RSS

Pas comme cet arbitre béninois Codjia -Un arbitre implore un gardien de stopper un penalty

5 février 2010

Non classé

Un arbitre implore un gardien de stopper un penalty

                    L’arbitre du match du championnat de Belgique ayant opposé, samedi, La Gantoise et Tubize, a imploré le gardien de cette équipe de stopper un penalty après s’être rendu compte qu’il n’aurait pas dû le siffler,

selon des journaux belges, citant le gardien tubizien. «Après avoir sifflé le penalty, l’arbitre m’a dit : «Sauve-moi, arrête-le !», a expliqué le gardien de but. «Je confirme qu’il m’a imploré d’arrêter le penalty. C’est la toute première fois de ma carrière que je suis confronté à pareille situation», a-t-il encore dit à plusieurs journaux belges. Mais le but fut inscrit et scella la défaite (2-0) de Tubize. Les images télévisées montrent qu’après avoir sifflé la faute, inexistante, l’arbitre marque un moment d’hésitation puis s’en va parler au gardien de but. «J’ai simplement encouragé le gardien à réparer ma faute. Rien d’autre. Il m’a peut-être mal compris», a expliqué l’arbitre à un quotidien. «Après avoir visionné les images à la télévision, j’admets qu’il n’y avait pas faute. Et donc pas de penalty. Mais sur la pelouse mon impression était différente», a encore reconnu le referee.

10 mars 2009

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

5 Réponses à “Pas comme cet arbitre béninois Codjia -Un arbitre implore un gardien de stopper un penalty”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Description :
    L’arbitre du match du Championnat de Belgique entre La Gantoise et Tubize aurait imploré le gardien de cette équipe de stopper un penalty après s’être rendu compte qu’il n’aurait pas dû le siffler.

    Vidéo ajoutée le : 09-03-2009 12:24:16
    Catégories : Sport
    Mots-clés : football belgique penalty gardien

    Langue : Français
    Lieu de tournage : n/a

    Adresse de la vidéo : http://videos.nouvelobs.com/video/iLyROoafJqNF.html

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Mon bébé, Justin, me manque beaucoup

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Belgique : Un arbitre implore un gardien de stopper un penalty
    SportWeek

    SportWeek

    L’arbitre du match du championnat de Belgique entre La Gantoise et Tubize aurait imploré samedi le gardien de cette équipe de stopper un penalty après s’être rendu compte qu’il n’aurait pas dû le siffler.

    « Après avoir sifflé le penalty, l’arbitre m’a dit « sauve-moi, arrête-le! »", a expliqué le gardien de but français, Nicolas Ardouin. « Je confirme qu’il m’a imploré d’arrêter le penalty. C’est la toute première fois de ma carrière que je suis confronté à pareille situation », a-t-il encore dit à plusieurs journaux belges. Mais le but fut inscrit et scella la défaite (2-0) de Tubize.

    Les images télévisées montrent qu’après avoir sifflé la faute, inexistante, d’Ardouin sur l’attaquant gantois Mbaye Leye, l’arbitre marque un moment d’hésitation puis s’en va parler à Nicolas Ardouin. « J’ai simplement encouragé le gardien à réparer sa faute. Rien d’autre. Il m’a peut-être mal compris », a expliqué au journal Le Soir l’arbitre, Peter Vervecken, un néerlandophone.

    « Après avoir visionné les images à la télévision, j’admets qu’il n’y avait pas faute (l’attaquant gantois le reconnaîtra également, ndlr). Et donc pas de penalty. Mais sur la pelouse mon impression était différente », a encore reconnu Peter Vervecken. « Chacun a clairement vu l’arbitre hésiter avant de se rendre au point de penalty et les propos qu’il a tenus à notre joueur ne font que confirmer le désarroi dans lequel il se trouvait. Je me demande si nous n’allons pas introduire une réclamation », a expliqué un dirigeant du FC Tubize.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Mon bébé, Justin, me manque beaucoup

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Quand l’arbitre implore un gardien !

    09/03/2009 | Mise à jour : 12:21 | Ajouter à ma sélection

    Selon la presse belge, l’arbitre du match entre La Gantoise et Tubize aurait imploré le gardien de Tubize, le Français Nicolas Ardouin, de stopper un pénalty. Monsieur Peter Vervecken estimait alors avoir commis une erreur en sifflant le penalty en faveur de La Gantoise. «Après avoir sifflé le penalty, l’arbitre m’a dit “sauve-moi, arrête-le ! » Je confirme qu’il m’a imploré d’arrêter le penalty. C’est la toute première fois de ma carrière que je suis confronté à pareille situation», a notamment confié Ardouin dans Le Soir.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Mon bébé, Justin, me manque beaucoup

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Histoires vraies
    La Rivière de Boue (6e partie et fin)

