RSS

La guerre contre l’Iran se prépare – Aissa Hireche

4 mars 2010

Contributions

Les jours passent et se ressemblent, ou presque. De petits faits divers par-ci, quelques évènements par-là, une parole ici, un geste ailleurs, un incident dans un coin, un petit accident dans un autre… Lorsqu’on les regarde séparément, on a l’impression qu’il ne s’agit que de petites choses insignifiantes, mais il suffit parfois de les relier pour y découvrir le fil conducteur de l’histoire de l’humanité et les éléments premiers du sens de l’homme.



Quelles relations peuvent exister entre Iulia Tymoshenko et l’assassinat de Mabhouh à Dubaï? Entre la visite du Président Russe à Paris et l’opération Mushtarak en Afghanistan? Quelle relation peut exister entre les éloges lancés à l’adresse du premier ministre Turc Recep Tayyip Erdogan par un officiel Qatari et la reprise des négociations entre l’Inde et le Pakistan ? Quelle relation peut-on faire aussi entre la lâche décision d’annexion d’une partie d’Hébron par Netanyahu et la construction du mur d’acier par l’Egypte? Quelles relations existeraient donc entre les excuses formulées par Walid Joumblat à la Syrie et la décision iranienne d’enrichir l’uranium à 20% ? A part le fait qu’ils aient tous eu lieu au cours des mois de janvier et février 2010, ces différents évènements, en apparences banals, ont en commun le fait qu’ils annoncent avec beaucoup d’insistance d’ailleurs une guerre prochaine, celle que Barak Obama, prix Nobel de la paix, aurait décidé de mener contre l’Iran !

Iulia, la première feuille d’un automne Iranien Le 08 février 2010. Il est exactement 6h12′ ce matin lorsque la jeune dame blonde se laissa tomber sur la chaise. Malgré la douche froide qu’elle vient de prendre pour mieux se réveiller, elle n’arrive toujours pas à tenir debout. Elle n’a dormi qu’une heure à peine cette nuit et elle a l’impression que sa tête va exploser.

La journée d’hier a été intense en activités et toute la nuit, la dame aux tresses blondes, comme l’appellent certains journalistes, elle l’a passée à suivre de près avec ses militants les résultats du scrutin. Iulia Tymoshenko, n’arrive toujours pas à comprendre comment elle a perdu les élections présidentielles. Elle qui était pratiquement assurée de remporter le scrutin.

Dans son déshabillé de satin, couleur rose clair, la présidente et fondatrice du Parti «Batkivshchyna» (la Patrie) se demande encore comment est-il possible qu’elle perde contre son adversaire alors que tout indiquait qu’elle devait être la grande élue en ce jour d’hiver ukrainien. Mais plus que la défaite elle-même et la perte de la présidence du pays, ce qu’elle elle n’arrive pas à comprendre, c’est surtout le silence de l’Europe et la position incompréhensible l’OSCE (organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) qui s’est empressée de juger le scrutin « transparent et honnête » alors qu’elle n’a cessé durant les dernières vingt quatre heures de dénoncer, avec ses partisans, des irrégularités et des fraudes massives.

Au prix d’un grand effort elle arriva à se lever en entendant la bouilloire siffler. En revenant de la cuisine, une grande tasse de café à la main, elle pense encore aux multiples signaux que lui avait lancés l’Occident. Depuis qu’elle a pris part à la Révolution Orange aux côté de celui qui allait devenir son pire ennemi, Viktor Iouchtchenko le chef de l’État sortant, elle a gagné un capital sympathie très important auprès des médias occidentaux et aussi auprès de cercles influents et centres de décisions. Iulia se rappelle au mot près le communiqué de presse balancé un certain matin d’automne 2007 par le puissant PPE «En outre, disait la fin du communiqué, nous sommes convaincus que le Premier Ministre Yulia Tymoshenko donnera une nouvelle impulsion à la direction européenne de l’Ukraine – bien entendu, le PPE sera heureux de l’aider dans cette tâche». En emportant le scrutin présidentiel avec 48,95 % de voix contre 45,47 % (le total ne fait pas 100 parce que conformément à la constitution ukrainienne plus de 5.5% ont voté « contre tous » à ce second tour) pour celle que certains médias occidentaux appelaient, lors des innombrables manifestations d’opposition aux communistes, la « Jeanne d’Arc de la Révolution », Viktor Ianoukovitch, l’ex-communiste, peut dire qu’il a pris sa revanche sur la Révolution orange.

