RSS

Sur les traces de Camus

25 janvier 2010

Non classé

Sur les traces de Camus

image

PARIS – Des Français et Algériens ont décidé d’aller ensemble sur les traces de l’écrivain Albert Camus dans sa chère Algérie natale où il suscite fierté mais incompréhension politique, 50 ans après sa mort.

  •    « Camus c’est un patrimoine national qu’il faut redécouvrir: le talent, la générosité d’un génie », a déclaré à l’AFP le romancier Yasmina Khadra, directeur du Centre culturel algérien à Paris.

  •    Des artistes et intellectuels des deux pays mèneront en avril une « caravane Albert Camus » dans 14 villes d’Algérie (9) et de France (5): des journées de lectures, conférences, représentations théâtrales, se tiendront notamment sur des lieux illustrés par l’écrivain comme Tipaza et Oran, indique Guillaume Luchelli, animateur du club Camus Méditerranée. 

  •  

  •    Il relève son « amour charnel pour cette terre d’Algérie, cet amour pour la vie au dessus de tout ».

  •  

  •    Le maire d’Oran Saddek Benkaa, « historien de la période que Camus passa dans la ville », précise que l’auteur de L’Etranger y sera célébré dès le 21 janvier. « On a notamment essayé de décrypter les personnages » de La Peste, roman célèbre, se passant à Oran: par exemple derrière le héros, le Dr Rieux, se cachait un Dr Cohen, qui soigna Camus du typhus, précise-t-il à l’AFP

  •  

  •    Dans un ouvrage, « Camus une passion algérienne » (Editions Koutoubia), Stéphane Babey relève que dans le peuple en Algérie aujourd’hui, « la plupart n’ont pas lu Camus », contrairement aux intellectuels, « mais ils ressentent une immense fierté pour l’écrivain prix Nobel », un Nobel de littérature obtenu en 1957 à seulement 44 ans. 

  •  

  •    Le chef des éboueurs du quartier algérois de Belcourt, où Camus grandit avec sa mère pauvre et illettrée, se surnomme même « Mohammed Camus »!, rapporte cet écrivain français de père algérien inconnu.

  •  

  •    M. Babey relève aussi, comme chez Camus, la passion des Algériens pour le football, alors que les islamistes avaient banni ce sport pendant « les années noires terroristes », dans la décennie 1990.

  •  

  •    Mort d’un accident de la route le 4 janvier 1960, Albert Camus demeure une figure mythique de la littérature française, tant par son goût de la justice que par son itinéraire exceptionnel, depuis les quartiers populaires d’Alger au prix Nobel.

  •  

  •    Une incompréhension subsiste pourtant sur son silence à propos du combat pour l’indépendance de l’Algérie (1962), contrairement à Jean-Paul Sartre.

  •  

  •    Certains lui reprochent notamment son propos « je crois à la justice mais je défendrai ma mère avant la justice » — une phrase de 1957 pour condamner les attentats aveugles, qui fut sortie de son contexte, selon le philosophe Michel Onfray.

  •  

  •    « Il y a toujours un malentendu (…) mais je ne peux en vouloir à ce grand écrivain », un « homme de courage », répond Yasmina Khadra.

  •  

  •    Saddek Benkaa met plutôt en avant l’amitié de Camus pour des militants arabes. « On oublie aussi les reportages sur la « Misère en Kabylie » du jeune Camus journaliste en 1939, dénonçant les souffrances et la famine de la population musulmane, souligne le maire d’Oran.

  •  

  •    Dans une récente tribune pour le journal Le Monde, l’ex-avocate Wasssyla Tamzali, directrice des droits de la femme à l’Unesco, indique qu’elle fut un temps choquée : « Ces hommes qu’il nomme Arabes pourquoi refuse-t-il de les appeler Algériens ? ». Mais, ajoute-t-elle, dans les années 1990, « quand mon pays se réveilla en proie à une guerre fratricide, alors je suis retournée vers Camus », le moraliste qui refusait « la violence injustifiable ».

  •  

  •    

  • Ennaharonline/ AFP 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...