RSS

GUERRE SANS FIN – Yazid Alilat

4 mars 2010

Contributions

Entre le ministère de l’Education nationale et les syndicats autonomes, c’est la guerre. Chaque partie campe sur ses positions, jusqu’à les rendre pratiquement de vraies tranchées infranchissables pour un débat constructif, alors qu’au même moment les élèves désespèrent quant à une issue prochaine à cette guerre sans fin.



Devant l’impasse actuelle, le ministère durcit le ton et saisit la justice pour faire obligation aux syndicats grévistes de revenir à de meilleurs sentiments et de cesser leur débrayage. La chambre administrative de la cour d’Alger, dans un jugement en référé, a certes ordonné lundi la reprise des cours. Mais cette décision est-elle pour autant la clef de la solution des problèmes qui minent le secteur de l’éducation ? Peu probable car, dans ce cas de figure, cela n’aboutira qu’à une radicalisation du mouvement, même si un arrêt du débrayage des enseignants est décidé par les syndicats. Et là-dessus, il ne faut également pas se faire d’illusions : les syndicats autonomes assurent qu’ils reprendront à tout moment leur mouvement de grève, jusqu’à la satisfaction de leurs revendications (revalorisation du régime indemnitaire, levée du monopole des œuvres sociales et bénéfice de la médecine du travail). Donc, les données de l’équation ne changent pas : le système éducatif algérien est parti pour une longue période de guerres de tranchées.

Mais pourquoi diantre aller au clash quand, après plusieurs grèves à répétition, on parvient à s’entendre sur un minimum et que l’on déclare officiellement que les revendications étaient légitimes ? A quoi rime cette attitude toujours sur la défensive du ministère qui refuse de regarder en face les revendications de l’ensemble de la famille des enseignants ? Et du côté des syndicats de l’éducation, la grève d’une semaine reconductible, en fait illimitée, est-elle la meilleure des solutions ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...