En fait, Ianoukovitch est le candidat de Moscou et c’est en réalité Moscou qui prend sa revanche. Cela tout le monde le sait, et Iulia aussi le sait, mais ce que la dame blonde aux tresses enroulées sur le haut de la tête n’a pas encore compris en cette froide matinée de février ukrainien, c’est qu’elle est la première victime de la terrible machine de guerre qui est bel et bien enclenchée par l’administration d’Obama en concertation avec certains pays de l’Occident contre l’Iran.

Le retour du grand frère Russe

02 mars 2010. En montant les quelques marches de l’Elysée avec un Sarkozy tout heureux, le président russe Dimitri Medvedev se réjouit. Les négociations de son pays avec européens et américains ont été menées d’une main de maître. Il a obtenu que son candidat soit vainqueur à la présidentielle en Ukraine sans aucun commentaire des pays occidentaux ni même de l’OSCE; il vient de signer un accord pour la construction d’une base militaire en Abkhazie pour une durée de quarante-neuf ans sans que personne ne s’en sente offusqué; il a obtenu aussi à ce que Sarkozy reconsidère sa position sur la vente des navires militaires de type Mistral.

En effet, à Paris on ne parle plus de la vente «d’un seul et unique» de ces BPC (Bâtiment de Projection et de Commandement), mais on se donne même la peine de préciser qu’il s’agit bel et bien de «quatre» navires. En contrepartie, qu’a donné la Russie de Medvedev ? jusque là rien ou presque. Question livraison d’armes à l’Iran, Moscou semble jouer au Yoyo. Une fois oui, une fois non, histoire de mettre la pression dans ses négociations.

Le premier ministre Israélien dépêché à Moscou pour obtenir l’annulation des missiles S-300 à l’Iran, est retourné bredouille. Le seul geste de Moscou a consisté à annoncer que la livraison des S-300 à Téhéran sera reportée. Une déclaration qui sera suivie quelques jours plus tard par une autre selon laquelle la Russie livrera bien l’Iran en S-300. «La Russie entend respecter ses engagements et livrer à l’Iran le système de défense antimissiles S-300 commandé par Téhéran», a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergeï Riabkov, cité par l’agence Interfax une semaine plus tard.

En ce qui concerne le ralliement à la position des américains et des européens, Moscou tergiverse et la seule concession faite par Medvedev c’est qu’il «accepte désormais de reconsidérer l’introduction des sanctions» contre Téhéran «à condition» précise-t-il que ces sanctions ne soient imposées qu’en cas d’impossibilité de dialogue et qu’elle n’affecte pas les civils. La Russie est très attentive et semble prendre beaucoup de précautions. En effet, les intérêts russes en Iran sont si importants que le dernier mot doit revenir de fait au «grand frère russe» qui est en train de marquer sérieusement son retour.

La main du Mossad 02 mars 2010. Devant les nombreux journalistes venus assister à sa nième conférence de presse dans la luxueuse salle réservée à de tels évènements, Le chef de la police de Dubaï laisse tomber l’information. «J’ai présenté au procureur de l’émirat, dit-il, une requête en vue de l’arrestation du Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou!» devant l’insistance de certains journalistes quant au bien fondé d’une telle démarche, il affirma avoir «désormais la certitude que le Mossad avait tué le responsable du Hamas, Mahmoud al-Mabhouh». Nul n’est dupe pour croire qu’un jour un pays arabe s’aventurera à vouloir arrêter un premier ministre israélien. Comme nul n’est assez dupe pour croire que les français, les britanniques, les australiens, et autres pays dont les passeports ont été utilisés en vue du meurtre prémédité de Mabhouh oseront sanctionner Israël. Il suffit de noter que «De source proche des services de renseignement français, on dit que le passeport français utilisé par un des suspects avait un numéro valide, mais que le nom associé n’était pas correct» pour être sûr de la parodie qui va suivre dans les prochains jours. D’ailleurs du côté d’Israël, on ne cache pas sa satisfaction de voir que tous les services de renseignements font ce qu’ils peuvent pour la sécurité d’Israél»

