RSS

Ce n’est que pour arracher le sourire à mes frères algériens

31 janvier 2010

Non classé

 

 

[Bouillon de culture] Commentaire sur : « Chrono CAN « 

 

Dimanche 31 Janvier 2010 20h47mn 04s

 

Auteur     : Omar l’altitude (IP: 86.203.129.15 , APlessis-Bouchard-153-1-74-15.w86-203.abo.wanadoo.fr)
E-mail     : omar20@wanadoo.fr
Commentaire:
Je prie tous les chrétiens de toute la planète de me pardonner ces digressions. Ma propre religion, l’Islam, m’interdit de vous entretenir de votre religion de peur que vous ne dénigriez la mienne. Encore une
fois, je vous supplie de ne pas voir d’insultes là où je ne veux
qu’arracher un pauvre sourire à mes frères Algériens, aujourd’hui
meurtris par un arbitrage honteux.



Les Evangiles selon Omar l’altitude.

Livre cinq – La passion et la résurrection de Jésus.

L’arrestation de Jésus et le reniement de Pierre.

«
Et aussitôt, comme les Algériens jouaient encore, survient l’arbitre béninois Koffi Codjia,l’un des Douzes, et armés de glaives et de bâtons, venant de la part des grands prêtres, des scribes et des anciens. Or, le traître leur avait donné ce signe convenu : Celui à qui je donnerai un baiser, c’est lui ; arrêtez-le et emmenez-le sous bonne  garde. Il s’approcha de Saadane en lui disant : Ya Saadane, et les autres mirent la main sur lui et l’arrêtèrent. Chaouchi, dégainant son ballon, frappa le serviteur du Grand Prêtre à l’oreille.

S’adressant à eux, Saadane leur dit : Suis-je un brigand, que vous vous soyez mis en campagne avec des glaives et des bâtons pour me priver de la finale de la Can ?

Or, les Grands Prêtres de la Caf cherchaient un témoignage pour crucifier Saadane : Nous avons, dirent-ils, entendu que tu comptais gagner la coupe d’afrique des Nations à la force du poignet et au talent de tes équipiers.

Saadane répondit : Oui je l’ai dit !… et j’ai également dit que l’arbitre Koffi Codjia, reniera les Algériens trois fois avant même qu’il n’ait sifflé deux fois.

C’est ainsi que nous vîmes l’indignité se lire sur le visage des Pharaons et que nous vîmes trois joueurs Algériens sur la Croix.

Omar l’altitude.

Voir tous les commentaires sur cet article:
http://nadorculture.unblog.fr/2010/01/21/chrono-can/#comments

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

6 Réponses à “Ce n’est que pour arracher le sourire à mes frères algériens”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Hubert Velud (entraîneur du Togo) : «Je demande à Raouraoua d’intervenir pour lever la sanction»

    PUBLIE LE : 02-02-2010 | 00:00 | PAR Lyes F.

    «J’attends de sévères sanctions à l’encontre de l’Egypte. Et si ce n’est pas le cas, on peut parler d’un crime contre le sport en général et du football en particulier»

    C’est un Velud très frustré que nous avons joint hier au téléphone pour nous donner son avis sur la sanction infligée par la CAF à l’équipe togolaise. Une sanction, rappelons-le, qui privera sa sélection des deux prochaines éditions de la CAN. L’entraîneur français dont l’équipe a été victime d’une fusillade à Cabinda dit que l’instance de Hayatou use des deux poids deux mesures dans la gestion des affaires dans le continent africain.

