RSS

23.Si l’Algérie m’était contée

19 février 2010

Non classé

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (23e partie)
Par K. Noubi
Résumé de la 22e partie : Abandonné par son frère, qui l’a aveuglé, Niya s’est réfugié dans l’unique arbre de la région. C’est ainsi qu’il apprend, par les bêtes, comment retrouver la vue et vaincre la sécheresse.

Il arrive dans la ville. Il découvre une population assoiffée, qui cherche désespérément de l’eau. Mais avant de s’occuper de la sécheresse, il veut  s’occuper de la fille du roi.
Il prend la direction du palais et demande aux gardes de le laisser entrer.
– Que veux-tu faire ? lui demande-t-on avec agressivité.
– J’ai entendu dire que la fille du roi est malade. Je voudrais la voir !
On se moque de lui.
— Quoi, un loqueteux comme toi voir la fille du roi !
– Je pourrais peut-être faire quelque chose pour elle !
– Quoi, tu te prends pour un médecin !
– Qui sait, je pourrais peut-être lui rendre la vue !
On veut le chasser, mais la princesse, qui se trouvait à une fenêtre et qui a suivi toute la conversation, intervient.
– Laissez-le entrer !
– Mais princesse, c’est un loqueteux !
– Je vous dis de le laisser entrer !
On lui laisse le passage. Il est accueilli par le roi.
– Ainsi, tu prétends connaître le remède qui rendra la vue à ma fille ?
– Oui, majesté !
– Tu sais que tous les médecins du royaume ont tenté de la guérir, en vain !
– C’est ce qu’on m’a dit !
– Si tu parviens à rendre la vue à ma fille, je te la donnerai en mariage… Mais si tu échoues, je te couperai la tête !
– Je suis d’accord, majesté !
On le conduit auprès de la princesse. Il découvre une fille merveilleusement belle. Elle a de grands yeux bleus, mais qui ne voient plus.
– Ainsi, tu pourras me rendre la vue ?
– Oui, ma princesse !
– Mon père a dû te poser ses conditions…
– Oui, je les connais !
– Et tu risques quand même ta vie !
– Je te rendrai la vue et je t’épouserai !
Il tire de sa besace les précieuses feuilles de l’arbre, il les écrase dans sa main et, délicatement, il en enduit les yeux de la princesse.
– Je vois ! s’écrie-t-elle
On annonce la nouvelle à son père qui accourt.
– Tu as réussi, lui dit-il, je t’accorde la main de ma fille !
Mais Niya n’a pas fini.
– Ô roi, je peux rendre la vie à ton royaume !
Il plante aussitôt la branche de l’arbre et des sources se mettent à jaillir. Le roi, très heureux, organise une grande fête. (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...