RSS

13e Maghreb des livres des 6 et 7 février à Paris

9 février 2010

LITTERATURE

13e Maghreb des livres des 6 et 7 février à Paris dans LITTERATURE logo3

Culture : 13e Maghreb des livres des 6 et 7 février à Paris

Une affluence record : 5 600 visiteurs pour la seule journée de samedi ! «C’est plus que le nombre total, sur deux journées, de visiteurs que nous avons reçus jusque-là lors des éditions précédentes du Salon» a déclaré, au Soir d’Algérie, Georges Morin, président de Coup de Soleil, initiateur et organisateur du Maghreb du Livre.

Echanges vifs et justes colères
Colère de Djamila Benhabib, auteur de l’excellent ouvrage Ma vie à contre coran, qui a vivement réagi à deux reprises au cours de la rencontre du café littéraire consacré au thème «Islam(s)» et où elle intervenait aux côtés de Paul Balta, de l’imam Tarek Oubrou et du journaliste documentariste Ben Salama. A Paul Balta, dont l’intervention était intitulée «Les idées reçues sur l’Islam» et au cours de laquelle il a essentiellement énuméré à la «Prévert» les découvertes de l’Islam» qui ont en fait une grande civilisation arabo-islamique, la jeune auteure a vivement répondu : «On est détenteur d’une grande civilisation mais qu’en a-t-on fait ? Tarek Oubrou, auteur de Profession Imam chez Albin Michel et dont l’intervention se voulait convaincre d’un islam modéré mais qui, sur la question de la polygamie, s’est dit personnellement contre mais en même temps contre son interdiction par des textes lorsqu’il a été acculé , s’est vu rétorquer par Benhabib : «Vous êtes très sympathique et au demeurant tout à fait charmant mais comment, demain, sans textes de loi et face à d’autres imams que vous, cette polygamie dont vous dites être contre, ne va-elle pas être brandie comme faisant partie du texte sacré et donc applicable ?
Khedidja Baba-Ahmed

Prix littéraire Beur FM Méditerranée 2010 décerné à Ahmed Kelouaz
Le prix littéraire Beur FM attribué à l’occasion de chaque édition du Maghreb des livres a été décerné cette année à Ahmed Kelouaz pour son ouvrage Avec tes mains aux éditions La Brune au Rouergues. L’auteur y évoque un homme, son père, «dur à la tâche comme en affection», «dont le parcours singulier ressemble à des milliers d’autres immigrés maghrébins en France» et dont la dernière volonté fut d’être enterré au pays, loin des siens». Etaient nominés pour ce prix : l’Arabe de Antoine Audouard (éditions de l’Olivier), Un moment d’oubli de Abdelkader Djemaï aux éditions du Seuil ; Les nouvelles de Korade Tassadit Imache aux éditions Actes Sud, Confidences à Allah de Saphia Azzedine aux éditions Léo Sheer, Le club des optimistes de Jean-Michel Guenassia aux éditions Albin Michel et enfin Rêve d’envol de Yayat El-Yamani aux éditions Anne Carrière.
K. B.-A.

Durée trop courte du Salon, pour autant de débats
Même d’inégal niveau, les interventions, qui se sont déroulées tout au long des deux journées, ne manquaient pas d’intérêt. A regretter cependant le nombre impressionnant de débats simultanés qui n’ont pu permettre de profiter pleinement de tous les échanges.
K. B.-A.

Bertrand Delanoë souhaiterait redomicilier le Salon à l’Hôtel de ville
Le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, est venu dimanche matin faire un tour au Salon . Exprimant son attachement au Maghreb des livres qui se tenait jusque-là dans les locaux de l’Hôtel de ville, Bertand Delanoë a déclaré : «Il faut que ça revienne à l’hôtel de ville, quant les travaux de sécurité seront achevés.» Jacques Toubon, présent lors de cette visite, ancien ministre de la Culture et actuel président de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration qui abritait pour la première fois cette manifestation n’a manifestement pas vu d’un bon œil cet éventuel retour à la mairie de Paris. Il y a en effet de quoi : le Maghreb des livres a drainé un nombre considérable de visiteurs, dont la plupart n’ont jamais mis le pied dans la Cité de l’immigration et c’était là une belle promotion pour l’institution de Toubon qui avait fait, lors de sa création, couler beaucoup d’encre et dont l’inauguration avait été boycottée par plusieurs hommes de culture.
K. B.-A.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/02/09/article.php?sid=95459&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...