    *
    Comment avez-vous accueilli la nouvelle de la sanction infligée à la sélection togolaise ?
    Permettez-moi d’abord de parler de la rencontre de votre équipe nationale contre l’Egypte. Tout n’était pas normal dans ce match.
    *
    Comment ça ?
    J’ai suivi le match du début à la fin, et j’ai vu que l’arbitre a commis des erreurs impardonnables à ce niveau de la compétition. Certaines décisions ont complètement brisé l’équipe d’Algérie, à savoir l’expulsion du défenseur axial et le penalty sévère accordé à l’équipe adverse. Cela a joué sur le moral des camarades de Ziani. L’arbitre devait appliquer la loi dans son intégralité et laisser les sentiments de côté.
    *
    Pour vous, c’est l’arbitre qui a éliminé l’Algérie ?
    Il n’est pas responsable à 100 %, car même les joueurs avaient un rôle à jouer. J’aurais souhaité qu’ils gardent leur sang-froid et gérer calmement le match comme ils l’ont fait lors des éliminatoires. Mais ils ont choisi un autre moyen, à savoir l’énervement, ce qu’ils ont payé cher en commettant beaucoup d’erreurs. Mais cela ne m’empêche pas de dire que l’arbitrage de Codjia a été catastrophique.
    *
    Mais tout le monde est unanime à dire que c’est l’arbitre qui a fait sortir nos joueurs de leur match…
    Ecoutez-moi bien, la rencontre Egypte-Algérie a mis à nu beaucoup de choses. Il y a un pouvoir occulte qui gère le football africain, et l’arbitrage de Codjia vient de le confirmer. N’importe quelle équipe à la place de l’Algérie se sentira lésée, mais cela ne peut justifier l’attitude des joueurs algériens qui se sont laissé prendre dans le jeu de leur adversaire. Pour les Egyptiens, en dépit de leur bon parcours, leur titre est entaché de doute.
    *
    Quel commentaire faites-vous sur le score de 4 à 0 de cette rencontre ?
    Ce n’est pas pour autant qu’on doit dire que l’équipe algérienne est faible, le résultat ne reflète pas forcément la physionomie du match. Beaucoup de paramètres extra sportifs ont influé sur ce match, on ne peut donc juger le niveau des deux équipes. L’Algérie a payé le prix de l’expulsion de trois de ses joueurs.
    *
    Pensez-vous que ces expulsions auront des conséquences sur l’équipe lors du Mondial ?
    Non, je ne le pense pas du moment que les données lors du Mondial seront complètement différentes de celles de la CAN même la qualité de l’arbitrage sera différente de celle qu’on a vu en Angola. A ce niveau, les erreurs des hommes en noir leur coûteront cher. Et c’est là que les Egyptiens découvriront le véritable niveau de l’équipe algérienne.
    *
    Parlons maintenant de la sanction que vous a infligée la CAF, à savoir l’interdiction de la participation aux deux prochaines éditions de la CAN…
    C’est un scandale. Une décision qui nous a choqués. Je me demande sur quelle logique on a pris une telle décision. Tout le monde sait que le moral des joueurs était à plat après avoir vu la mort à Cabinda. Il leur était impossible de jouer un match de football.
    *
    Vous semblez frustré de la CAF…
    Non pas de la CAF, mais de Hayatou car je me suis rendu compte qu’il est opportuniste et sert ses intérêts personnels au nom du football. Je suis plus frustré que vous ne pouvez l’imaginer. Issa Hayatou aurait dû prendre en considération les sentiments du peuple togolais avant que son instance prenne une telle décision. Hayatou a prouvé qu’il n’était pas à la hauteur pour gérer la CAF, il doit revoir sa copie. Je me suis rendu compte également que même s’il est Camerounais, il ne fait pas partie du continent africain auquel il fait beaucoup de mal.
    *
    Qu’attendez-vous exactement ?
    Le soutien des pays africains, car on ne peut se taire devant une telle sanction. En ma qualité de technicien à la tête du staff technique de l’équipe de Togo, je dirai que si l’on touche à une équipe de n’importe quel pays, c’est toucher à tous les pays du continent africain. Et en votre qualité de journalistes algériens, je vous demande d’adresser mon appel à Raouraoua, auquel je demande d’intervenir, à l’instar des Marocains et Tunisiens, pour mettre un terme à cette mascarade. Cette sanction affectera le moral des joueurs, puisqu’ils ne sont pas responsables de ce qui s’est passé à Cabinda.
    *
    Pourquoi n’avez-vous pas fait un recours auprès de la FIFA ?
    De quel recours vous voulez parler ? Si la FIFI a opté pour la politique du silence dans l’affaire de l’agression du bus de la délégation algérienne au Caire et qu’elle n’a pas encore tranché jusqu’à maintenant, comment voulez-vous qu’elle se penche sur notre cas ? J’attends à l’occasion de sévères sanctions à l’encontre de l’Egypte dans cette affaire. Et si ce n’est pas le cas, on peut parler d’un crime contre le sport en général et du football en particulier. C’est honteux d’opter pour la politique des deux poids deux mesures pour les peuples du même continent.
    *
    Vous attendez-vous à une réduction de la sanction ?
    Non, pas une réduction, mais l’enlèvement total de la sanction car l’équipe de Togo n’est pas responsable de ce qui s’est passé à Cabinda. Et la décision du retrait a été prise par les hautes autorités du pays. J’espère qu’on bénéficiera de la solidarité des autres pays qui devront même aller jusqu’à la menace du boycott des prochaines éditions de la CAN. On est des Africains, et si on ne se montre pas solidaires entre nous, on s’exposera à des manœuvres plus graves, car on ne sait pas qui sera la prochaine victime.
    Entretien réalisé par
    Lyes F.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/can-2010/actualites/hubert-velud-entraineur-du-togo-je-demande-a-raouraoua-dintervenir-pour-lever-la-sanction#ixzz0eMxYGRk3

