RSS

Un fut 15 mars assassiné Moumoud Feraoun

27 février 2010

Colonisation, EPHEMERIDES

Evocation
Il y a 45 ans, fut assassiné Feraoun

Mémoire ; Le 15 mars 1962, à quatre jours de la signature des accords d’Evian, furent assassinés l’écrivain Mouloud Feraoun et cinq de ses compagnons par un commando français de l’Organisation armée secrète (OAS).

En leur souvenir, l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou a organisé, hier, une série de conférences et de témoignages sur les victimes de la barbarie que furent l’auteur du célèbre roman Le fils du pauvre et ses amis Ali Hamoutène, Salah Aoudia, Etienne Basset, Robert Aymaret et Max Marchand, ayant tous servi dans le secteur de l’éducation, avant qu’ils ne soient abattus par l’OAS du général Salan, au centre pédagogique de Ben Aknoun, sur les hauteurs d’Alger, où ils étaient en réunion de travail. Quelques heures seulement avant sa mort, Mouloud Feraoun écrivait dans son Journal ses ultimes notes : «A Alger, c’est la terreur, les gens circulent tout de même. Ceux qui doivent gagner leur vie, ou simplement faire leurs commissions, sont obligés de sortir et sortent sans trop savoir s’ils vont revenir ou tomber dans la rue. Bien sûr que je ne veux pas mourir et je ne veux pas que mes enfants meurent, mais je ne prends aucune précaution particulière…»
Ironie du sort, cette intuitive prémonition ne tarda pas à se réaliser. Il fut assassiné lâchement, lui l’humaniste qui considérait : «Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que des choses à mépriser.» Le fils du pauvre, écrit durant la Guerre de libération nationale à la lumière d’une lampe à pétrole, La terre et le sang et Les chemins qui montent sont les œuvres romanesques majeures léguées à la postérité et dédiées, dans un style saisissant, à la dure condition humaine, celle des «Fouroulou indigènes» de tous les temps, qui continuent de croire que l’instruction est le seul moyen de briser la misère «congénitale», et de réussir l’intégration sociale. On doit également à l’auteur d’autres œuvres éditées à titre posthume tels Jours de Kabylie, Les Isefra de Si Moh Ou M’hand, le Journal, Lettres à ses amis et La cité des roses. Ce dernier roman paru récemment fera l’objet demain d’une présentation, par Ali Feraoun – fils de l’écrivain – à la maison de la culture Mouloud-Mammeri, où se tient également une exposition retraçant la vie et le parcours de Mouloud Feraoun.
Mouloud Feraoun naquit le 8 mars 1913 dans une famille modeste de paysans sans terre, au village de Tizi Hibel des Ath Douala (Tizi Ouzou). Il reçut sa première instruction en son village natal, avant d’obtenir en 1928 une bourse pour le collège de Tizi Ouzou, et d’être admis, 4 ans plus tard, au concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure de Bouzaréah. Il se maria avec sa cousine Dahbia en 1935. Après une longue carrière d’enseignant, il devint en 1960 inspecteur des centres sociaux de Ben Aknoun à Alger.

APS

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...