RSS

Les citoyens et la mort d’Ali Tounsi

27 février 2010

Contributions

Les citoyens et la mort d’Ali Tounsi

par Tahar Mansour

La nouvelle est tombée comme un couperet: Ali Tounsi a été découvert mort dans son bureau, assassiné! Le «bouche à oreille» a fait merveille et il n’était plus question dans les discussions que de cela. Plusieurs versions sur sa mort circulaient et chacun y allait de la sienne. Mais ce qui les unissait tous,

c’était cette peur diffuse, ce retour vers le chaos, cette reprise des hostilités ouvertes, et chacun avait un petit creux au ventre: allons-nous revivre les pires moments de la décennie noire? En plus, et en-dehors d’un communiqué officiel rapide, l’intox trouvait un terrain fertile pour nourrir toutes les appréhensions. La première chaîne qui a diffusé la nouvelle-El Jazeera- était fort sollicitée mais il n’y avait que le fil des nouvelles qui annonçait, très laconiquement, la mort du DG de la police algérienne, tué par un cadre de la police. D’El Jazeera, les gens passaient aux chaînes nationales qui n’en ont soufflé mot, se contentant de continuer leur programme normal, comme si de rien n’était! Pourtant ce n’était pas tant la mort d’un haut responsable de l’Etat qui faisait peur, c’était surtout ce qui pouvait en découler pour un peuple qui a été tant éprouvé par les assassinats et les règlements de compte. La mort de Boudiaf et ce qui se passa ensuite remontait à la surface et les questionnements des Algériens exprimaient tous les mêmes inquiétudes: «Que se passe-t-il au juste ? Est-ce un coup d’Etat ? Est-ce que les terroristes ont pu arriver jusqu’à Ali Tounsi dans son bureau ? Est-ce que nous allons revivre le calvaire des années de feu ?». Il faut toujours revenir à la question de l’information en temps opportun que les responsables se doivent de donner aux citoyens pour éviter que les plus folles rumeurs ne circulent et la panique devant l’inconnu de se propager à travers la population. Devant le silence frustrant des autorités, les citoyens se tournent vers toutes les sources pour comprendre et, souvent, ces sources sont faussées dès le début. Au journal télévisé de 20 h, la nouvelle est annoncée remettant un tant soit peu les pendules à l’heure et tranquillisant les citoyens qui se sont écriés ensemble : «Nous sommes fatigués des tueries et de l’insécurité, de grâce, laissez-nous vivre en paix !».

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...