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Adebayor : «Hayatou nous a trahis»

    PUBLIE LE : 02-02-2010 | 00:00 | PAR LE BUTEUR

    «Je suis curieux de savoir si Platini et Blatter vont cautionner cette décision»

    C’est en rentrant de son entraînement avec Manchester City, samedi après-midi, qu’Emmanuel Adebayor a appris que le Togo sera privé des deux prochaines CAN sur décision de la Confédération africaine de football (CAF). Joint par L’Équipe, le capitaine des Éperviers demande en termes très vifs le départ d’Issa Hayatou, le président camerounais de l’instance panafricaine qui a, selon le joueur, «totalement trahi» sa sélection. «M. Hayatou a beaucoup servi l’Afrique, a dit Adebayor, mais aujourd’hui, il doit dégager. Cette décision est monstrueuse. Hayatou a expliqué la sanction en raison “d’interférences gouvernementales“ ayant abouti au retrait de l’équipe de la CAN 2010, après le mitraillage de son bus (deux morts). «Ils se foutent de la gueule du monde, rétorque Adebayor. C’est notre chef de l’État (Faure Gnassingbé) qui nous a envoyés à la CAN pour défendre les couleurs de notre nation. Il a jugé que la menace entourant notre sélection n’était pas écartée et il nous a rappelés au pays. Nous, nous sommes seulement des ambassadeurs. Nous étions obligés de rentrer, et il n’y avait rien à y faire.» La décision de la CAF a également outré l’entraîneur français du Togo, Hubert Velud, qui en appelle aux instances internationales. «Je suis curieux de savoir si Platini et Blatter vont cautionner cette décision», a-t-il déclaré à L’Équipe.fr. «S’ils laissent passer ça, c’est la porte ouverte à un dysfonctionnement complet du foot. Je lance officiellement un appel aux instances internationales pour qu’elles réagissent.» La Fédération togolaise, qui aura aussi droit à son amende de 50 000 dollars, va interjeter appel. Selon L’Équipe, il ne serait pas étonnant que la sanction qui frappe le Togo soit réduite, voire annulée.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/can-2010/actualites/adebayor-hayatou-nous-a-trahis#ixzz0eMzF6hKY

