RSS

Tassadit Yacine chez les siens

7 février 2010

Non classé

Tassadit Yacine chez les siens

Tassadit Yacine chez les siens« Un peuple qui ne connaît pas son histoire et sa culture, est en quelque sorte un peuple handicapé et qui vit dans une amnésie totale ». C’est ainsi que peut se résumer le combat de Tassadit pour la consolidation de l’identité des berbères, ressusciter et sauver de l’oubli leur patrimoine culturel. Elle est celle qui a le plus contribué à faire connaître la société kabyle à travers le monde.

Qui est donc Tassadit Yacine? 

Née en 1949 dans un hameau (Aârkuv) de Petite Kabylie, dans la commune de Boudjellil, elle a perdu à l’âge de 6 ans son père, mort au combat contre l’armée française. Malheureusement, et malgré toutes nos recherches, il n’y a rien sur le parcours de Tassadit (Sauf qu’elle aurait fait à sa toute première classe, l’école coranique de Boudjellil). A la Sorbonne où elle fut doctorante, sa thèse a porté sur « La production culturelle et les agents de production en Afrique du nord et au Sahara ». Remarquez qu’elle ne dit jamais Maghreb, mais Afrique du nord. Elle s’est fixée comme mission de promouvoir et valoriser la langue et la culture Berbères, marginalisées dans leur pays d’origine. Elle a permis d’entrevoir la complexité, et surtout la richesse d’une société toujours en quête de son identité, s’inspirant de l’adage kabyle: « Même si tu ne sais pas où tu vas, n’oublie jamais d’où tu viens ».

Elle est donc anthropologue spécialiste du monde berbère. Plus encore, son talent lui a valu d’être enseignante-chercheur et maître de conférence à l’Ecole des Hautes  Études en Sciences Sociales (l’EHESS), ainsi qu’au Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Paris (LASP). Femme infatigable quand il s’agit de travailler à faire connaître sa Kabylie, elle dirige aussi la revue d’études berbères « Awal » (la parole), qu’elle a fondé en 1985 avec le regretté Mouloud Mammeri, avec l’appui de l’éminent  sociologue Pierre Bourdieu. Ce qui fait de Tassadit une femme engagée, dans la réappropriation de notre identité et de notre culture originelle. Par ses différents travaux elle lutte contre l’amnésie, elle élargit nos connaissances sur notre passé et nos multiples racines, pourtant société sans écriture. La Kabylie doit être fière de Yacine, plus que ça, elle doit lui être reconnaissante.

A propos des contes kabyles transmis oralement de génération en génération, et qu’heureusement Lacoste-Dujardin, Taos Amrouche, Mammeri, Yacouben et d’autres ont sauvé de l’oubli, elle écrivait : « A travers ces contes kabyles s’enseignait la politique, et toute une vision du monde enracinée dans un fond culturel ancien ». Pour Tassadit, l’oralité de la société kabyle a constitué un mode de résistance à toutes les dominations politiques et culturelles, que la région ait connu. Pour dire que l’oralité a aussi ses avantages, on peut brûler les livres, vous empêcher de lire, mais ce qu’il y a dans la tête personne ne peut vous l’enlever.

L’œuvre de Tassadit est grande :

-  « Poésie Berbère et identité »: dans cet écrit elle révèle au public le poète méconnu, illettré qu’était Qasi Udifella, né en 1898 et mort en 1950. Elle conforte ainsi l’idée, que la littérature sans écriture de la société Berbère est d’une qualité indéniable. Tassadit a recueilli et immortalisé les poèmes de Qasi, plus de 2300 vers traduit et transcrit, c’est du travail.

- « L’Izli ou l’Amour chanté en Kabyle »: Izlan (pluriel d’Izli) sont les vers silencieux avec lesquels les femmes exprimaient leurs frustrations. Dans ce recueil elle montre la place de l’amour dans la société kabyle, traité souvent avec des métaphores, des allusions. Exception faite de Si M’Hend U Mhend, qui lui a brisé tous les tabous.

- « Les voleurs de feu »: elle tente de nous replonger dans la Kabylie du XIX siècle, place de l’homme et de la femme dans la poésie, mythes et légendes.

- « Si tu m’aimes guéris-moi »: c’est une étude des affects (état affectif, sentiments) en Kabylie, fruit de plusieurs années de recherche sur les traditions des berbères d’Algérie. 