Le 19 janvier 2010, l’assassinat de Mabhouh dans un luxueux hôtel à Dubaï n’avait rien de fortuit. Ce n’était pas une simple exécution d’un chef de Hamas, c’était l’élimination de celui qui avait la charge de l’armement de Hamas d’Iran. Les Israéliens n’écartent pas une entrée en guerre de Hamas et de Hezbollah contre eux lorsqu’une guerre contre l’Iran éclatera, les deux groupes se faisant doter en armes par Téhéran et en étant très proches. C’est dans ce sens que les menaces de bombardement du Liban ont été proliférées par Israël et c’est à cela que Saad El Hariri a dû répliquer aussitôt que le Liban se mettra alors du côté de Hezbollah. Mais il n’y a pas que Hamas et le Hezbollah. Il y a aussi la Syrie qui détient un rôle de premier ordre dans la région. La Syrie qui n’est pas dupe de ce qui l’attend après la destruction de l’Iran sait que son destin est inséparable désormais de celui du puissant voisin Chiite. Et il ne sert plus à rien désormais pour Bachar El Assad de cacher ses préférences, c’est ce qui explique pourquoi il n’a pas hésité à s’afficher, la semaine dernière à Damas, et de quelle manière, avec le président Iranien et la chef du Hezbollah. Damas sait à quel point les pays arabes ne peuvent lui venir en aide lorsque sonnera l’heure de sa punition qui n’a été que reportée par les Etats Unis qui veulent remettre leur casquette de gendarme du monde. Les divergences, les craintes et les luttes pour le leadership dans les régions sont trop forts ont fait que les sunnites ne feront certainement rien pour éviter la guerre contre l’Iran, mais c’est la situation particulière de Damas, vue la menace qui pèse sur sa tête, qui a fait que cette dernière se range seule du côté des chiites.

Les ottomans sont aussi de retour

Mais les pays sunnites de la région qui n’ont pas assez de puissances pour prétendre prendre le leadership à l’Iran ont trouvé en la Turquie un semblant de solution. En effet, ce pays dont l’économie et la puissance ne cessent de prendre du poids, est en train de se faire une place de plus en plus grande dans la région après en avoir été longtemps écarté à cause des relations historiques entre les Ottomans et les arabes d’une part, et par le panarabisme lancé de Nacer. En plus, le premier Ministre Turc Erdogan qui a gagné beaucoup de points dans l’opinion arabe, notamment avec son comportement à l’égard de Shimon Pérès à Davos et sa position ferme devant les exactions israéliennes à de Gaza, est en train de devenir un éventuel leader musulman, dans un monde où le leadership fait grand défaut. En tout cas, il est déjà considéré comme un leader au moyen Orient. Et les éloges qu’il a reçues à Qatar, récemment, scellent définitivement la décadence de certaines parties de la région, comme l’Egypte qui, depuis la venue de Moubarak, a n’a pas cessé de perdre des points à cause de positions compromettantes et d’actes non moins compromettants. Erdogan, qui a trouvé le moyen de faire de son pays un partenaire incontournable au Moyen Orient, est en train de marquer le retour des … Ottomans avant que ne se déclenche la guerre d’Iran pour que, une fois la puissance iranienne détruite, la Turquie sera prête pour le rôle.

La diversion

En Attendant, il faut que les américains en finissent avec les guerres d’Afghanistan et d’Irak. L’opération Musharak qu’ils viennent de mener en terre Afghane est la preuve qu’ils veulent en finir au plus tôt et se retirer pour se concentrer sur l’Iran. La décision de se retirer de l’Irak aussi doit être vue de ce point de vue. La date de 2011 revient très souvent dans les prévisions américaines quant aux retraits des deux pays. Mais 2011 aussi est la date retenue pour doter quatre pays du Moyen Orient d’un système de défense antimissiles, il s’agit de Bahrein, Dubai, Abu Dhabi et des Emirats. Mais pour enfermer correctement les iraniens, les américains voudraient que le Pakistan positionne ses hommes le long des frontières avec l’Iran. Or, cela n’est pas possible avec le nombre des troupes que le Pakistan déploie le long de la frontière avec l’Inde. Les négociations qui ont été entamées la semaine dernière entre Pakistanais et Indiens, et qui ont été provoquées par les américains, ont donc toutes les chances d’aboutir, Obama en est le garant aux yeux des uns et des autres ?

L’Iran n’ignore rien de tout cela. Sa décision d’enrichir l’uranium à 20% n’est en fait qu’une preuve que, se sachant cette fois sérieusement menacé, Téhéran est entré dans une phase de course contre la montre pour se préparer à une guerre que tout semble indiquer pour … 2011. Israël insiste pour que l’effort d’armement nucléaire des iraniens soit détruit au plus vite et pour arriver à leur finn Netanyahu et les siens sont capable de provoquer le déclic. Obama résiste à la pression du lobby juif américain et tente d’obtenir, en contre partie, quelque chose pour les arabes mais Israël ne veut rien donner. Ni gel de la colonisation en Cisjordanie ni Etat Palestinien. La récente décision d’annexer une partie d’Hébron est une provocation israélienne supplémentaire destinée à rappeler à Obama l’impatience d’Israël devant le prétendu danger du nucléaire Iranien et aussi pour détourner le monde de l’affaire de l’assassinat de Mahbouh. Une diversion à l’israélienne !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...