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Le Roy : «L’Egypte vexée par son élimination en Coupe du monde face à l’Algérie»

    PUBLIE LE : 04-02-2010 | 09:48 | PAR In léquipe.fr

    «L’arbitrage n’a pas été exceptionnel en demi-finale»

    Claude Le Roy, grand spécialiste du football africain, dresse pour notre site le bilan de la CAN 2010, «beaucoup moins bonne» que les précédentes, selon lui. Premier volet : le troisième sacre consécutif de l’Egypte. «La compétition n’a pas été bonne. On a vu, en général, des moins bons matches à Cabinda et Luanda où les terrains étaient catastrophiques. Ça a été meilleur dans l’ensemble à Benguela et Lubango. Mais on n’a pas vu de très grandes rencontres. Il y a eu quelques fulgurances dans Côte d’Ivoire-Algérie (2-3), Cameroun-Egypte (1-3 a.p.) et Nigeria-Egypte (1-3). D’ailleurs, ce sont souvent les équipes battues qui ont produit la meilleure qualité de football. C’est vrai, c’est marrant, l’Egypte a souvent gagné en étant dépassée dans le jeu. Que les gens fassent des grandes analyses après les résultats, c’est toujours facile. Mais l’Egypte n’a pas maîtrisé son sujet comme elle l’a fait dans les autres Coupes d’Afrique des nations. Je ne pense pas que les Egyptiens étaient au-dessus du lot. La preuve, c’est que le Ghana aurait mérité de gagner la finale. On ne peut pas dire non plus que l’arbitrage a été exceptionnel en demi-finales contre l’Algérie (4-0). A chaque fois, ils ont su parfaitement utiliser les moments d’errements de l’adversaire. Ça a été le cas contre le Cameroun (victoire en quarts de finale 3-1 ap), avec trois énormes erreurs individuelles inhabituelles des Lions indomptables. Mais en qualité de jeu, c’était de très loin la meilleure performance du Cameroun. Les Egyptiens ont voulu montrer à toute l’Afrique que leur place était en Afrique du Sud, le 11 juin. Ils ont sûrement été vexés de cette élimination par l’Algérie (en barrages des qualifications pour la Coupe du monde). Et pourtant eux aussi avaient des circonstances atténuantes. Il leur manquait deux joueurs importants, Aboutrika et Zaki, qui, récemment, étaient à l’origine de beaucoup de leurs victoires. Mais quand on voit le match contre le Ghana (1-0), ils sont dangereux une fois en une heure et demie, donc on ne peut pas dire que ce soit le fait d’un champion qui domine son sujet. Selon moi, l’Egypte mérite d’être championne d’Afrique mais le Ghana aurait mérité de gagner la finale. Sur ce match, il n’y a même pas de discussion possible.»

    In léquipe.fr
    par Hugues Sionis

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/le-roy-l-egypte-vexee-par-son-elimination-en-coupe-du-monde-face-a-lalgerie#ixzz0eYayuLzo

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Zaher : «On sera tous derrière l’Algérie au Mondial»

    PUBLIE LE : 04-02-2010 | 00:00 | PAR A. K.

    «Je n’ai jamais provoqué les Algériens»

    Heureux de la consécration historique de la sélection des Pharaons en Angola, le premier responsable de la plus grande instance de football en Egypte parle de façon subtile de l’Equipe nationale algérienne en promettant même de soutenir les Verts durant le Mondial sud-africain. «Je pense que le dernier match entre l’Algérie et l’Egypte a arrangé beaucoup de choses par rapport aux précédentes confrontations, notamment celles des éliminatoires de la Coupe du monde. Maintenant pour espérer ouvrir une nouvelle page, on attend le Mondial sud-africain et afficher notre soutien à l’Algérie, tout en espérant qu’elle représente dignement le monde arabe durant ce grand évènement planétaire», dira Samir Zaher.