- « Chacal ou la ruse des dominés »: on y découvre le malaise des intellectuels algériens, qui pour la plus part se sont identifiés aux pouvoirs, jusqu’à arriver à le couvre eux même. Et puis il y a bien d’autres: « Aït Menguelet chante », « Cherif Kheddam ou l’amour de l’art », « Jean Amrouche l’éternel exilé, choix de textes », « Piège ou le combat d’une femme algérienne », « Amour fantasmes et sociétés en Afrique du nord ».

Tassadit c’est aussi des prises de position courageuses, c’est un engagement politique. Elle  signe toujours les pétitions, pour dénoncer ou condamner les dérives du pouvoir algérien.

En 1987, elle a provoqué un entretien avec Kateb Yacine (paru dans la revue Awal n°9), juste pour l’entendre dire certaines vérités, qui sont les siennes aussi. Les propos de celui qui avait déclaré « Je ne suis ni Arabe ni Musulman », n’ont jamais été aussi virulents à l’égard de l’arabo-islamisme. Il a posé une question fondamentale: « comment ce pays, ce sous-continent (Afrique du nord) ait pu être dirigé par une femme, et comment se fait-il que la femme en soit là aujourd’hui? Ce n’est pas difficile: c’est l’Arabo-islamisme qui a abouti à l’asservissement et à la dégradation de la femme chez nous ». « L’aliénation vient de la religion… », « La méconnaissance de son histoire est un complexe d’infériorité »,  « Ldjazaïr ne peut pas être le nom de notre patrie, ce sont les Arabes qui l’ont appelé ainsi. Mais un jour, elle retrouvera son véritable nom ».

Tassadit a toujours été à l’écoute des siens, très sensibles à ce qui se passe en Kabylie.
En 2001 après les événements du printemps noir, elle s’est confiée au journal « Libération » dont voici quelques extraits: « Comme le colonialisme, Alger s’applique à diviser pour dominer avec un cynisme outrancier, violant toute dignité humaine », « Le pouvoir sème ainsi les germes d’une guerre fratricide, celle-là même que les colons ont déjà pratiqué et qui s’est traduit par un effet désastreux », « Les gendarmes d’une république démocratique et populaire » pratiquent le racket, violent et achèvent des blessés dans les hôpitaux, sans que les instances du pays ne réagissent », « Les manifestants ont été traités lors de la marche du 14 juin 2001 de hordes sauvages, de vandales et de « Kabyles » par une police « civilisée », qui au même moment sert de paravent à des vendeurs de drogue, à des repentis islamistes qui s’en prennent à ceux là-même, qui tentent de sortir le pays du marasme. ».

Concernant l’islamisme elle a déclaré « Comment explique à l’opinion internationale que l’islamisme était le fait du pouvoir. Devant l’impossibilité de combattre ouvertement une opposition démocratique, au lendemain des émeutes de 88, il fallait lui opposer une autre, l’islamisme radical alors largement encouragé et entretenu par ce même pouvoir. »

Il était donc temps que sa région natale lui rende hommage. C’est fait, depuis le début du mois de juin 2009. D’abord le 3, elle fut accueillie à Boudjellil par l’association Assirem (association pour la promotion de la femme), pour une journée d’étude sur le « Patrimoine et culture de la région», suite à une  découverte d’un nouveau manuscrit en langue berbère dans le village. Ont collaboré à cette journée, le Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Paris et l’association Gemimab de l’université de Béjaia. Notons la présence de plusieurs éminentes personnalités aux côtés de Tassadit. Nous citerons Alain Joxe (directeur d’études à l’ EHESS), Sonia Dayan (professeur à l’université Paris VII), Mustapha Tidjet (linguiste berbère), Jean-Pierre Faguer (sociologue au CNRS), Djamil Aissani (mathématicien, directeur de recherche). Durant la journée a eu lieu, une exposition de tous les manuscrits anciens découverts en basse kabylie. De son côté Tassadit va parrainer une bibliothèque de la ville, qui sera doté d’un fonds documentaire berbère y compris ses collections personnelles et celles des Amrouche.

Le 4 juin se fut au tour de la maison de la culture Taos Amrouche, et l’association « Gehimab » de l’université de Béjaia, d’accueillir la grande dame, pour animer un café littéraire. Une jeune poétesse de 15 ans est venue lire des poèmes, ce qui a fort ému Tassadit et tous les autres. Un hommage grandiose de toute la Kabylie c’est pour quand ?

Par Mus

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...