    Il est surpris, car il pensait que le choc l’avait fait se bloquer définitivement. Intrigué, il reprend la pierre qui l’avait frappé, un gros caillou de couleur jaune et il l’approche de l’instrument. Instantanément l’aiguille se met à s’affoler et, lorsqu’il pose la pierre contre l’appareil, elle se bloque de nouveau à l’autre bout du cadran.Suite…
    Fébrilement il remonte la pente. Il n’ose pas encore comprendre ce qui vient de se produire. Mais si ! Le scintillomètre n’est en aucune manière endommagé. A mesure qu’il monte, l’aiguille monte également. Lorsqu’il arrive en haut de l’éboulis, il se trouve en face d’une cavité naturelle, une sorte de long couloir, dont les parois sont faites de pierres de couleur jaune, de cette teinte tirant sur le marron qui est celle de la pechblende. L’aiguille du scintillomètre est de nouveau bloquée au maximum et les parois de la cavité s’étendent à perte de vue. Il a découvert une gigantesque mine d’uranium !
    Effectivement Vernon Pick a découvert la plus grande mine d’uranium connue à ce jour. Normalement, il n’avait pas les provisions suffisantes pour rentrer à Hanksville. Mais les forces morales l’emportent de loin sur les forces physiques. L’enthousiasme de sa découverte lui donne des ailes et il arrive à l’hôtel du vieux Billy presque en bonne forme.
    La suite ressemble à un conte de fées. Il se rend à Cedar City, la ville la plus proche, d’où dépend la région de la Rivière de Boue. Il a deux démarches à faire : d’abord enregistrer sa concession. Aux Etats-Unis, la terre appartient à celui qui l’occupe le premier. Or personne n’est jamais allé jusqu’à cet éboulis. Pour un dollar, Vernon Pick en devient propriétaire. Ensuite, il se rend à un cabinet de géologue, car il y en a un à Cedar City qui s’est ouvert pour les prospecteurs. Là, il apporte un gros caillou jaune, celui précisément qui a frappé son scintillomètre. La réponse lui parvient trois jours plus tard : il s’agit de pechblende radioactive à 3,5%. C’est le plus riche minerai d’uranium jamais découvert dans le monde.
    A partir de là, le conte de fées s’est poursuivi. Vernon Pick a vendu sa mine en octobre 1954 au banquier Floyd Olum, pour la somme astronomique de 10 millions de dollars. Et le plus extraordinaire, c’est que peu de temps après on lui aurait acheté sa découverte pour un prix bien inférieur, presque dérisoire. En effet, d’autres filons ayant été découverts, on est vite arrivé à une situation de surproduction d’uranium et, en 1967, la mine de la Rivière de Boue a été abandonnée, devenue trop peu rentable.
    Mais cela, Vernon Pick s’en moquait bien ! Il était riche. Lui qui avait construit sa première maison de ses mains vivait dans une villa de rêve en Floride et il était peut-être plus célèbre encore. Son histoire avait fait le tour du pays, il était devenu l’exemple même du héros américain. Et aujourd’hui, s’il est oublié avec le temps, aux dernières nouvelles, il est toujours en vie. Quand on a résisté aux scorpions de l’Utah et à l’arsenic de la Rivière de Boue, on est bâti pour devenir centenaire !

    D’après Pierre Bellemare

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Mon bébé, Justin, me manque beaucoup

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Une équipe de foot où tout le monde porte le même nom…

    l Les membres de la De Feo Team portent tous le même patronyme. Une particularité qui pourrait leur valoir d’être classés dans le Guinness des records. «De Feo centre au premier poteau pour De Feo, qui dévie de la tête pour De Feo…et but de De Feo !» Imaginez-vous en train d’écouter ces commentaires à la radio…Il y aurait de quoi rester perplexe. Et pourtant, il ne s’agirait pas du même joueur-à-tout-faire, un genre de super-messie par exemple, mais bien d’une équipe dont tous les joueurs porteraient le même nom. Et bien, cette équipe existe. La dénommée «De Feo Team» est née à Serino, en Campanie (Italie), sous l’impulsion de Maurizio De Feo, 44 ans, ancien joueur de Serie A. Les joueurs, l’entraîneur, le médecin et même les douze sponsors du club amateur portent le même nom que son fondateur. Ce dernier espère d’ailleurs que cette particularité lui vaudra de figurer, un jour, dans le Guinness des records. Pour ajouter au folklore, le terrain où joue l’équipe se situe dans la rue Raffaele De Feo. De quoi vous coller une sacrée migraine les jours de match, à force d’entendre De Feo, par-ci, De Feo par-là…D’autant plus que ce nom est apparemment très répandu dans la région, à en croire le président du club, dont on taira le nom, par crainte d’overdose. Ce nom de famille est aussi commun dans cette région que Dupont en France ou Jones au Pays de Galles.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Mon bébé, Justin, me manque beaucoup

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...