    «Je n’ai jamais provoqué les Algériens»
    Le président de la Fédération Egyptienne de Football, Samir Zaher, a par ailleurs démenti catégoriquement avoir tiré sur l’Algérie durant le tournoi en Angola, affirmant n’avoir évoqué ce match qu’après avoir confirmé que les deux équipes s’étaient qualifiées dans le dernier carré. «Je n’ai pas parlé de la sélection algérienne avant d’avoir confirmé que nous allions l’affronter en demi-finale. J’ai demandé aux médiats égyptiens de qualifier cette confrontation des retrouvailles entre frères. Je pense que tous les médiats ont adhéré à notre appel et que les déclarations ainsi que les écrits de nos responsables et nos journalistes ne sont pas sortis du cadre sportif.»

    «On n’a pas encore évoqué l’avenir de Shehata»
    En ce qui concerne les contacts dont fait l’objet Hassen Shehata pour driver l’une des deux sélections mondialistes, le Nigeria ou le Cameroun, Samir Zaher pense qu’il est encore prématuré d’en parler, dans la mesure où aucune sollicitation officielle n’est parvenue à son bureau. «On n’a eu aucun contact officiel de la part des fédérations de ces deux sélections au sujet de Shehata. On étudiera la question lors d’une réunion avec le technicien, si maintenant on reçoit une sollicitation officielle», dira Zaher qui pense que l’intérêt que portent ces deux sélections à Shehata est un honneur pour les techniciens arabes avant tout.
    A. K.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/zaher-on-sera-tous-derriere-lalgerie-au-mondial#ixzz0eYcMxMIb

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Bouzid : «Je suis à la disposition de Saâdane»

    PUBLIE LE : 04-02-2010 | 00:00 | PAR C. K.

    «Même si je n’étais pas avec eux sur place, je peux vous confirmer que j’ai vécu tous les moments de l’Equipe nationale avec les tripes.»

