RSS

LE MONDE RÊVÉ DE SAFIA KETOU Cette planète qu’elle voudrait mauve

1 février 2010

1.POESIE

 LE MONDE RÊVÉ DE SAFIA KETOU Cette planète qu’elle voudrait mauve dans 1.POESIE logo3

Culture : LE MONDE RÊVÉ DE SAFIA KETOU
Cette planète qu’elle voudrait mauve

Il y a plus de vingt ans disparaissait tragiquement l’une des toutes premières poétesses algériennes qui a su faire de ses mots des étincelles dans une planète qu’elle voudrait mauve.


Encore une commémoration qui passe inaperçue, celle de la mort tragique de Safia Ketou survenue un 29 janvier, sur le boulevard de Télemly, une promenade sans retour, une mort qui comme toutes les morts tragiques, restent absurdes et incompréhensibles. Safia Ketou était née Rabhi Zohra, prenant pour son pseudonyme le prénom de sa mère et l’ancien nom de Aïn-Sefra, connue pour son recueil de poésies Amie cithare publié aux éditions Naaman, Sherbrooke en 1979, ainsi que pour La Planète mauve et autres nouvelles disparue le 29 janvier 1986. Elle reste l’une des pionnières des lettres algériennes féminines. Née le 15 novembre 1944 à Aïn-Sefra, Safia Ketou avait enseigné de 1962 à 1969 dans sa ville natale, avant de regagner Alger pour occuper un poste au ministère de l’Enseignement. Elle opta à la suite pour une autre carrière, celle de critique d’art et journaliste, et fit ses premiers pas à l’APS (Algérie presse service) avant de rejoindre les rédactions notamment de l’Horizon, Afrique-Asie et Algérie actualité. Safia Ketou s’était intéressée à Isabelle Eberhardht et aux écrits de cette dernière avant de se mettre à écrire, d’abord de la poésie, écriture émotionnelle qui raconte les misères du monde, les désespoirs mais aussi l’envie d’un monde meilleur, une paix durable et une justice équitable. Safia Ketou s’en est allée un jour d’hiver, préférant la mort à la vie emportant avec elle ses raisons et ses peines aussi. Or, c’est déplorable qu’aujourd’hui encore, ses œuvres ne sont pas rééditées afin d’offrir à ceux qui ne la connaissent pas un pan de cette écriture romanesque certes, mais ô combien réaliste, ancrée dans un quotidien des plus difficiles, et au bout le désespoir pour une femme fragile ou fragilisé par la vie. Or, le destin des poètes semblent toujours lié à la damnation, à la souffrance, eux qui semblent plus prêt des âmes peinées comme l’était Safia Ketou. Toutefois, il est intéressant de rappeler que Safia Ketou avec sa planète mauve était le premier écrivain algérien à avoir écrit des récits de science-fiction. L’ensemble des nouvelles est conçu comme une structure ambivalente : le vécu et le fantastique telles les nouvelles Symphotérapie ou encore Lune en flammes et Vika. La poétesse et nouvelliste était membre de l’Union des écrivains algériens.
Nassira Belloula

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/02/01/article.php?sid=95060&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...