RSS

Saâdane analyse le match

26 janvier 2010

Non classé


Saâdane analyse le match

Comment le sélectionneur national analyse-t-il la performance des Verts, quelques heures après le match face à la Côte d’Ivoire


Attablé avec ses collaborateurs Hassan Belhadji et Lamine Kabir, il livre ses impressions : « Après un début de match hésitant, les joueurs sont petit à petit rentrés dans la partie. Au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient, j’étais persuadé que cette équipe (Côte d’Ivoire) était à notre portée. » La suite lui a donné raison. Y a-t-il une explication au timide début de match des Verts ? Il avance une explication : « Quelque part, peut-être, les joueurs étaient un peu dans leur boîte. La réputation de l’adversaire a dû favoriser ce sentiment de retenue. Mais dès que les Ivoiriens ont marqué, mes joueurs ont été libérés. Ils n’avaient plus rien à perdre, ils ont alors pris le jeu à leur compte. » L’évolution de l’équipe était telle qu’il l’avait prévu durant toute la préparation. Lamine Kabir lance à ce moment-là : « A la mi-temps, le coach a dit aux joueurs : jouez, attaquez, la Côte d’Ivoire de ce soir est à votre portée. Il y a de l’espace pour lui mettre au moins deux buts en seconde mi-temps. » Message reçu par les joueurs. A quel moment le staff a-t-il senti que la Côte d’Ivoire était prenable ? « Dès qu’on a commencé à développer notre jeu, rétorque Rabah Saâdane. J’ai tout de suite compris que l’adversaire allait s’effondrer si on le privait de ballon et qu’on multipliait les attaques.

Sur ce plan, les joueurs ont été admirables. Le schéma adopté avant le match a été respecté. »Nombre d’observateurs ont noté, avec surprise, l’énorme fraîcheur des joueurs algériens par rapport à leurs homologues ivoiriens. Rabah Saâdane nous éclaire : « A mon humble avis, tout s’est joué dans la préparation, durant les jours qui ont précédé le match. La nôtre était meilleure et chacun a pu le constater sur le terrain. J’ai mis à profit les six jours qui nous séparaient des deux matches face à l’Angola et à la Côte d’Ivoire pour élaborer un cycle de préparation adapté à la situation. Je voulais emmener mes joueurs à la forme optimale le jour du match. Je ne veux pas juger la méthode de travail de mon collègue Hallilhodzic mais je crois qu’il n’a pas adopté la bonne puisque ses joueurs étaient sur les genoux dès la deuxième mi-temps. » Comment se présente la suite ? Notre interlocuteur précise : « D’abord, il faut voir dans quel état vont être les joueurs. Nous avons beaucoup de blessés qu’il faudra récupérer avant la demi-finale. Chaouchi va manquer une ou deux séances, Ziani n’a pas terminé le match, d’autres souffrent de bobos. Il faut qu’ils se rétablissent rapidement. »Justement, c’est le temps qui va faire défaut. Le staff technique ne semble pas inquiet outre mesure. Saâdane l’affirme : « Nous avons fait une préparation assez longue par rapport aux précédentes, nous avons maîtrisé tous les paramètres liés à la fatigue, l’accumulation des matches, le taux d’humidité…. Le temps et les résultats nous ont donné raison. »

Par Y. O.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Saâdane analyse le match”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Adulé par certains et fortement critiqué par d’autres, Rabah Saâdane collectionne les succès
    La force tranquille

    Rabah Saâdane, le “cheikh” comme ses protégés aiment à l’appeler, a encore une fois prouvé dimanche soir contre la Côte d’Ivoire de Didier Drogba qu’il reste un grand maître dans l’art difficile de battre des équipes mastodontes.

    La carrière de Saâdane, avec cette qualification au Mondial venue de cette terre chaude et si accueillante d’Afrique et cette percée inattendue lors de cette CAN, prend une envergure absolument extraordinaire, celle d’un grand entraîneur. Or, durant ces deux dernières années, période où il fut sollicité pour faire le pompier, que d’embûches ! Ses détracteurs ont été même jusqu’à le donner démissionnaire de son poste suite à la débâcle des Verts face aux Malawites. Mais lui, stoic, préférant laisser passer la tempête, suit son chemin. Et quand il assène que l’équipe qu’il dirige est toujours au stade de construction, qu’il lui manque un fond de jeu,

    et qu’ »il ne faut pas s’attendre au miracle, on n’hésite pas à le critiquer et le décrire comme le rabat-joie du peuple. Ce que Saâdane, en revanche, a démontré lors du match face aux Eléphants de la Côte d’Ivoire, en incorporant un Bouazza, auteur d’un but historique, est la preuve tangible qu’il venait là de réussir son duel face à Haliloldzic, le coach ivoirien. Ce pur produit de l’Institut des sciences et de la technologie sportive (ISTS) de Ben Aknoun (Alger), aujourd’hui âgé de 63 ans, accumule les succès : il a offert, entre autres, dans cette belle ambiance d’une soirée africaine à Khartoum un si précieux cadeau à la jeunesse algérienne, et continue en terre angolaise, a entretenir la flamme d’un exploit en Coupe d’Afrique.

    Et, là où Saâdane met la main, tout devient brillant. Saâdane est de l’or en barre, un fabuleux créateur de succès, même si parfois il a beaucoup souffert de l’incompréhension de son entourage. Est-ce ainsi un hasard si cet homme se verra confier par les structures fédérales de l’époque la sélection nationale en 1999, 1981-82, 1984-86, 2003-2004 et enfin en 2007. L’homme, comme pour donner de la texture, de la consistance à sa carrière, voyage beaucoup. Il est sollicité par plusieurs grands clubs arabes et maghrébins. Homme aux grandes qualités humaines, avec une sensibilité à fleur de peau, il dirigera la sélection nationale du Yémen, puis des clubs en Arabie Saoudite, en Tunisie et au Maroc où il gagne un titre africain avec le Raja de Casablanca. Et puis, l’homme est surtout connu pour avoir été le premier entraîneur algérien à mener une sélection nationale à un Mondial : c’était en 1979 lorsqu’il avait qualifié les juniors à la Coupe du monde au Japon. Cet homme au grand charisme, à qui ses amis comme ses ennemis lui reprochent de rester stoïque sur son banc de touche et ne pas s’énerver quand son équipe se fait malmener, fera partie du staff qui a qualifié l’Algérie au Mondial espagnol (1982). Avant de prendre le commandement du navire Algérien pour le mener à bon port au mondial Mexicain, quatre années après l’odyssée de Gijon.

    Celui qu’on a surnommé à cette époque  »l’Altitude », réussira en fait à faire atterrir en douceur une équipe algérienne alors aux abois pour la mener gaillardement au pays des Aztèques, où se sont données rendez-vous les grandes nations du football mondial. Rabah Saâdane, l’homme par qui les succès arrivent, est pourtant toujours venu à la tête de la sélection nationale aux pires moments, pour reconstruire ce qui a été détruit par d’autres.

    Ferhat Zafane

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...