    * Alors Ismaël, quelle sont vos nouvelles quoique sur le plan sportif tout semble bien marcher pour vous ?
    C’est vrai, je suis en train de vivre une belle expérience avec le Hearts of Midlothian. Je suis titulaire indiscutable. Je suis considéré comme un élément important dans l’échiquier de mon équipe. J’ai pris part à toutes les rencontres du championnat et j’ai même inscrit des buts décisifs avec mon équipe qui nous ont permis de récolter des points précieux. L’entraîneur est satisfait de mon rendement, les supporters aussi. C’est pourquoi je n’hésiterai pas à qualifier mon choix d’opter pour cette formation de Hearts de judicieux. C’est en tout cas une réussite pour moi.
    * Vos belles performances forcent l’admiration au point que certains évoquent votre éventuel renfort en sélection en prévision de la prochaine Coupe du monde. Un commentaire ?
    Revenir en Equipe nationale est mon objectif principal. C’est à cause de ça que j’ai consenti des sacrifices, comme mon départ pas très avantageux sur le plan financier de Turquie. J’ai remarqué que le championnat turc n’était pas assez médiatisé surtout que mes proches amis m’ont affirmé qu’ils éprouvaient beaucoup de difficultés à s’informer sur mes performances. Elles passaient presque inaperçues. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai demandé à mon agent de quitter ce championnat vers un pays où j’aurai plus de chances de m’illustrer.
    * Oui, mais le manager turc, Yeltcine, ne comprend toujours pas pourquoi vous avez quitté un grand club, le Galatasaray, pour atterrir dans une formation moyenne, Troyes ?
    Mon départ à Troyes n’était pas motivé par des raisons sportives. Des raisons plutôt familiales m’ont obligé à être près de ma famille. Juste après, je suis revenu en Turquie et j’ai signé à Ankara. Après une belle saison, j’ai reçu plusieurs offres en provenance des meilleures formations du championnat turc, mais pour les causes que je viens d’évoquer j’ai refusé de rester là-bas. Vous ne pouvez pas imaginer mon énorme désir de revenir en sélection. Si j’ai accepté de rallier le championnat écossais, c’est pour attirer l’attention des responsables de la FAF, sachant que la Scottish League était bien suivie en Algérie. Je précise que sur le plan financier, j’aurais pu gagner mieux ailleurs mais franchement, ce n’est pas si important par rapport à mon envie de porter de nouveau les couleurs de mon pays.
    * Si vous revenez en sélection et c’est ce qu’on vous souhaite, vous allez évoluer dans votre poste d’arrière droit, comme ce fut le cas sous la coupe de l’ancien coach national Cavalli…
    Effectivement avec Cavalli, j’étais souvent aligné sur le flanc droit de la défense. Il y avait un problème dans ce côté-là. Moi, en tout cas, je me mets à la disposition du coach Saâdane. Je suis prêt à jouer dans n’importe quel poste qu’il jugera utile. C’est d’ailleurs mon tempérament, j’ai déjà assumé le rôle de demi défensif avec mon ancien club, Galatasaray. En Ecosse, le coach me titularisait parfois comme arrière latéral lorsque l’un de mes coéquipiers était blessé ou suspendu et je le faisais sans gêne.
    * Avouez que votre poste de prédilection reste celui de défenseur central…
    Oui, je ne peux pas le nier. C’est dans ce poste-là que je me sens plus à l’aise. Sinon, comme je viens de le dire, je suis un joueur professionnel qui s’adapte à n’importe quelle stratégie de jeu. C’est pour vous dire que je suis disposé à assumer le rôle de défenseur de couloir aisément.
    * Pour terminer, pouvez-vous nous donner votre avis sur le rendement de la sélection nationale ?
    L’Equipe nationale a sorti de belles prestations. Même si je n’étais pas avec eux sur place, je peux vous confirmer que j’ai vécu tous les moments de l’Equipe nationale avec les tripes. Je tiens à les remercier pour tous les efforts qu’ils ont fournis dans cette CAN. Je salue aussi l’intelligence du coach Saâdane qui a su maintenir son groupe et le préserver pour décrocher une place dans le dernier carré. Ce qui reste pour l’Algérie une opération honorable.
    Entretien réalisé par
    C. K.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/bouzid-je-suis-a-la-disposition-de-saadane#ixzz0eYcwFYFK

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Benabdallah : «Il faut orienter Chaouchi, pas le critiquer»

    PUBLIE LE : 04-02-2010 | 09:05 | PAR Amine L.

    «Tout le monde est devenu technicien en Algérie»

    L’ancien gardien de but des Verts, Benabdallah Abdeslam, pense que les techniciens n’ont fait que critiquer à tort le gardien de but Chaouchi Faouzi qui, selon l’ancien portier du Mouloudia d’Oran, possède ses qualités et ses défauts tout comme les autres portiers qui se sont succédé dans la cage de l’Equipe nationale. Satisfait du parcours des coéquipiers de Ziani, Benabdallah Abdeslam estime que les résultats acquis par les Algériens sont le fruit d’un travail titanesque de plusieurs personnes, à leur tête le premier responsable du staff technique, Rabah Saâdane. «Personnellement, je suis très content du parcours de l’Equipe nationale qui a réalisé un bon parcours durant cette CAN en arrivant au dernier carré. Pour ce qui du match face à l’Egypte. Je pense que les efforts déployés face à la Côte d’Ivoire nous ont joué un vilain tour car on était incapables de tenir le coup physiquement du moment que c’est le même onze qui a été reconduit face aux Pharaons», dira d’emblée Benabdallah au sujet du parcours de l’EN.

