RSS

Pourquoi de bonnes politiques font-elles une piètre politique ?

11 février 2010

Contributions

Pourquoi de bonnes politiques font-elles une piètre politique ?

par J. Bradford Delong *

Suite à l’effondrement de la banque Lehman Brothers l’année dernière, les politiques adoptées par le Trésor américain, ainsi que par les administrations des présidents George W. Bush et Barack Obama ont été saines et utiles. L’autre alternative, consistant à ne rien faire et à laisser les marchés gérer la situation, aurait entrainé plus de chômage aux Etats-Unis et dans le monde que ce n’est le cas actuellement. Les facilités de crédit et le soutien du système bancaire ont considérablement contribué à éviter le pire.



Que les banquiers d’investissement n’aient pas fait faillite en décembre dernier et qu’ils en profitent un maximum cette année est tout à fait accessoire. Chaque point de chômage supplémentaire qui persiste pendant deux ans coûte 400 milliards de dollars. Une récession deux fois plus profonde que celle que nous venons de traverser aurait coûté environ 2 billions de dollars aux américains et près de quatre fois plus au reste de la planète. En comparaison, les bonus de Goldman Sachs sont une grossière erreur. Et toute volonté de faire d’avantage souffrir les banquiers d’investissement au cours de l’automne et de l’hiver dernier aurait fait peser un risque trop important sur l’ensemble des plans de sauvetage. Ainsi que l’a formulé Don Kohn, vice-président de la Fed, s’assurer que quelques milliers de banquiers reçoivent leur juste punition financière est irrecevable si cela implique de mettre en danger les emplois de millions d’Américains et de dizaines de millions d’hommes et de femmes partout dans le monde. Le plan de relance de l’administration Obama a aussi considérablement aidé l’économie. Même si il est difficile de déterminer quels seront les effets de la baisse des impôts, l’aide aux états a permis de sauver des emplois ; et les fonds publics versés en faveur d’un grand nombre de projets utiles devraient relancer la production et l’emploi de la même manière que la consommation relance la production et l’emploi. Et le coût de l’alourdissement de la dette est extraordinairement bas : 12 milliards de dollars par an de taxes supplémentaires seraient suffisants pour financer le plan de relance aux taux d’intérêts actuels. Pour ce prix, les contribuables américains bénéficieront d’1 billion de dollars supplémentaires en biens et en services, avec un marché du travail de quelques 10 millions d’emplois par an.

Une des seules critiques que l’on puisse faire sur la politique budgétaire depuis ces 14 derniers mois n’est pas le fait qu’elle ait contribué à alourdir la dette tout en récompensant les princes de Wall Street, mais plutôt qu’elle ait été si modeste. Nous aurions du faire plus. Et pourtant ces politiques sont aujourd’hui politiquement perdantes : personne n’encourage plus la relance économique.

C’est assez étrange car généralement lorsque quelque chose fonctionne, l’instinct naturel est de le répéter. Les bonnes politiques qui relancent la production et l’emploi sans entrainer d’inflation ne devraient-elles pas être politiquement populaires ?

En ce qui concerne le plan de relance d’Obama, il me semble que la droite américaine a démontré une profonde malhonnêteté politique et intellectuelle que la presse refuse de reconnaitre.

Pendant deux cent cinquante ans, les économistes ont cru que les dépenses d’une économie augmentaient lorsque des groupes de personnes décidaient de dépenser plus. Parfois, les dépenses augmentent parce qu’il y a plus de liquidités disponibles dans l’économie, et parfois parce que des changements de trajectoires – le coût induit par le choix de renoncer à telle ou telle action telle que l’épargne, par exemple – donnent envie de dépenser cet argent rendu plus facilement accessible. Parfois, et jusqu’à un certain point, ces augmentations se traduisent par une hausse des prix et parfois, et jusqu’à un certain point, par une augmentation de la production et des emplois.

Mais, quels qu’en soient les causes ou les effets, les dépenses augmentent toujours lorsque des groupes décident de dépenser plus – et les raisons pour lesquelles un gouvernement décide d’augmenter les dépenses sont aussi bonnes que celles de n’importe quel autre individu. Elles sont aussi bonnes que celles des sociétés de crédit immobilier et des nouveaux acheteurs qui ont dépensé plus dans l’achat d’une nouvelle maison lors de la bulle immobilière des années 2000 ou celles des princes de la Silicon Valley qui eux aussi ont dépensé plus en créant de nouvelles sociétés à l’occasion de la bulle internet de la fin des années 90.

Les opposants républicains d’Obama, qui prétendent que le plan de relance budgétaire ne peut fonctionner, s’appuient sur des arguments qui sont au mieux incohérents et généralement tout simplement erronés, pour ne pas dire mensongers. Il faut se souvenir qu’en 1993, lorsque l’administration Clinton, après analyse, avait résolu de resserrer les budgets et de réduire les déficits, les républicains avaient alors prétendu que cela aussi détruirait l’économie.

De telles affirmations étaient aussi fausses à l’époque qu’elles ne le sont aujourd’hui. Mais combien d’articles de presse en font l’analyse, même de manière superficielle ?

L’argument un peu plus solide consiste à dire que le plan de sauvetage booste effectivement l’emploi et la production, mais pour un coût trop important à long terme car il entraine un fort alourdissement de la dette nationale américaine. Si les taux d’intérêts des titres du Trésor américain étaient élevés, avec une croissance élevée et concomitante à celle de la dette, je serais d’accord. Mais les taux d’intérêt des titres du Trésor américain sont bas et n’augmentent pas. Chaque vente aux enchères du Trésor, au cours desquelles le marché gobe au prix fort d’énormes tranches de la dette du Trésor américain, invalide l’argument selon lequel l’économie est trop endettée.

Ceux qui prétendent que l’Amérique a un problème d’endettement, et qu’un tel problème ne peut être résolu par un accroissement de cet endettement, ignorent (parfois de façon délibérée) que depuis le début de la crise financière, l’endettement privé et celui du Trésor américain sont deux choses biens différentes, évoluant dans des directions différentes et se comportant de façon différentes. Ce que dit le marché n’est pas que l’économie est trop endettée mais que l’endettement privé est trop élevé, ce qui explique que les obligations des sociétés soient basses et que les entreprises estiment que l’argent est trop cher. Le marché dit aussi, de façon aussi claire que répétée, que l’endettement public de l’état américain est trop faible, ce qui explique pourquoi tous veulent le maintenir.

Traduit de l’américain par Frédérique Destribats

* Professeur en sciences économiques à l’université de Californie à Berkeley et chercheur associé au sein du Bureau National de Recherche Economique.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...