RSS

China vs USA

18 février 2010

Contributions

China vs USA

par Paris : Akram Belkaid

Le duel a bel et bien commencé. Son enjeu ? Le leadership mondial, qu’il soit économique ou politique. D’un côté, les Etats-Unis, cette «hyper-puissance» décrite par Hubert Védrine, l’ancien ministre français des Affaires étrangères. De l’autre, «l’empire égoïste» pour résumer la pensée du politologue Martin Jacques, auteur d’un livre récent sur l’inéluctable ascension de la Chine, «futur maître du monde.» Ce n’est plus de la politique-fiction telle que l’on pouvait la voir dans les productions d’Hollywood au début des années 2000 (juste avant que les attentats du 11 septembre ne remettent un autre «ennemi» au goût du jour). L’affrontement entre la Chine et les Etats-Unis est désormais une réalité.



Certes, c’était attendu. Mais l’étonnant dans l’affaire c’est que cela ne se déroule pas comme prévu. Durant des années, les experts en géopolitique nous ont expliqué que la Chine n’avait pas d’ambitions mondiales et que la priorité de ses dirigeants était l’essor économique doublé, à l’intérieur, d’un renforcement sans cesse croissant du pouvoir du parti communiste. Sur le plan international, la Chine était présentée comme un «géant silencieux» désireux de ne s’impliquer dans aucune controverse et de maintenir des relations «harmonieuses» avec l’Occident, son précieux client.

Mais depuis quelques mois, le ton et l’attitude de Pékin changent. Il ne s’agit plus de simples postures auxquelles la communauté internationale a été habituée comme par exemple le fait de protester avec véhémence contre l’accueil fait, ici ou là, au Dalaï Lama ou bien alors contre des ventes d’armes ou de technologie de pointe à Taïwan, l’île félonne… En fait, la Chine n’hésite plus à affirmer sa puissance-avec morgue et dédain, affirment nombre de diplomates occidentaux quelque peu traumatisés.

Ce fut le cas par exemple lors des négociations à la Conférence de Copenhague où non seulement la Chine est restée intraitable (pas de limitation de ses émissions de gaz à effet de serre) mais aussi abrupte voire menaçante à l’encontre de délégations, notamment européennes, à qui il a été rappelé à quel point les entreprises de leurs pays avaient besoin du marché chinois…

C’est évident, Pékin ne craint plus d’exhiber ses muscles. Les entreprises occidentales installées sur son sol sont en train d’en faire la pénible expérience. Il y a quelques semaines, dans une chronique économique consacrée à ce sujet, je citais les déboires de Google en Chine mais aussi ceux d’autres entreprises occidentales qui ont eu systématiquement eu le dessous lors de litiges les opposants à des concurrents locaux (*). Cette évolution est tout sauf anecdotique. Elle signifie que le gouvernement chinois estime que son pays est suffisamment solide pour prendre le risque d’une désaffection de la part des investisseurs occidentaux.

C’est aussi un signal adressé aux Etats-Unis. S’il fallait résumer ce dernier de manière lapidaire, cela donnerait ceci «C’est vous qui avez plus besoin de nous et non l’inverse.» L’Amérique a effectivement besoin de la Chine pour trouver les 2 milliards de dollars quotidiens qui lui servent à financer son train de vie (et son déficit budgétaire…) tandis que Pékin continue à diversifier ses débouchés commerciaux en pariant, plus que jamais, sur les marchés asiatiques. Dans tous les domaines ou presque, la doctrine chinoise est simple et ne souffre d’aucune concession. Il s’agit de «China First», la Chine avant tout.

Un mot d’ordre qui fleure bon le nationalisme exacerbé et qui, l’ivresse de la puissance économique aidant, peut pousser les dirigeants chinois à faire preuve de rudesse à l’égard de leurs interlocuteurs, étasuniens compris.

Cela étant, il est évident que les Etats-Unis ne resteront pas les bras croisés. Ce pays reste la première puissance économique mondiale. C’est aussi la première puissance militaire, ce que la Chine n’a pas intérêt à oublier. Il reste à savoir de quelle manière les Américains vont tenter de garder leur leadership sachant que la crise financière a largement entaché le prestige de leur pays.

Si l’hypothèse d’un conflit militaire direct entre les deux parties est exclue, il est certain que cette rivalité va se transporter ailleurs dans le globe. Et c’est l’Iran qui pourrait en faire les frais. On sait en effet que la Chine, qui a besoin du pétrole et du gaz iraniens, s’oppose à de lourdes sanctions internationales contre Téhéran et son programme nucléaire.

Depuis peu, la main tendue d’Obama à l’Iran a été retirée et Hillary Clinton a présenté ce pays comme évoluant vers une dictature militaire. Un discours belliqueux qui fait écho à ceux qui avaient précédé l’invasion de l’Irak en 2003. S’attaquer à l’Iran, le mettre sous tutelle-un peu à l’image de ce qui se passe aujourd’hui en Irak-serait une manière pour les Etats-Unis de renvoyer Pékin à son statut de puissance émergente. D’autres terrains d’affrontements pourraient eux aussi rapidement apparaître. C’est le cas de l’Afrique de l’Ouest, devenue zone stratégique pour les intérêts pétroliers étasuniens.

Ce qui va se passer dans cette région dans les prochaines années devra être analysé à l’aune de la rivalité sino-américaine, y compris en ce qui concerne l’Algérie et cette volonté insistante des Etats-Unis d’installer une base militaire dans le Sahara.

Reste enfin un point majeur. La Chine est-elle aussi forte qu’elle ne le croit ? N’est-elle pas grisée par sa réussite commerciale et ses 2.400 milliards de dollars de réserves ? N’a-t-elle pas eu tort de sortir du bois aussi tôt ? L’avenir le dira certainement

(*) Quand Pékin ravive le nationalisme économique, Le Quotidien d’Oran, mercredi 5 janvier 2010.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...