    «Tout le monde est devenu technicien en Algérie»
    «Ce que je conçois mal ces derniers jours lorsque je suis les émissions sportives sur le petit écran ou à travers la presse écrite, c’est que n’importe qui décortique les résultats de l’Equipe nationale et que des personnes beaucoup moins qualifiées que Saâdane n’ont pas froid aux yeux et trouvent le moyen de le critiquer. Je me demande s’ils feront mieux s’ils étaient à sa place», déclarera l’ancien liftier des Verts avant d’ajouter : «Saâdane a prouvé son ingéniosité grâce à ses performances à la tête de l’Equipe nationale. Ce n’est pas par hasard qu’il a fait accéder à deux reprises la sélection nationale au Mondial.»

    «C’est Saâdane qui nous a appelés les commandos»
    Pour ce qui est de ses participations en Equipe nationale sous les ordres de Saâdane, Benabdallah semble avoir son match référence en estimant que cet entraîneur qui a transmis aux joueurs et à cette Equipe nationale la hargne de vaincre : «Je me souviens d’un match référence de l’Equipe nationale. Celui que nous avons livré face au Liberia à Monrovia. C’est avant ce match que Saâdane nous a surnommés le groupe commandos. Il m’a fait appel alors que j’étais au WAC. Il y avait aussi Saïb, Tasfaout comme joueurs d’expérience. Il a appelé des jeunes joueurs comme Slatni, Haddou et Saïfi qui a inscrit son premier but avec les Verts. Nous avons préparé le match dans la caserne de Blida.»

    «Ceux qui critiquent Chaouchi ne lui sont pas supérieurs»
    En réponse aux anciens gardiens de but ayant critiqué Chaouchi à l’issue de cette CAN, Benabdallah Abdeslam estime que ce gardien devait être orienté au lieu de l’accabler de critiques. «Ecoutez, tous les gardiens de but qui sont passés par la sélection avaient leurs qualités et leurs défauts. Il fallait, à mon avis, l’orienter et le sensibiliser davantage au lieu de le critiquer sévèrement. Je ne pense pas qu’un portier passe d’un statut de héros national grâce à une prestation de haut niveau à Oum Dourmane à rien», dira notre interlocuteur avant d’enchaîner : «Chaouchi a beaucoup de qualités. Il a saisi la première chance avec ce match de Khartoum. Mais son problème durant cette CAN et qu’on ne l’ait pas préparé sur le plan psychologique. Car après la défection de Gaouaoui, Chaouchi s’est senti comme un gardien de but numéro un et ce n’est pas Zemmamouche ou Ousserir qui allaient le déranger. Il fallait qu’on rallume cette concurrence d’une façon ou d’une autre.»

    «Ceux qui n’ont pas participé à un Mondial ont aussi le droit de parler»
    «J’ai constaté que ce sont les mêmes personnes qui parlent de l’Equipe nationale. Je sais bien que le choix des anciens internationaux ayant déjà participé au Mondial n’est pas fortuit, mais j’ai remarqué qu’on prend leurs réflexions et leurs analyses comme une référence. Je n’ai rien contre cette attitude, mais je considère qu’on est en train de dénigrer les autres anciens joueurs qui ont aussi marqué de leur empreinte le football national. Pour bien décortiquer les prestations des Verts, il faut solliciter tout le monde, même si moi, personnellement, je n’aime pas trop m’adresser à la presse. J’aime du concret, c’est-à-dire rester autour d’une table face à des techniciens et débattre de certains points qui peuvent être utiles pour nous en tant qu’anciens joueurs. Par exemple, j’aimerais bien rencontrer Belhadji pour faire sa connaissance et parler avec lui sur le plan technique.»

