de la Rue Didouche Mourad m’a raconté comment des « barbouzes » sont venus brutaliser sa boutique et prendre tous les exemplaires du livre en question. Cela prouve que nous vivons en pleine dictature et une vraie tyrannie (c’est toujours comme cela lorsque « la loi du plus fort » devient la meilleure). Rappelez-vous aussi que l’éditeur de Mohamed Benchicou et Yahia Abdenour a subi le même traitement. A cause de la publication des ouvrages de ces auteurs, le directeur de la bibliothèque nationale a été relevé de ses fonctions, pour avoir délivré les ISBN.
    Dans ce pays soumis à un état d’urgence perpétuel ( Ah si les chouhadas ressuscitaient et voyaient ce qui est advenu de leur idéal de liberté), l’arbitraire et l’absence de toute véritable démocratie sont devenus les armes favorites d’un pouvoir despotique par nature, depuis juillet 1962. Et il est inutile de nourrir l’espoir que la chape de plomb qui pèse sur nous, s’allègera un jour. Les dirigeants ont trop intérêt à maintenir pareille situation car elle fait oublier au peuple, l’essentiel, pour ne penser qu’à l’accessoire.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  20. Artisans de l'ombre Dit :

    Bensaadoune dit :
    7 novembre 2009 à 23 h 48 min

    SVP cessez de polluer cet espace de débat libre et indépendant par des querelles intestines qui n’ont plus aucun sens.

    La priorité des priorités aujourd’hui est à l’union sacrée entre les patriotes de tout le pays pour renvoyer chez eux Bouteflika et le clan de Tlemcen qui détruisent l’Algérie à grand feu.

    Après eux le déluge.

    Frères et soeurs de toutes les régions du pays mettons de coté nos divergences et unissons nous d’urgence contre ces prédateurs qui ruinent et pillent l’Algérie avant de s’enfuir là ou ils sont venus en 1999.

    Il y a péril en la demeure !

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  21. Artisans de l'ombre Dit :

    octobre88 dit :
    10 novembre 2009 à 15 h 41 min

    les problemes de ce pays ont tous comme origine les militaires,seuls et uniques responsables de l ‘incurie , rien ne se fait sans leur approbation.Je m’ etonne que les camarades internautes qui interviennent dans cet espace ne designent pas les vrais initiateurs de l’ anarchie regnante dans ce bled.pourtant on sait bien que Le president, l’ executif et tout le reste ne font que de la figuration mais ils profitent de l’ aubaine, eux et leur proches.en amassant le plus possible de blé . cette mise en scene est elaborée pour trompé les opinions publiques internationales et pour mieux s’ accaparer les richesses et les valeurs du pays . ,c’ est un secret de polichinelle, car tout le monde sait que ce sont les generaux qui tirent les ficelles de ces pantins et qu’ ils sont les vrais maitres de l’ algerie.A quoi bon tenter de nous faire prendre des vessies pour des lanternes!!!!!!!!!

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  22. Artisans de l'ombre Dit :

    filsduvent dit :
    18 novembre 2009 à 11 h 25 min

    tous les mots ………de liberté j’aime voyagé avec elle…….tous ce que qui essai de tombé les masques ……..un salut a tous ce qui revolte contre ce regime………contre les etres poupés qui gere notre pays …………qui vie sur la victoir des ,autres ……..avec toi benchico avec toi nour el djazairi………contre yasmina khadra contre khalida toumi contre ghoulem ellah……..tous ses etres poupes qui essais de tué les reves des algeriens……………une question comment khalida est nomé dans le poste comment ghoullem ellah ……….comment yasmina khadra il occupe le poste de………..c pas bizzard prq malek ben nabi et dans le noir jusque nous jour ……

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...