    «On doit savoir plus sur l’entraîneur des gardiens de but»
    «Chaouchi et tous les autres keepers doivent avoir à leurs côtés un entraîneur des gardiens de but diplômé et un psychologue. Il faut avouer qu’une grande pression pèse sur les épaules de cette Equipe nationale. La passion des Verts s’empare de tout le monde, contrairement au passé. Les joueurs de l’actuelle sélection évoluent sous une forte pression. C’est pourquoi il faut penser à les protéger, y compris Chaouchi qui manque aussi d’expérience, comparativement à Gaouaoui», noue confiera Benabdallah avant d’ajouter : «On a aussi le droit de bien connaître les autres membres du staff technique. La presse est en train de focaliser dans ses écrits sur l’entraîneur en chef Saâdane que nous connaissons très bien. On veut connaître un peu plus ses collaborateurs et leurs diplômes. Personnellement, je ne connais pas bien Djelloul et surtout Belhadji qui est l’entraîneur des gardiens de but. Je ne suis pas en train de minimiser de leur valeur. Au contraire, je pense qu’ils ont réalisé un bon boulot avec le résultat qu’on connaît. Lorsque j’étais au Maroc, la presse donnait beaucoup d’importance aux autres membres du staff technique, même au niveau des clubs.»

    «Il faut créer une concurrence au niveau des gardiens de but»
    Benabdallah, qui a réussi deux grandes saisons au Maroc sous les couleurs du WA Casablanca, affirme avoir acquis une certaine expérience chez l’un des clubs phares du Royaume chérifien : «Je pense que l’entraîneur des gardiens a une grande responsabilité car un portier pourrait constituer 50 % d’une équipe ou plus. C’est pourquoi un travail académique devrait s’effectuer au niveau des bois. Au Maroc, par exemple, on faisait travailler les gardiens de but avec un groupe de cinq ou plus. Cela nous permettait non seulement de se rivaliser aux entraînements mais aussi d’apprendre des autres. C’est une méthode qui m’a permis de beaucoup progresser. La preuve, j’ai pris part à la CAN du Nigeria alors que j’avais 36 ans. Du moment que les gardiens de but sont tous issus du championnat national, il faut les faire travailler ensemble à chaque occasion. On n’a pas besoin d’un regroupement de l’équipe entière pour les faire travailler.»

    «Cédric a prouvé qu’il a fait son apprentissage en Europe»
    «Je ne connaissais guère ce gardien de but de la JSMB. Mais une fois, je suis entré un peu tard à la maison et j’ai dû voir la rediffusion du match JSMB-JSK sur le petit écran. Croyez-moi, ce portier m’a agréablement surpris, car j’ai constaté qu’il applique à la lettre les bases que j’ai apprises dans les différentes écoles de gardiens de but. Ses gestes et ses interventions prouvent qu’il a une base solide. Je le vois bien parmi les autres afin de constituer un groupe de gardiens de but que l’Equipe nationale doit avoir avant la Coupe du monde.»

    «Il ne faut pas faire la comparaison entre Chaouchi et Gaouaoui»
    Notre interlocuteur refuse de comparer entre les deux gardiens de but que sont Chaouchi et Gaouaoui qui, pour lui, sont les deux meilleurs portiers du championnat algérien à l’heure actuelle : «Je pense que chacun a ses qualités. Gaouaoui est un gardien de but expérimenté. Il est calme et serein. Il a ses automatismes avec cette défense de l’EN. C’est un point très important. Par contre, Chaouchi, c’est la jeunesse, l’agilité et le talent pur. Maintenant, il faut relancer la concurrence sans pour autant trancher la question de leadership entre ces deux portiers.»

    «Il faut élever le niveau de notre championnat»
    «L’autre problème chez nous, c’est qu’on prête attention seulement aux gardiens ayant fait leurs preuves en Equipe nationale. Maintenant que nous sommes en Coupe du monde, on doit élever le niveau du championnat car on peut repérer d’autres portiers capables de porter le maillot national. Il faut relancer la prospection qui a disparu ces derniers temps. Je suis persuadé qu’on trouvera d’autres Chaouchi et Gaouaoui.»
    Amine L.

    Lire la suite: http://www.lebuteur.com/en/actualites/benabdallah-il-faut-orienter-chaouchi-pas-le-critiquer#ixzz0eYdq71vo

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...